Comment traiter la pyélonéphrite pendant la grossesse

Des tests

Dans la plupart des cas, les agents pathogènes pénètrent dans le rein par voie hématogène à partir des foyers d’infections présentes dans le corps. Très rarement, une pyélonéphrite gravidique au cours de la grossesse est due à des microorganismes emprisonnés dans le rein par les voies urinaires (vessie, urètre).

Le développement de la pyélonéphrite est facilité par des facteurs locaux et généraux. Le premier groupe comprend la violation de l'écoulement d'urine des organes en raison de la présence d'obstacles. Cette condition peut être observée avec des tumeurs du rein, une lithiase urinaire, un rétrécissement des uretères.

Parmi les facteurs communs figurent le stress chronique, la faiblesse, la fatigue chronique, le manque de vitamines, la présence de maladies qui réduisent les forces de protection du corps humain, la diminution de l’immunité.

Types de pyélonéphrite

Il existe de nombreuses classifications différentes de cette maladie. Selon les conditions d'occurrence de pyélonéphrite primaire et secondaire.

Le type principal de maladie est l'inflammation, dans laquelle il n'y a pas de violations de l'urodynamique ni d'autres maladies du rein. De nombreux urologues pensent que la pyélonéphrite primaire en début de grossesse n’existe pas du tout. Sur la base de leur pratique médicale, ils notent que la maladie est toujours précédée par des violations de l’urodynamique, des modifications pathologiques des voies urinaires et des reins.

La pyélonéphrite secondaire fait référence au processus inflammatoire qui se produit à la base de toute maladie du système urinaire.

Selon la nature de l'évolution, on distingue les formes aiguës et chroniques de la maladie. La pyélonéphrite aiguë apparaît soudainement. Habituellement, ses symptômes se font sentir après quelques heures ou quelques jours. Avec un traitement adéquat, la maladie dure 10 à 20 jours et se termine en convalescence.

La pyélonéphrite chronique pendant la grossesse est un processus inflammatoire bactérien lent et exacerbant périodiquement. Ce type de maladie peut survenir à la suite du passage du stade aigu au stade chronique. En raison de la maladie, le tissu rénal est remplacé par du tissu conjonctif non fonctionnel. Assez souvent, la pyélonéphrite chronique est compliquée par une insuffisance rénale et une hypertension artérielle.

Symptômes de la maladie

Dans la forme aiguë de la maladie, une femme enceinte éprouvera les symptômes de pyélonéphrite suivants:

  • douleur dans le bas du dos. Ils peuvent être tranchants ou mats. La douleur peut être aggravée en se penchant en avant;
  • changer l'ombre d'urine. Le liquide peut être trouble avec une teinte rougeâtre;
  • odeur forte et désagréable;
  • température corporelle élevée (38–40 degrés);
  • des nausées, dans certains cas des vomissements;
  • diminution de l'appétit;
  • des frissons;
  • faiblesse générale.

Une forme chronique sur une longue période peut survenir sans signes de pyélonéphrite pendant la grossesse. Dans la forme latente, il y a une légère augmentation de la température, mais en même temps prolongée. Forme récurrente de pyélonéphrite chronique se manifeste par des symptômes communs (faiblesse, fièvre, changement de couleur de l'urine).

L'effet de la pyélonéphrite sur le déroulement de la grossesse

Les femmes qui sont confrontées à un processus inflammatoire au niveau des reins s'intéressent à la question de savoir ce qui est dangereux pour la pyélonéphrite pendant la grossesse. Beaucoup de gens qui laissent la maladie suivre son cours et ne vont pas chez le médecin peuvent faire face à de graves problèmes. La maladie affecte principalement le fœtus. L'enfant peut souffrir d'une infection intra-utérine. Dans la plupart des cas, une inflammation des reins provoque un avortement spontané et un déclenchement prématuré du travail.

Chez le nouveau-né, les effets d'une infection intra-utérine apparaissent différemment. Certains enfants peuvent présenter une conjonctivite qui ne menace pas la vie, tandis que d'autres présentent de graves lésions infectieuses des organes vitaux.

Au cours de la grossesse avec pyélonéphrite, il existe un risque d'hypoxie intra-utérine. Le fruit recevra moins d'oxygène qu'il n'en a besoin. Cette situation menace le manque de développement de l'enfant, moins de poids.

Diagnostic de pyélonéphrite

Pour identifier le processus inflammatoire dans les reins et les effets de la pyélonéphrite sur la grossesse, les médecins prescrivent une analyse d'urine complète et une analyse de sang. Les résultats peuvent être conclus sur l'absence ou la présence d'infection et d'inflammation dans les reins. Il peut également être réalisé en colorant l'urine de Gram. Cette méthode de recherche fournit des informations sur l'agent responsable de la maladie. Pour une détermination plus précise des micro-organismes responsables de la pyélonéphrite et de leur sensibilité aux antibiotiques, un examen bactériologique de l'urine est effectué.

Toutes les méthodes de diagnostic ci-dessus sont de laboratoire. Il existe également des méthodes instrumentales. Parmi eux sont les ultrasons (ultrasons). Cette méthode permet de voir l'hétérogénéité des tissus dans les reins, la présence de zones avec des phoques, l'expansion du pelvis rénal.

Traitement de la pyélonéphrite

Si un processus inflammatoire est détecté dans les reins, le médecin peut vous prescrire des antibiotiques. Pendant la grossesse, l’usage de médicaments n’est pas souhaitable, mais en cas de pyélonéphrite, leur utilisation est justifiée. Le médecin choisira de tels antibiotiques qui ne feront pas de mal au bébé et aideront à faire face à l’exacerbation de la pyélonéphrite pendant la grossesse. Les femmes enceintes ne doivent pas refuser les médicaments, car la pyélonéphrite peut avoir des conséquences graves.

Les patients, quels que soient le degré et le type de maladie, se font prescrire des analgésiques et des antispasmodiques. Pendant le traitement, les médecins prescrivent également des uroantiseptiques, des vitamines, des sédatifs, de la physiothérapie, un traitement de désintoxication, un cathétérisme de l'uretère et un traitement de positionnement.

Les femmes hospitalisées pendant le traitement doivent être supervisées par un obstétricien-gynécologue et un néphrologue. Les médecins effectuent d’abord une «thérapie de positionnement». Grâce à cela, dans la plupart des cas, il est possible de restaurer le flux d’urine perturbé.

L’essence de la "thérapie de position" est que le représentant du beau sexe est placé dans la position où se trouve le rein en bonne santé. Une femme devrait s'allonger sur le lit dans une position genou / coude pliée. Le bout du lit est surélevé de sorte que les jambes du patient soient situées au-dessus de la tête. Dans cette position, l'utérus exerce moins de pression sur les uretères. Si l’état de la femme ne s’améliore pas après un tel traitement de la pyélonéphrite en une journée, l’uretère du rein malade est cathétérisé.

La maladie peut être compliquée par la suppuration. Dans ce cas, le rein est décapsulé, c'est-à-dire que la capsule fibreuse est retirée. Dans les cas avancés, le prélèvement complet d'organes peut être nécessaire. Les médecins insistent souvent sur l'interruption artificielle de la grossesse.

