Symptômes et signes de coliques rénales

La cystite

Une personne de tout âge et de tout sexe peut souffrir de colique rénale, qui se manifeste par une vive douleur au dos, s'étendant jusqu'à l'abdomen et à l'aine. La mesure dans laquelle les symptômes et les signes de colique rénale seront exprimés dépend de la cause de la crise.

Nos lecteurs recommandent

Notre lecteur habituel s'est débarrassé des problèmes de rein par une méthode efficace. Elle a vérifié elle-même - le résultat est 100% - un soulagement complet de la douleur et des problèmes de miction. Ceci est un remède naturel à base de plantes. Nous avons vérifié la méthode et décidé de vous le recommander. Le résultat est rapide. METHODE EFFICACE.

Causes de la colique

La lithiase urinaire est la cause la plus fréquente de colique rénale. Une crise aiguë de douleur commence soudainement, qui peut être causée par un tremblement ou un effort physique intense, ce qui active le mouvement de la pierre dans les reins et dans l'urètre. On distingue deux formes de coliques rénales: unilatérale (droite ou gauche) et bilatérale, en fonction du côté de l'obstruction de l'uretère.

Les causes les plus courantes de colique rénale comprennent:

  • pierres en herbe;
  • des concrétions dans les origines des voies de production de l'urine;
  • défauts de la structure de l'uretère, restreignant la production d'urine;
  • obstruction des moyens de drainer l'urine avec des caillots de sang et du pus;
  • une réaction allergique spécifique qui provoque un gonflement des parois des voies urinaires;
  • lésion rénale;
  • néoplasmes rénaux.

Symptômes et signes

Intolérable, douleur aiguë dans l'abdomen et dans le bas du dos, nausée - symptômes vifs de coliques néphrétiques.

Le fait que le corps développe pour la lithiase urinaire au fil des ans, les patients apprendront dans de nombreux cas après une attaque et un traitement d'urgence chez le médecin.

La colique rénale chez différentes personnes se manifeste par approximativement les mêmes sensations (symptômes). La condition provoque un certain nombre de symptômes spécifiques à la perturbation du système urinaire. Évaluez correctement les signes de la maladie, l'état du patient, et seul le médecin est en mesure de choisir la ligne de traitement appropriée.

Il est important que chaque personne sache laquelle des manifestations d'une attaque menace sa santé.

Les principaux signes de colique rénale sont:

  1. Douleur vive et implacable.
  2. Modifications de l'apparence de l'urine (apparition de sang dans l'urine).
  3. Nausée, occasionnellement - vomissements.

Ils sont caractéristiques de la colique rénale, le reste des symptômes se manifestant par des réactions spécifiques du corps humain. C'est:

  • ballonnements et douleurs intestinales;
  • l'hypertension;
  • changement de fréquence cardiaque;
  • forte fièvre, frissons, crampes;
  • douleur lors de la vidange.

C'est précisément par la nature de la douleur spasmodique qu'un médecin expérimenté peut déterminer avec précision la pathologie. L’attaque de colique, apparue soudainement dans la région lombaire, s’accompagne d’une irradiation locale des symptômes du périnée.

La force de la douleur ne dépend pas de la position du corps du malade ni de son activité. À la recherche d'une posture confortable pour réduire la douleur, une personne tente en vain de s'allonger ou de s'asseoir. La principale caractéristique de l'attaque est la continuité, elle permet de se distinguer de la colique intestinale, qui a un caractère cyclique de restriction.

La pression constante et croissante de l'urine dans les voies urinaires obstruées ne diminue qu'après le départ de la pierre. Ceci explique l'impossibilité d'arrêter la douleur en changeant de position, comme c'est le cas avec d'autres types de coliques.

Localisation de la douleur

À partir du niveau auquel l'uretère est bloqué, la douleur se manifeste comme le signe principal de la colique du rein:

  • lorsque la pierre entre dans la zone étroite de la liaison entre le bassin et l'uretère, du côté droit ou du côté gauche, l'estomac dans la partie centrale fera mal
  • en arrêtant le calcul à l'endroit de la convergence de l'uretère et des vaisseaux iliaques, une gêne se manifestera dans le périnée et se manifestera à la moitié externe de la cuisse;
  • si la pierre s'arrête avant d'entrer dans la vessie, la douleur se fait sentir dans les parties génitales.

La durée d'une attaque dépend de:

  • taux de progression du calcul dans l'uretère;
  • la possibilité d'éliminer son blocage.

Chez les enfants, la colite rénale peut durer jusqu'à 20 minutes. Dans les cas graves, les coliques chez l’adulte peuvent atteindre plusieurs jours. Si une violation de l'écoulement d'urine au cours de la journée provoque un dysfonctionnement des reins, des modifications irréversibles se produiront après 5 jours de rétention urinaire complète.

La force de la sensation de douleur est formée par la pression du fluide sur le pelvis et la membrane rénale (en raison de son augmentation) qui irrite les terminaisons nerveuses et est transmise au ganglion nerveux ventral, atteignant la moelle épinière au niveau de la longe.