Les femmes présentant une pyélonéphrite au cours de la «situation intéressante» devraient être placées sous la surveillance d'un médecin local après l'accouchement. Après la sortie de la maternité, un représentant du beau sexe devrait avoir accès au compte du dispensaire. Cela est nécessaire car la maladie ne peut pas être complétée.

Particularités du mode de vie de la pyélonéphrite

Lors du diagnostic du processus inflammatoire au niveau des reins, il est conseillé aux femmes enceintes de suivre un régime alimentaire particulier. Par exemple, dans la pyélonéphrite aiguë pendant la grossesse, vous devez utiliser plus de liquide (plus de 2 litres). Le régime alimentaire devrait exclure les aliments épicés, gras et frits. Il est recommandé de manger autant de légumes et de fruits frais que possible.

Dans la forme chronique de la maladie, un régime est présenté avec les caractéristiques suivantes:

  • restriction de l'utilisation de la viande, du bouillon de poisson, des assaisonnements;
  • augmenter le volume de fluide consommé (au moins 2 litres par jour);
  • limiter la consommation de sel (jusqu'à 8 g par jour);
  • Les femmes enceintes ont besoin de plus de vitamines.

Pendant la phase aiguë de la maladie, lorsque de graves douleurs apparaissent, la température augmente, des signes d'intoxication sont observés et le repos au lit est nécessaire. Cette condition chez une femme enceinte peut être observée dans les 4 à 8 jours. Après cette période, il est recommandé de mener une vie active. Cela assurera l'écoulement de l'urine.

Prévention de la pyélonéphrite

La principale recommandation concernant la prévention du développement du processus inflammatoire dans les reins est le traitement de maladies provoquant une violation de l'écoulement d'urine par les reins.

Un mode de vie sain joue un rôle très important dans la prévention de la pyélonéphrite pendant la grossesse. Vous devez suivre les règles d'hygiène personnelle, vider la vessie régulièrement et en temps voulu. Il est également recommandé d'éviter l'hypothermie.

En conclusion, il convient de noter que pour prévenir l'apparition de la pyélonéphrite pendant la grossesse et le développement de diverses complications, il convient de se rendre régulièrement à la clinique prénatale. Plus tôt une maladie est diagnostiquée, plus il sera facile de la combattre. Veillez à écouter les conseils du médecin traitant, à respecter tous les rendez-vous et à prendre les médicaments en respectant scrupuleusement l'horaire qu'il détermine.

Vidéos connexes

Pyélonéphrite pendant la grossesse

La pyélonéphrite est une maladie due à une inflammation du bassinet du rein. La pyélonéphrite pendant la grossesse est dangereuse et nécessite un traitement et une correction urgents, car elle peut donner une impulsion à un avortement spontané, à des complications graves de la grossesse, à la mort ou à des maladies infectieuses du fœtus.

La pyélonéphrite chez les femmes enceintes n'est pas courante, mais le pourcentage de sa survenue est relativement élevé - 10%. Si vous avez demandé l'aide d'un médecin à temps, il pourra alors en arrêter les conséquences négatives. Cependant, cela devra aller à l'hôpital. Si votre test d'urine est normal et que la pyélonéphrite en est à un stade chronique, aucune hospitalisation n'est requise. Le médecin dressera une liste des recommandations urgentes à effectuer à la maison.

Pyélonéphrite pendant la grossesse

Comme nous l'avons mentionné ci-dessus, la pyélonéphrite est une infection des reins. Cela se passe primaire ou secondaire. Dans le premier cas, vous rencontrez cette maladie pour la première fois pendant la grossesse. La seconde dit que vous avez eu une pyélonéphrite avant votre grossesse.

Étant donné que le système immunitaire cesse de fonctionner en mode amélioré pendant que l'enfant attend, de nombreuses maladies pendant cette période sont exacerbées. C'est ce qui permet à la pyélonéphrite de sortir de la accalmie.

Les causes de la pyélonéphrite

Pendant la grossesse, la pyélonéphrite provoque de mauvaises bactéries - Pseudomonas aeruginosa, champignons candidaux, Streptococcus, Proteus, Entorococci, bactéries à Gram négatif, Staphylococcus aureus, E. coli. Et l'infection peut se propager à cause d'inflammations purulentes - caries de la dent, maladies des voies respiratoires supérieures, infections de la vésicule biliaire et du système urinaire, organes génitaux, dues à un furonculose cutanée.

Pour l'élimination des infections du corps, ce sont les reins. C'est à dire vous buvez le liquide, ce qui oblige les reins à filtrer tout ce qui est inutile et dangereux, à descendre par les uretères dans la vessie et à le retirer naturellement du corps. Mais lorsque ce processus échoue, les infections ne sont pas éliminées, car la sortie de fluide est entravée, elles se multiplient activement et provoquent une pyélonéphrite.

D'où vient cet échec? C'est simple: l'utérus se développe et déplace tous les organes internes de leur emplacement habituel. La plupart vont à la vessie et aux reins. Les reins sont comprimés, les uretères sont comprimées et l'urine ne peut pas quitter le corps correctement. C'est à dire elle stagne.

Les changements hormonaux rapides dans le corps d'une femme enceinte peuvent constituer une autre cause d'échec.

Les infections ont plusieurs failles qui pénètrent dans les voies urinaires: en raison de maladies infectieuses (appelées hématogènes), de la vessie enflammée (appelée voie ascendante) et de l’intestin (voie descendante). Et bien sûr, le développement de la maladie se produit dans tous les cas en raison d'une immunité affaiblie.

Symptômes de pyélonéphrite

Malheureusement, la pyélonéphrite pendant la grossesse peut être complètement asymptomatique. C'est pourquoi vous devez régulièrement faire don de votre urine et de votre sang pour les analyser à temps pour identifier le problème.

Mais la pyélonéphrite chronique présente des symptômes:

- température élevée - douleurs lombaires, douleurs musculaires - signes d'empoisonnement - douleur à la miction - transpiration abondante

Habituellement, tous les symptômes de maladies se manifestent la nuit. Le symptôme le plus prononcé observé par la plupart des femmes enceintes est une douleur intense et sourde dans les zones lombaire et rénale, associée à une faiblesse générale. Parfois, il existe une tension douloureuse dans les muscles abdominaux.

Si la maladie n'est pas traitée, il est fort probable que vous ne pourrez même pas porter le bébé. Et si cela se produit encore, les nouveau-nés de ces mères naissent avec tout un tas de maladies infectieuses (conjonctivite, reins, cœur, poumons, foie et autres maladies graves).

Dans la plupart des cas, c'est la pyélonéphrite qui provoque une toxicose tardive chez la femme enceinte et une anémie sévère en fer.

Si vous avez une forme chronique, ne pas traiter la maladie peut entraîner une insuffisance rénale et des rides du rein lui-même.

La difficulté dans le diagnostic est que pendant la grossesse, vous ne pouvez pas faire de radiographie. Par conséquent, l'image globale est déterminée par l'analyse de l'urine, du sang et de votre état, ainsi que par les résultats de l'échographie. Idéalement, les médecins peuvent prélever un coton-tige dans le vagin, mais cela n’est pas toujours possible. Vous portez un enfant et on pense que moins un médecin montera en vous, mieux ce sera. Oui, c'est justifié. Après ces examens, les femmes enceintes ont souvent des saignements mineurs, car il est très difficile pour un médecin de ne pas endommager les capillaires fragiles.

Si vous développez une pyélonéphrite dans l’urine, le médecin trouvera une petite quantité de protéines, des globules rouges et blancs, une protéinurie modérée.

Sachez que l'échographie du rein ne donne pas une image complète du stade de la maladie. Par conséquent, après avoir accouché, vous devez effectuer une radiographie pour obtenir une image complète de la situation.

Traitement de la pyélonéphrite pendant la grossesse

Le traitement de la pyélonéphrite pendant la grossesse ne doit en aucun cas avoir lieu sur Internet ou sur le conseil d'amis. Arrache toi aussi. Seul un médecin sera en mesure d'élaborer un plan clair pour éradiquer la maladie. Sans antibiotiques ne peuvent pas faire. Dans votre cas, ce n'est même pas négocié. Je dois boire et pointer. Des antibiotiques tels que la méthicilline, l'oxacilline et l'ampicilline sont autorisés au cours du premier trimestre de la grossesse. À partir du deuxième trimestre, les médecins prescrivent généralement la kanamycine, la gentamicine et la céphalosporine.

Dans votre position, les antibiotiques sont strictement interdits:

- tétracyclines - sulfamides à action prolongée

Toute utilisation d'antibiotiques dans le traitement de la pyélonéphrite n'a lieu que dans l'enceinte de l'hôpital, sous la surveillance étroite de médecins.

En plus des antibiotiques, vous devrez boire un certain nombre d'autres médicaments: des analgésiques (pour éliminer les douleurs lombaires) et des spasmolytiques.

Peut-être un traitement d'acupuncture parallèle, mais seulement avec un spécialiste compétent. Cela permet d'utiliser les analgésiques naturels de l'organisme même.

Des remèdes à base de plantes habituellement prescrits à Canéphron. Il est complètement à base de plantes, sûr, bien efficace pour l'urine, anesthésiant et soulage l'inflammation dans le système urinaire. Et aussi ne pas prendre de vitamines et de sédatifs, la proclamation d'un régime strict.

Outre les médicaments, il existe également un ensemble de mesures pour lutter contre la pyélonéphrite. Ils ne sont pas tous utilisés et sont sélectionnés en fonction des besoins.

1. Thérapie positionnelle - si vous avez mal au rein gauche, vous serez placé du côté droit (et vice versa). Vous devrez vous allonger dans une position coude-genou plié. Ceci est fait afin de réduire la pression de l'utérus sur l'uretère, permettant ainsi à l'urine de descendre dans la vessie. Dans le même temps, une partie du lit (où vous avez les jambes) s'élève à un niveau tel que les membres inférieurs sont au-dessus de la tête. La situation est observée exactement le jour. Si la position ne s'améliore pas, passez à la procédure de cathétérisme.

3. Physiothérapie (si une pyélonéphrite est présente pendant une grossesse grave, on vous prescrira le repos au lit, car une douleur intense ne vous permet pas de bouger complètement. Après le soulagement de la douleur, la réduction des températures élevées, le soulagement des symptômes d'intoxication (4-8 jours), vous devez faire de l'exercice Ainsi, vous aiderez l'urine des uretères supérieurs à passer dans la vessie.

4. Le cathétérisme urétéral est une action médicale consistant à insérer un cathéter pour prélever l'urine directement dans l'uretère du rein malade. Si cela ne vous aide pas, le cathéter est inséré dans le rein lui-même.

5. Intervention chirurgicale - lorsque vous devez ouvrir les ulcères des reins. Le rein peut également être retiré complètement si la maladie est négligée et si la grossesse est interrompue. Les raisons de l'interruption sont le long cours de la maladie et ont développé sur son arrière-plan la gestose la plus forte. Comme vous le comprenez, il est impossible de porter et de donner naissance à un enfant en bonne santé. Cependant, les médecins lutteront jusqu'au bout, car la pyélonéphrite elle-même, même sous une forme sévère, ne s'applique pas aux indications de l'avortement. Oui, et l'interruption elle-même peut nuire à votre santé car il existe un risque de septicémie.

Le régime alimentaire fait partie de l'ensemble obligatoire de mesures visant à lutter contre la pyélonéphrite au cours de la grossesse. Dans les reins, un nidus d'infection s'est formé. Enlever les reins avec un régime de consommation accrue aide à le supprimer. Les meilleures boissons pour cela sont les thés diurétiques, les compotes, les boissons aux fruits et les jus fraîchement pressés (canneberges, cassis, bouillon d'églantier). Mais si vous avez une prééclampsie, vous devrez abandonner un régime de forte consommation d'alcool.

Le refus de la nourriture frite, fumée, salée et épicée est obligatoire. Vous ne pouvez pas utiliser et assaisonnements. Il est nécessaire de mettre de la nourriture pour plantes afin que la constipation ne survienne pas, ce qui provoque des processus inflammatoires.

Une maladie comme la pyélonéphrite pendant la grossesse n’est pas une indication de la césarienne. Ainsi, vous aurez une chance de vous donner naissance. Toutefois, afin de ne pas compliquer le déroulement de votre grossesse et de ne pas nuire à votre santé, ainsi qu’à l’enfant à naître, consultez toujours votre médecin à temps.

Pyélonéphrite au cours de la grossesse: traitement et principaux symptômes

Nous avons déjà écrit ce qu’est la pyélonéphrite et son traitement, dans lequel nous parlerons du type de maladie pendant la grossesse. Une pyélonéphrite pendant la grossesse se développe chez 6 à 10% des femmes enceintes, alors que la moitié des patientes le manifestent pour la première fois, en particulier lors de la première grossesse, car, d'une part, leur paroi abdominale est plus élastique, et d'autre part, leur corps est beaucoup plus lent. s'adapte à la restructuration. La pyélonéphrite pendant la grossesse est appelée gestationnelle, c'est-à-dire qu'elle progresse pendant la grossesse. Il a été constaté que très souvent la maladie affecte le rein droit, en raison des caractéristiques physiologiques du déroulement de la grossesse et du développement du fœtus. La pyélonéphrite gestationnelle chez la femme enceinte peut entraîner des complications dangereuses telles que l'avortement (fausse couche ou décoloration du fœtus), une infection intra-utérine de l'enfant et une gestose tardive (gonflement, hypertension artérielle).

La pyélonéphrite pendant la grossesse est déclenchée par la compression des reins par la croissance de l'utérus. C'est parce que l'utérus serre les voies urinaires, l'urine stagne. La congestion est favorable à la reproduction de bactéries pathogènes. La période de la maladie tombe le plus souvent au deuxième trimestre de la grossesse lorsque la taille de l'utérus commence à augmenter rapidement.