Changements dans les caractéristiques de l'urine

Le deuxième signe de colique rénale est un changement de la quantité et de la qualité de l'urine sécrétée. Il sera possible de déterminer avec précision l'évolution de ses indicateurs après les tests, mais le volume de fluide libéré peut être estimé directement lors d'une attaque.

Au cours des coliques observées:

  • Inconfort pendant la miction. La sensation est causée par un rétrécissement de la façon dont l'urine est retirée en raison d'un spasme. La raison possible - la pierre après l'attaque s'est arrêtée dans la vessie.
  • Incontinence ou séparation trop fréquente de l'urine, provoquée par la pression de la pierre située au-dessus de la vessie. Il affecte les nerfs et provoque l'envie d'uriner.
  • Le volume d'urine ne change généralement pas pendant l'attaque, le travail amélioré du deuxième rein vous permet d'éliminer le liquide résiduel. Avec la défaite des deux organes (l’absence d’un des deux), le volume de l’urine peut diminuer jusqu’à disparition totale.

L'apparition de pus et de sang est considérée comme un changement qualitatif dans la composition de l'urine. Si l'uretère est gravement touché - le sang sera clair, avec des blessures mineures - les taches ne peuvent être observées que sous l'effet d'une augmentation des analyses de laboratoire.

Nausées et vomissements

La violation de l'écoulement de l'urine provoque une augmentation de l'intoxication dans le corps, qui se manifeste par des nausées. Cette condition est considérée comme l’un des principaux symptômes de la colique, avec la douleur aiguë. Les vomissements avec coliques néphrétiques sont généralement simples et n'apportent pas de soulagement (des vomissements sévères répétés sont caractéristiques des maladies intestinales).

Signes supplémentaires

Dans le contexte des principales manifestations de la pathologie, des symptômes supplémentaires sont notés, tels que la réaction individuelle du patient.

L'hypertension

Ce symptôme est directement lié à la fonction des reins, en tant qu’organe impliqué dans la régulation de la pression. Avec la redistribution des fonctions entre les reins, due au blocage par une attaque, la pression augmente légèrement si aucune maladie associée n’affectera le niveau de pression en rémission. Une autre raison de l’augmentation de la pression artérielle est la réponse réflexe du corps à la douleur.

Changement de fréquence cardiaque

Apparaît comme un symptôme concomitant d'une hypertension artérielle, apparaissant par réflexe dans le contexte d'une douleur intense. Il y a à la fois un ralentissement (généralement) et une augmentation du rythme (dans le contexte d'une augmentation de la température au moment de l'infection).

Des frissons

La sensation est déclenchée par une forte pression dans le corps, qui provoque un retour du sang du rein dans les veines. L'entrée directe de toxines dans le sang provoque de la fièvre et des frissons. Une forte fièvre et des convulsions indiquent la présence d'une infection dans le système génito-urinaire en plus de la maladie sous-jacente.

Traitement

S'il y a eu une attaque, vous devez appeler une ambulance. Toutes les actions pré-médicales sont effectuées, si le diagnostic repose sur la confiance, sinon vous pouvez nuire gravement à votre santé. Pour soulager la douleur, il vous faut:

  • fournir de la chaleur sèche à la région lombaire (s'il n'y a pas d'augmentation de la température corporelle ou de contre-indications);
  • offrir du thé chaud au patient;
  • donner des antispasmodiques - Papaverine, Spazmalgon, No-Shpu, Baralgin, Tsistenal.

Après l'arrivée de l'ambulance, le médecin injecte un antispasmodique et un analgésique au patient en cas de colique sur le côté gauche du corps. Avec une douleur du côté droit, il devrait faire la distinction entre une colique et une appendicite, après cela - pour aider.

Conséquences et complications

Avec la colique rénale, il est nécessaire d’arrêter rapidement la douleur et de suivre un traitement approprié pour que le pronostic du traitement soit favorable. Sinon, des complications peuvent survenir si des soins médicaux tardifs ont été fournis, à savoir:

  • rétrécissement de l'uretère;
  • urosepsie;
  • pyélonéphrite obstructive aiguë;
  • violation de la fonction rénale urinaire.

La colique rénale est une maladie potentiellement mortelle qui s'accompagne d'une douleur intense. L'assistance qualifiée lors d'une attaque ne peut être rendue que dans les conditions d'un hôpital.

Vaincre une maladie rénale grave est possible!

Si les symptômes suivants vous sont familiers:

  • maux de dos persistants;
  • difficulté à uriner;
  • violation de la pression artérielle.

Le seul moyen est la chirurgie? Attendez et n'agissez pas par des méthodes radicales. Guérir la maladie est possible! Suivez le lien et découvrez comment le spécialiste recommande un traitement.