La restructuration hormonale, qui accompagne le processus de port d'un enfant, contribue également au développement de la pyélonéphrite chez les femmes enceintes. Les modifications des niveaux hormonaux entraînent une détérioration du péristaltisme urétéral, ce qui entrave également les mouvements de l'urine. Dans les premier et deuxième cas, la difficulté des mouvements de l'urine devient un contexte favorable au développement de micro-organismes pathogènes, ce qui conduit au développement de la maladie.

Les femmes enceintes qui ont déjà souffert de pyélonéphrite ou ont souvent souffert de cystite sont à risque. La cause de la maladie peut être une immunité réduite, un mode de vie sédentaire inactif ou une hypothermie (cela conduit souvent à certaines maladies). La pyélonéphrite chez la femme enceinte commence à se manifester entre la 22e et la 28e semaine de grossesse et la gravité de ses symptômes dépend de la forme: aiguë ou chronique. Il arrive parfois qu’elle se développe 2 à 5 jours après la naissance, en raison d’une diminution de la résistance de l’organisme aux infections.

La pyélonéphrite aiguë au cours de la grossesse se traduit par une intoxication du corps, mais elle ne constitue pas un danger grave pour le fœtus ni pour le déroulement de la grossesse, surtout si elle est apparue pour la première fois, mais il est nécessaire d'aborder son traitement sérieusement pour passer tous les tests nécessaires. La pyélonéphrite chronique au cours de la grossesse est plus souvent aiguë, on peut la détecter en observant les résultats des tests urinaires, dont les modifications sont caractéristiques de ce type de pyélonéphrite. Pyélonéphrite chronique, plus difficile à traiter, elle conduit souvent à une fausse couche.

La maladie, quelle que soit sa forme, peut entraîner une naissance prématurée entre 16 et 24 semaines. La toxicose tardive, causée par une forme grave de pyélonéphrite chronique chez la femme enceinte, peut provoquer un avortement.

Les symptômes

Afin de diagnostiquer la maladie à temps et d'obtenir un traitement à temps, vous devez savoir comment se manifestent les symptômes de la pyélonéphrite chez la femme enceinte.

Les symptômes de la maladie sont les suivants:

  • perte d'appétit
  • douleur dans la région lombaire, généralement du rein affecté, ou douleur asymétrique,
  • avec la pyélonéphrite bilatérale, on observe une douleur des deux côtés, puisque les deux reins sont touchés dans ce cas (la douleur peut parfois augmenter ou se manifester lors d’une respiration profonde ou d’une toux, surtout si elle est plus intense la nuit, à l’arrière ou sur le côté).

Traitement du rein - Fitolysin dans le traitement de la cystite, pyélonéphrite.

Dans la forme chronique de la maladie, les symptômes sont légers. La forme chronique peut être absolument asymptomatique, c'est la ruse de cette maladie. Dans la pyélonéphrite chronique, une femme enceinte peut être perturbée par des symptômes tels que:

  • mal de tête
  • légère douleur dans la région lombaire
  • faiblesse, léthargie.

La pyélonéphrite peut provoquer de tels symptômes chez la femme enceinte, ce qui peut être confondu avec le risque de fausse couche, la douleur étant dans ce cas très similaire. Lors de l'apparition d'un ou plusieurs des symptômes énumérés, il est nécessaire de consulter immédiatement un médecin.

La manifestation de la maladie a ses différences selon les périodes de grossesse. Au premier trimestre, des douleurs lombaires fréquentes peuvent survenir, irradiant vers le bas de l'abdomen. Aux deuxième et troisième trimestres, la douleur n'est généralement pas prononcée et la pyélonéphrite ne peut être détectée que par le diagnostic.

Traitement

Si une femme présente des symptômes similaires à ceux de la pyélonéphrite, vous devez contacter immédiatement la clinique prénatale. Un traitement approprié et rapide de la pyélonéphrite pendant la grossesse réduit le risque de développement fœtal de l'enfant et ne constitue pas une menace pour le port normal du fœtus. Cela est particulièrement vrai pour sa pyélonéphrite aiguë, apparue pour la première fois pendant la grossesse. Quant aux femmes atteintes de pyélonéphrite chronique, elles subissent souvent un avortement entre 16 et 24 semaines. La raison en est des formes graves de cette maladie. La toxicose tardive, ou prééclampsie, devient grave et conduit à un avortement.

Le traitement de la pyélonéphrite chez la femme enceinte doit être effectué dans un hôpital sous surveillance médicale. Lors de la nomination d'un traitement, la durée de la grossesse est nécessairement prise en compte, car les médecins se soucient non seulement de la santé de la mère, mais également de la sécurité du fœtus.

Les principales méthodes de traitement (algorithme conditionnel):

  1. La première chose à faire dans le développement de la pyélonéphrite chez une patiente enceinte est d’assurer le rétablissement du passage de l’urine. À cette fin, des procédures thérapeutiques, dénommées "thérapie de positionnement". Si cela ne vous aide pas, installez un cathéter sur l'uretère.
  2. Les principaux médicaments prescrits pour le traitement de la pyélonéphrite sont des antibiotiques. En outre, les médecins prescrivent des antispasmodiques et des analgésiques pour réduire la douleur. Les antibiotiques doivent être utilisés avec prudence afin de ne pas nuire au fœtus. Dans ce cas, les médecins prescrivent des antibiotiques à la pénicilline, des céphalosporines, des aminosides, des macrolides.
  3. L'observance du jour et la nutrition constituent un facteur important dans le traitement. Les femmes enceintes doivent suivre un régime.
  4. Dans la phase aiguë, pendant les 4 à 8 premiers jours, il est nécessaire d’observer le repos au lit, mais pas plus que le temps spécifié et uniquement pendant une période de température élevée.
  5. Pendant la période de rééducation, il est recommandé de marcher à l'air frais, ce qui contribuera à améliorer le débit urinaire des voies urinaires. Il est souhaitable que la femme enceinte dorme sur le côté opposé du rein malade, cela améliorera également le débit urinaire.

Dans la phase aiguë de la pyélonéphrite chez les femmes enceintes, il est recommandé de boire beaucoup de liquides - jusqu'à 3 litres par jour, vous ne pouvez pas limiter l'apport en sel, car il ne retarde pas le corps. Mais avec l'apparition de la prééclampsie, le fluide doit être limité, ainsi que la survenue d'un œdème.

Dans le traitement de la pyélonéphrite, des méthodes de traitement physiothérapeutiques sont également utilisées, à savoir:

  • échographie
  • galvanisation de la région rénale.
  • Il est possible d'utiliser l'acupuncture, ce qui réduira la quantité de médicaments et évitera les médicaments antispasmodiques.

Mais toutes ces méthodes doivent être coordonnées avec le médecin traitant et le gynécologue, afin de ne pas affecter le développement du fœtus.

Une femme enceinte doit prêter une attention particulière à sa santé, car elle est non seulement responsable d’elle-même, mais également de son futur bébé. Vous devez suivre des règles simples pour ne pas contracter la pyélonéphrite.

Pyélonéphrite pendant la grossesse

Comme vous le savez, les femmes sont sujettes à la pyélonéphrite cinq fois plus souvent que la moitié masculine de l’humanité, en raison des caractéristiques anatomiques du système urinaire du corps féminin. Chez les femmes enceintes, la pyélonéphrite est l’une des maladies extragénitales les plus fréquentes. Elle est diagnostiquée dans 6 à 12% des cas. Le traitement de cette maladie pendant la grossesse doit commencer immédiatement, car l’infection affecte non seulement la condition de la femme, mais également la santé et le développement du fœtus.

Pyélonéphrite chez la femme enceinte: définition et classification

La pyélonéphrite est le processus inflammatoire du rein, qui recouvre à la fois le tissu interstitiel de l'organe et le système de placage coupe-bassin (le lieu où l'urine s'accumule).

Classification

  1. Selon le mécanisme de développement:
    • pyélonéphrite primaire (la maladie est apparue d'elle-même, elle n'a été précédée d'aucune pathologie du système urinaire);
    • secondaire - un processus inflammatoire dans les reins s'est développé dans le contexte d'une néphroptose existante (prolapsus rénal), d'une urolithiase (urolithiase) ou d'autres maladies des reins et des voies urinaires.
  2. En aval:
    • aiguë - processus inflammatoire des reins apparu pour la première fois au cours de la gestation ou de la gestation; on parle alors de pyélonéphrite pendant la grossesse ou de pyélonéphrite gestationnelle;
    • chronique - la maladie est apparue avant la conception et s'est manifestée pendant la grossesse (exacerbation du processus chronique).
  3. Par localisation:
    • bilatérale, lorsque les deux reins sont impliqués dans le processus;
    • unilatérale (droite ou gauche) - pendant la gestation, l'utérus se déplace vers la droite au fur et à mesure de sa croissance et «opprime» le rein droit, à la suite de quoi la pyélonéphrite de la mère droite est plus souvent diagnostiquée chez les femmes enceintes.
  4. Selon le formulaire:
    • séreux;
    • purulente (la forme la plus défavorable de la maladie, surtout pendant la gestation);
    • latent (sans manifestations cliniques);
    • hypertendu (avec une pression artérielle élevée);
    • azotémique (avec le développement de l'insuffisance rénale) et d'autres.

En outre, la pyélonéphrite gestationnelle est divisée en 3 types:

  • pyélonéphrite pendant la grossesse;
  • pyélonéphrite lors de l'accouchement (c'est-à-dire pendant le processus d'accouchement);
  • pyélonéphrite ou puerpera postpartum (la clinique de pyélonéphrite gestationnelle postpartum apparaît les jours 4 à 6 et au cours de la deuxième semaine de la période postpartum).

Causes et mécanisme de la maladie

La pyélonéphrite gestationnelle est causée par des micro-organismes pathogènes et conditionnellement pathogènes: bactéries et virus, protozoaires et champignons. Les agents causatifs les plus courants de la maladie sont les bactéries gram-neurologiques du groupe intestinal: Proteus, Enterococcus, E. coli, Staphylococcus, Klebsiella et autres, ainsi que les streptocoques et les staphylocoques. Les agents infectieux sont principalement distribués par voie hématogène (avec circulation sanguine) à partir des foyers d’infection chronique existants (amygdales, dents carieuses, voies respiratoires, vésicule biliaire enflammée, etc.). Mais il est possible et la voie ascendante de l'infection de l'urètre, de la vessie ou des foyers chroniques des organes génitaux (cervicite, colpite, endométrite, etc.).

Mécanisme de développement

Pourquoi la pyélonéphrite survient-elle si souvent pendant la grossesse? Le principal facteur prédisposant est mécanique. L'utérus en croissance comprime les organes voisins, en particulier les uretères, ce qui perturbe l'écoulement urinaire du système pelvien rénal; il s'y attarde et constitue un milieu nutritif favorable pour la croissance et la reproduction d'agents infectieux. À cet égard, la pyélonéphrite se développe souvent au cours des deuxième et troisième trimestres de la grossesse.

Le deuxième point, qui prédispose au développement de la maladie, concerne les modifications hormonales et humorales de l’organisme associées à la grossesse. En raison de ces facteurs, les voies urinaires supérieures subissent des modifications anatomiques (hypotension, hypokinésie, dyskinésie du système pelvien-pelvien). En particulier, sous l'influence de l'hormone de grossesse - la progestérone, qui est conçue pour détendre non seulement les muscles de l'utérus, mais tous les autres muscles lisses des organes internes, les uretères se dilatent, s'allongent et se courbent en se pliant. De plus, l'appareil ligamentaire des reins est affaibli, ce qui augmente la néphroptose.

Troisièmement, l'augmentation du niveau d'œstrogènes chez les femmes enceintes entraîne la croissance d'une flore pathogène, principalement E. coli. N'oubliez pas non plus qu'une immunité légèrement réduite pendant la période de gestation empêche les organismes maternels de rejeter le fœtus en tant qu'objet étranger.

La pyélonéphrite souffre beaucoup plus souvent de la femme enceinte. Dans 93% des cas, le rein droit est impliqué dans le processus inflammatoire en raison de la dextrarotation de l'utérus enceinte et des caractéristiques anatomiques de la veine ovarienne droite.

Facteurs de risque

Certains facteurs peuvent provoquer l'apparition de la maladie chez les femmes enceintes:

  • infection antérieure des voies urinaires (cystite, urétrite, bactériurie asymptomatique ou bactériospermie du partenaire asymptomatique);
  • anomalies du système urinaire;
  • urolithiase (les calculs rénaux aggravent la stase urinaire dans le pelvis rénal, ce qui conduit à l'activation de la flore opportuniste et au développement du processus inflammatoire);
  • les inflammations des organes génitaux féminins (le plus souvent il s'agit d'une colpite et d'une vulvovaginite);
  • vaginose bactérienne;
  • faible niveau de vie (conditions nutritionnelles et de vie médiocres, production lourde et nuisible);
  • diabète sucré;
  • pathologie extragénitale chronique (maladies de la thyroïde, maladies cardiovasculaires, troubles endocriniens).

Dans la période post-partum

Dans les premiers jours après la naissance, le risque de développer la maladie augmente considérablement, ce qui est facilité par l'apparition de nouveaux facteurs:

  • la contraction (involution) de l'utérus se produit lentement, ce qui crée une compression (compression) des uretères dans les 5-6 premiers jours de la période post-partum;
  • préservation dans l'organisme maternel de progestérone (jusqu'à trois mois), qui favorise la dilatation (expansion) des uretères et de l'urètre;
  • complications de la période postnatale (saignements tardifs dus à une hypotonie de l'utérus ou à des résidus après l'accouchement);
  • inflammation des organes génitaux;
  • troubles urologiques dus à une rétention urinaire aiguë ou à un cathétérisme prolongé de la vessie (dans les 2 premières heures après la naissance).

Degrés de risque

  • 1 degré (risque faible)
    Ce risque est attribué aux femmes enceintes présentant une pyélonéphrite simple, apparue pour la première fois au cours de la période de gestation. Lorsque le traitement est opportun et adéquat, la santé de la mère et du fœtus est gravement menacée. Le déroulement de la grossesse et l'accouchement sans complications.
  • 2 degrés (risque modéré)
    Dans l’histoire de la femme, il existe une pyélonéphrite chronique qui, dans 30% des cas, devient la cause de grossesses compliquées. Si les complications ne se développent pas, le déroulement de la grossesse et de l'accouchement se termine bien, sinon une naissance prématurée ou une fausse couche sont possibles.
  • Grade 3 (risque élevé)
    Un risque élevé de pyélonéphrite est attribué aux femmes dont l’évolution de la maladie est compliquée par une insuffisance rénale et une hypertension, ou une inflammation d’un seul rein est survenue. Toute prolongation de la grossesse est contre-indiquée.

Tableau clinique

La pyélonéphrite gestationnelle débute de façon aiguë, avec des signes d'intoxication et des symptômes urologiques. La gravité du syndrome d'intoxication dépend de la forme et de la durée de la maladie. En outre, le type d’agent pathogène, la masse de l’infection, la voie de pénétration de l’infection, l’immunité de la femme, la période de gestation sont également importants.

Les principaux symptômes d'intoxication incluent: fièvre allant jusqu'à 38 - 40 degrés, des frissons et une transpiration, des maux de tête, une léthargie, des nausées et des vomissements. En outre, il existe des douleurs tiraillantes ou douloureuses dans la région lombaire. Si un rein est affecté, la douleur apparaît sur le côté, si les deux le sont, alors la douleur inquiète des deux côtés. Vous pouvez ressentir des mictions fréquentes et douloureuses, le patient peut remarquer une urine trouble mélangée à du pus ou des flocons.

Diagnostic de pyélonéphrite pendant la grossesse

Différencier la pyélonéphrite est nécessaire avec la menace d'avortement. Pour clarifier le diagnostic, les tests de laboratoire suivants sont attribués:

  • numération globulaire complète (leucocytose, anéosinophilie, anémie, lymphopénie, ESR accélérée);
  • analyse biochimique du sang (augmentation de la créatinine, de l'azote, peut augmenter la bilirubine, l'AST et l'ALAT);
  • analyse d'urine (augmentation des leucocytes, des érythrocytes et des cylindres);
  • l'urine selon Nechyporenko;
  • l'urine selon Zimnitsky (isohyposténurie et nycturie);
  • culture bactériologique d'urine pour identifier l'agent pathogène et déterminer sa sensibilité aux antibiotiques.

Parmi les méthodes instrumentales, l'échographie des reins joue le rôle principal, ce qui permet non seulement de diagnostiquer l'expansion du système du bassinet des reins, mais également d'identifier le carbuncle ou l'abcès du rein, ainsi que l'inflammation du tissu pararenal. La chromocystoscopie et le cathétérisme urétéral sont également utilisés pour rétablir l'écoulement de l'urine. Dans la période postnatale et dans les situations extrêmes, lorsqu'il existe une menace pour la vie d'une femme, une urographie excrétrice et une scintigraphie dynamique sont prescrites.

Pyélonéphrite chez la femme enceinte: complications, effets sur le fœtus

La maladie constitue non seulement une menace pour la santé de la future mère et le déroulement de la grossesse, mais elle a également un effet négatif sur la croissance et le développement du fœtus.

Conditions de la grossesse, ce qui augmente le risque de développement de la maladie, appelée période critique:

  • 24 à 26 semaines (apparition de la menace d'interruption causée non seulement par une excitabilité accrue de l'utérus, mais également par l'état fébrile de la femme, par le syndrome douloureux et par l'action d'exotoxines de bactéries du groupe intestinal);
  • 32 à 34 semaines - la taille de l'utérus est maximale, ce qui affecte considérablement la topographie des reins et provoque une compression des uretères;
  • 39 à 40 semaines - à la veille de la naissance, la partie antérieure du fœtus s'enfonce dans le petit bassin et se presse contre son entrée, entraînant une compression de la vessie, une stagnation de l'urine dans les voies urinaires et le bassin du rein;
  • 4 à 12 jours après l'accouchement.

Complications pendant la grossesse

La maladie (en particulier lors de l'exacerbation du processus chronique) augmente le risque de complications obstétricales suivantes:

  • gestose tardive (jusqu’à 89% et plus chez les femmes atteintes de pyélonéphrite chronique);
  • la menace d'interruption et de fausse couche au premier trimestre;
  • accouchement prématuré;
  • insuffisance placentaire secondaire;
  • l'anémie;
  • anomalies des forces génériques;
  • saignements pendant et après l'accouchement;
  • septicémie (infection du sang) et septicopénie (infection du sang et formation de foyers purulents dans le corps);
  • choc toxique infectieux;
  • maladies septiques purulentes après l'accouchement;
  • insuffisance rénale aiguë.

Complications foetales

À son tour, telle ou telle complication obstétrique nuit au développement prénatal de l'enfant et entraîne les conséquences suivantes:

  • hypoxie et retard de croissance fœtale (conséquence de la prééclampsie, de l’anémie et de l’insuffisance placentaire);
  • mort foetale fœtale, lors de l'accouchement ou au cours des 7 premiers jours de la vie (la mortalité périnatale atteint 30%);
  • infection intra-utérine (dans les premiers stades conduit à des malformations fœtales);
  • jaunisse prolongée;
  • développement de maladies septiques purulentes après la naissance;
  • immunité réduite.

Traitement et livraison

L’obstétricien-gynécologue et l’urologue (néphrologue) s’occupent du traitement de la pyélonéphrite gestationnelle. Toutes les futures mères présentant un processus aigu ou une exacerbation de maladies chroniques sont soumises à une hospitalisation obligatoire.

Traitement non médicamenteux
La première étape du traitement consiste à rétablir le passage de l'urine en prenant les mesures suivantes:

  • Repos au lit
    La position horizontale et la chaleur améliorent le flux sanguin dans les reins et empêchent la stagnation de l'urine dans le pelvis rénal et les uretères. Le repos au lit est prescrit pour une période de 5 à 7 jours (jusqu'à ce que les symptômes d'intoxication disparaissent et que la température baisse). Dans un processus unilatéral, une femme est placée du côté en bonne santé, les genoux pliés, et quelques-uns lèvent le pied du lit. Dans cette position, l'utérus s'écarte du rein enflammé et diminue la pression sur l'uretère. En cas de pyélonéphrite bilatérale, il est recommandé à la femme enceinte de prendre (3 à 5 fois par jour) la position genou-coude, dans laquelle l'utérus est également dévié et cesse d'appuyer sur les reins et les uretères.
  • Régime alimentaire
    Lorsque l'inflammation des reins montre une boisson acidulée riche, jusqu'à 3 litres par jour. Les boissons aux fruits à base de canneberge et d’airelles, la décoction (infusion) de feuilles d’airelle, d’airelles, de prêle des champs, d’avoine, de rose sauvage et de camomille ont des propriétés curatives. Il est nécessaire d'exclure le thé, le café, les boissons gazeuses non sucrées, le chocolat, les plats gras, frits et épicés, les aliments fumés et les cornichons, les fast foods Les aliments doivent être cuits au four, cuits ou bouillis.

Traitement de la toxicomanie

  • Antibiothérapie
    La base de la thérapie de la maladie est la nomination de médicaments antibactériens. L'ampicilline, l'oxacilline ou la pénicilline sont prescrites au cours des 12 premières semaines. Au deuxième trimestre, l'administration d'antibiotiques à base de céphalosporine (kefzol, claforan) et de macrolides (josamycine, rovamycine) est autorisée pendant une durée de 7 à 10 jours.
  • Nitrofuranes
    À partir du deuxième trimestre, on ajoute aux antibiotiques des uroantiseptiques ou des nitrofuranes (5-NOK, nitroxoline, furadonine, nevigramone).
  • Antispasmodiques et médicaments désensibilisants
    Suprastin, claritin sont prescrits à partir d'agents désensibilisants, mais pas de spa, papaverine, baralgin comme antispasmodiques. En outre, il montre l'utilisation de sédatifs (extrait de Valériane ou Agripaume).
  • Médicaments diurétiques
    Pour renforcer l'effet des antibiotiques, les diurétiques sont prescrits en petites doses (dichlothiazide, furosémide).
  • Traitement par perfusion
    Aux fins de désintoxication, la rhéopiglugine, Hemodez, les solutions salines sont perfusées par voie intraveineuse.
  • Vitamines et préparations de fer

Traitement chirurgical
En cas d'échec du traitement conservateur, une intervention chirurgicale est réalisée:

  • cathétérisme des uretères;
  • néphrostomie, décapsulation ou résection du rein et, dans les cas graves, ainsi que l'ablation du rein en cas d'inflammation purulente et destructrice (néphrite apostématique, carcinome ou abcès du rein).

Indications pour la chirurgie:

  • aucun effet après l'antibiothérapie (1 à 2 jours), plus des signes d'intoxication et d'inflammation (augmentation de la leucocytose, de l'ESR, de la créatinine);
  • obstruction (blocage) de calculs urinaires.

Livraison

L'accouchement en cas de pyélonéphrite gestationnelle est recommandé par le canal de naissance. Le plan de gestion du travail comprend la nomination d'antispasmodiques, d'analgésiques et la prévention de l'hypoxie fœtale. La césarienne n’est pratiquée que sous des indications obstétricales strictes.

Traitement de la pyélonéphrite pendant la grossesse

Sur le trajet des deux bandes avec un test de grossesse à la salle d'accouchement, une femme peut avoir beaucoup de problèmes. L'une d'entre elles est la pyélonéphrite gravidique (autrement, la pyélonéphrite enceinte). Dans cet article, nous examinerons en détail le traitement de la pyélonéphrite pendant la grossesse, les causes et les symptômes de cette maladie.

Pourquoi la pyélonéphrite se développe souvent pendant la grossesse?

Qu'est-ce qu'une pyélonéphrite gestationnelle dangereuse?

  1. Chez les femmes atteintes de cette maladie, le risque de toxémie dans la seconde moitié de la grossesse est considérablement accru.
  2. Les fausses couches, les mortinaissances se produisent plus souvent.
  3. Chez les enfants dont la mère a souffert de pyélonéphrite pendant la grossesse, les signes d'hypoxie et d'infection intra-utérine sont plus fréquents.

Comment se manifeste la pyélonéphrite chez la femme enceinte?

  • Chez certaines femmes, il n'y a pas de plaintes, et les changements sont détectés uniquement lors des examens de laboratoire - leucocytes et bactéries dans les urines. Lorsque l'ensemencement est le plus souvent déterminé par la croissance d'Escherichia coli, au moins - Klebsiella et Staphylococcus, Proteus. Une pyéloectasie peut être détectée à l'échographie.
  • Les plaintes fréquentes de douleur douloureuse, une lourdeur dans le dos, généralement asymétrique, sont souvent marquées par une douleur accrue lors d'une position debout prolongée sur les jambes. Certains notent le frisson des reins.
  • Avec exacerbation peut augmenter la température. Le plus souvent - une petite condition subfébrile, en particulier le soir, mais dans certains cas, il peut atteindre 38-39 С.
  • Les mictions fréquentes et la nycturie sont typiques d'une grossesse normale, mais avec la pyélonéphrite, l'urgence peut devenir impérative et la miction est douloureuse.
  • Pyélonéphrite de compagnie fréquente - hypertension artérielle. De plus, si habituellement le signe du problème est la pression artérielle supérieure à 140/90 mm. Hg un pilier, puis pour une femme enceinte 130/80 - déjà un peu trop.
  • L'œdème des jambes est souvent observé par les femmes enceintes, il n'est pas nécessairement lié à la pathologie du système urinaire, mais peut indiquer un trouble de la circulation veineuse. Cependant, avec la pyélonéphrite, l'enflure augmente, souvent des poches du visage apparaissent et les mains gonflent.
  • Les maux de tête, même avec une pression normale, la fatigue, le sentiment de faiblesse et de faiblesse, surtout le matin, complètent le tableau.

Comment traiter la pyélonéphrite gestationnelle?

  1. Thérapie de position. Il vise à réduire la compression des uretères et à améliorer le flux d'urine. Il n’est pas recommandé à une femme de dormir sur le dos, la meilleure option est celle du côté gauche. De manière répétée pendant la journée (de 4 à 7 à 10 fois), il est nécessaire d’occuper la position genou-coude et de rester dans cette position pendant au moins 5 minutes, de préférence 10 à 15 minutes. Il n'est pas nécessaire de se sentir ridicule, ennuyé ou timide. Vous pouvez lire un livre, jouer aux cubes avec un enfant plus âgé et même travailler sur un ordinateur portable dans cette position sans aucun problème.
  2. Mode de consommation S'il n'y a pas d'œdème significatif et de pression élevée, il est souhaitable que la quantité de fluide consommée augmente à 2-3 litres par jour. On suppose qu'il s'agira d'eau, de gelée et de boissons aux fruits, et pas du tout de thé ou de café fort.
  3. Phytothérapie De nombreuses herbes diurétiques, qui sont utilisées avec succès à d’autres époques, sont contre-indiquées pendant la grossesse. Vous ne pouvez pas utiliser la busserole, l'achillée millefeuille, le persil, la réglisse, le genévrier. Vous pouvez boire du jus de canneberges et d'airelles, des orties, des feuilles de bouleau. La vraie découverte est une décoction d'avoine: elle n'augmente pas l'hypotension des uretères, comme beaucoup d'autres plantes, n'augmente pas le tonus de l'utérus, elle a un effet anti-inflammatoire direct et la capacité du mucus contenu dans le bouillon à améliorer les selles et à prévenir la constipation pendant la grossesse. Il est conseillé d'utiliser pour les bouillons de céréales plutôt que les flocons. Pour préparer le bouillon, prendre 1 tasse d'avoine par litre d'eau, faire bouillir à feu doux pendant 2-3 heures (le volume de la masse bouillante est réduit de moitié environ), filtrer et boire un demi-verre trois fois par jour avant les repas. Si vous voulez ajouter du miel ou de la confiture - s'il vous plaît. S'il n'y a pas de désir d'herbes à préparer soi-même, le canephron, un médicament officiel, est autorisé chez les femmes enceintes - une combinaison d'herbes du centauré, du lovage et du romarin.

Traitement médicamenteux

La pyélonéphrite pendant la grossesse est une complication fréquente, mais non inoffensive. Une femme enceinte est de temps en temps envoyée pour passer une analyse d'urine - croyez-moi, ce n'est pas un caprice, ne négligez pas ces examens.

Quel médecin contacter

Selon les résultats de l'analyse d'urine, un obstétricien-gynécologue peut suspecter une pyélonéphrite gestationnelle. Il réfère généralement le patient au thérapeute. Dans les cas difficiles, une consultation avec un néphrologue ou un urologue est nécessaire.

Traitement de la pyélonéphrite pendant la grossesse

La pyélonéphrite touche environ 7% des femmes enceintes. La maladie peut perturber le cours normal de la grossesse et le développement du fœtus. Compte tenu de la gravité de la pyélonéphrite, chaque femme enceinte doit se soumettre à un test d'urine plusieurs fois pendant toute la grossesse afin de détecter à temps les précurseurs de la maladie rénale.

Causes de la pyélonéphrite enceinte

La pyélonéphrite est appelée inflammation du système pelvien rénal. L'inflammation est causée par une bactérie. Dans environ 80% des cas, la pyélonéphrite est provoquée par une flore opportuniste: E. coli, enterobacter, klebsiela, strepto et staphylocoque. Moins fréquemment, les responsables de la maladie sont les mycoplasmes, la chlamydia et les champignons Candida. Les bactéries pénètrent dans les reins à partir des organes urinaires inférieurs (urètre, vessie) ou proviennent des foyers d'infection chronique par le flux sanguin.

Les modifications du corps féminin pendant la grossesse contribuent à la progression du processus inflammatoire dans les reins. Ainsi, les modifications hormonales entraînant une augmentation de la synthèse de la progestérone entraînent une diminution du tonus des uretères, de la vessie, des cupules rénales et du pelvis. Cela provoque un ralentissement de l'écoulement de l'urine et sa stagnation, ce qui peut être considéré comme des conditions idéales pour la reproduction des bactéries.

De plus, l'utérus croissant exerce une forte pression sur les uretères, ce qui provoque également une violation du bon passage de l'urine. C'est pourquoi la pyélonéphrite survient souvent à la fin du deuxième trimestre (à 22-26 semaines), alors que la taille de l'utérus augmente déjà considérablement.

Quand une femme enceinte contracte la pyélonéphrite pour la première fois de sa vie, elle parle du développement pyélonéphrite gestationnelle. Il y a aussi des situations où une femme a eu pyélonéphrite chronique avant même de concevoir un enfant, et pendant la grossesse, la maladie s’est aggravée. Quelle que soit la forme de la maladie, le traitement appliqué est uniforme.

Symptômes de pyélonéphrite chez les femmes enceintes

La pyélonéphrite chez la femme enceinte peut survenir de différentes manières. Donc, avec pyélonéphrite aiguë Les symptômes de la maladie sont exprimés, l'état de santé général se dégrade. La pyélonéphrite chronique est généralement asymptomatique et le processus inflammatoire ne peut être suspecté que si vous détectez certaines anomalies dans les tests d'urine.

Pyélonéphrite aiguë accompagné d'une augmentation de la température, qui peut atteindre des nombres très élevés. Une femme se sent frustrée et fatiguée. Elle peut être dérangée par des frissons et des maux de tête. En même temps, il y a une douleur dans le bas du dos, qui peut être plus prononcée d'une part. La douleur est capable de donner dans le bas de l'abdomen, la cuisse, l'aine. Si la pyélonéphrite est accompagnée d'une inflammation des organes urinaires inférieurs, la femme s'inquiète également de son besoin fréquent d'uriner et d'une sensation de brûlure.

Pyélonéphrite chronique peut être ressenti à moins d’une légère augmentation de la température, de la fatigue, d’une gêne dans le bas du dos. En cas d'exacerbation, les symptômes de la pyélonéphrite deviennent plus prononcés. Souvent, les femmes enceintes ne soupçonnent pas la présence de la maladie. Dans ce cas, le médecin ne sera informé de la pyélonéphrite existante par le médecin qu'après les résultats de l'analyse d'urine. Dans l'étude de l'urine, il existe des leucocytes, des bactéries et également une petite quantité de protéines.

La pyélonéphrite n'est pas une maladie sans danger. Le processus inflammatoire complique le déroulement de la grossesse, de l'accouchement et peut même entraîner une perturbation du développement du fœtus.

Les complications de la pyélonéphrite enceinte incluent:

  • Gestose tardive (toxicose);
  • Fausse couche de grossesse;
  • Infection fœtale;
  • Hypotrophie fœtale.

Traitement de la pyélonéphrite pendant la grossesse

En identifiant la pyélonéphrite aiguë, le patient est hospitalisé à l'hôpital. Ceci est une condition préalable, car la femme doit respecter le repos au lit et le traitement doit être effectué sous la supervision d'un obstétricien-gynécologue ou d'un néphrologue.

La base du traitement consiste à prescrire des agents antibactériens. Seuls ces médicaments peuvent détruire les bactéries responsables de la pyélonéphrite. Dans le traitement des femmes enceintes, utilisez les antibiotiques les plus sûrs, à savoir:

  • Pénicillines (ampicilline, oxacilline);
  • Céphalosporines (céfuroxime, céfopérazone);
  • Macrolides (jozamycine, azithromycine).

Au cours du premier trimestre de la grossesse, lorsque les organes du fœtus sont encore en formation, les pénicillines sont préférées dans le traitement de la mère. Les macrolides et les céphalosporines sont déjà prescrits à partir du deuxième trimestre. La durée du traitement antibiotique est en moyenne de dix à quatorze jours.

C'est important! Avec les antibiotiques, les préparations antiseptiques sont prescrites dans le groupe des nitrofuranes (Furagin). Les antiseptiques aux herbes (Canephron) sont utilisés comme traitement supplémentaire. Ces médicaments ne pourront à eux seuls vaincre la pyélonéphrite sans antibiotiques.

En cas d'intoxication d'une femme enceinte, un traitement de désintoxication est effectué. Pour restaurer le passage de l'urine, des antispasmodiques (Drotaverinum, Papaverine) sont prescrits à la femme. En outre, le meilleur écoulement d'urine contribue à la ponte du côté sain en soulevant les jambes. Dans le même but, il est recommandé à une femme de prendre la position genou-coude pendant dix minutes plusieurs fois par jour. À ce stade, vous pouvez parcourir le magazine, regarder la tablette pour passer le temps.

Pour accélérer la récupération, vous devez suivre un régime, limiter la consommation de viande et de sel. Dans le même temps, vous devez boire du liquide en quantité suffisante. En particulier, il faut faire attention au jus de canneberge. Cette boisson acidifie l'urine, ce qui contribue à l'inhibition des microbes.

Les naissances avec pyélonéphrite se font par le canal utérin. Si une femme développe une prééclampsie tardive et ne peut pas être éliminée avec des médicaments, l’obstétricien-gynécologue effectuera un travail précoce. La question de l'avortement est envisagée en cas d'insuffisance rénale ou en cas de pyélonéphrite d'un seul rein.

Grigorov Valeria, commentateur médical

1,907 vues totales, 4 vues aujourd'hui