Colique rénale

Comment une personne peut-elle être aidée si elle a eu une crise de colique rénale et si elle ne trouve pas de place pour elle-même à cause de la douleur qui le déchire? La colique rénale n'est pas traitée à la maison, mais vous devez savoir quoi faire pour soulager de manière significative l'état du patient et essayer de soulager les spasmes aigus de la douleur qui le tourmente. Les coliques des reins peuvent être causées par diverses raisons. Les proches et les amis d'une personne souffrant de maladies pathologiques de l'appareil génito-urinaire doivent connaître les mesures de premiers soins afin d'éviter les chocs douloureux au stade aigu de la colique.

Qu'est-ce que la colique rénale?

La douleur aiguë qui en résulte dans la région lombaire, une insuffisance aiguë de la fonctionnalité rénale, est appelée colique. L'attaque commence soudainement, à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit. Les coliques se développent lorsque le calice rénal déborde en raison d'un écoulement retardé de l'urine. Le fait d'étirer le rein et d'augmenter sa pression contribue à l'apparition d'un fort syndrome douloureux, conséquence de la pathologie survenue. Une telle attaque peut durer de quelques minutes à une semaine, transformant la vie d’une personne en tourment en l’absence de mesures thérapeutiques.

Symptômes de la colique rénale

Le syndrome de dysfonctionnement rénal peut être accompagné des symptômes suivants:

  • douleur aiguë dans la colonne lombaire d'un ou des deux côtés;
  • la présence de sang, de sable en suspension dans l'urine;
  • mictions fréquentes, douleur lors de la vidange de la vessie;
  • la propagation de lésions douloureuses sur les parties inférieures du corps - les zones inguinales, la surface interne des cuisses;
  • manque de miction;
  • distension abdominale;
  • nausée, vomissement, faiblesse;
  • diarrhée, ou vice versa, constipation;
  • comportement agité.

Diminution de l'apport sanguin au rein, la perte de ses fonctions entraîne des accès de douleur aigus et aigus dont la localisation peut se manifester à différents endroits - dans le bas du dos, du côté droit ou gauche. La douleur irradie (s'étend) à l'aine, au bas de l'abdomen, aux organes génitaux externes et aux cuisses internes. Il existe un syndrome de la douleur rénale gauche et droit. Si vous parvenez à supprimer l'attaque, l'intensité de la douleur diminue, cependant, de faibles sensations douloureuses persistent.

Chez les enfants

Chez les bébés qui ne savent pas encore parler, les coliques peuvent être reconnues par une anxiété accrue, des pleurs pleurants et un ventre gonflé. L'attaque peut durer 5-15 minutes, certains enfants vomissant apparaît. Si l'enfant est capable de parler, les zones ombilicales et lombaires, ainsi que les zones inguinales, sont indiquées pour déterminer le lieu de localisation de la douleur. Étant donné que la douleur causée par les crampes peut indiquer des pathologies graves qui entraînent de graves complications, il faut immédiatement montrer l’enfant au médecin.

Raisons

Les coliques peuvent survenir dans les pathologies suivantes:

  • l'accumulation de calculs rénaux et le blocage des voies urinaires par eux;
  • aux excès et au rétrécissement de l'urètre, de l'uretère (observé chez les hommes);
  • chez la femme enceinte, le fœtus peut provoquer un pincement du rein;
  • prolapsus rénal (néphroptose);
  • pyélonéphrite aiguë et autres maladies rénales;
  • tumeurs des organes internes;
  • la colite;
  • structure anormale du système urinaire;
  • allergies dans le contexte de la prise de divers médicaments;
  • lésions rénales tuberculeuses.

Diagnostics

Pour identifier la pathologie à l'origine du syndrome douloureux aigu, le médecin doit établir l'historique de la maladie, poser un diagnostic différentiel, interroger le patient sur la nature de la douleur, son heure d'apparition, sa localisation, les symptômes associés (présence de sang dans l'urine, problèmes de miction). En outre, un néphrologue peut poser des questions sur des maladies vécues au cours de la vie, qui ont été accompagnées d'une perturbation du système génito-urinaire, de la présence de pyélonéphrite, de la quantité de liquide que le patient boit et s'il a une dépendance aux plats salés.

Après avoir compilé les antécédents de la maladie, le médecin procède à des méthodes de diagnostic pratiques:

  • Un examen visuel primaire du patient est effectué, une palpation soigneuse de la zone douloureuse est effectuée.
  • Le sang et l'urine sont prélevés pour analyse. Une augmentation du nombre de leucocytes dans le sang et l'urine, la présence de créatinines et d'érythrocytes dans l'urine peuvent indiquer un processus inflammatoire aigu.
  • Une étude échographique des reins est réalisée afin d'identifier la localisation, la structure, la localisation du tartre dans ces organes.
  • L'examen par uréographie est en cours.
  • Parfois, ils effectuent une tomodensitométrie des organes urinaires afin d'identifier la cause des coliques.

Traitement

Pour soulager les coliques avec dysfonctionnement rénal, vous devez savoir quelle pathologie est à l'origine de ce syndrome et l'éliminer. La semi-perte de conscience du patient, les nausées et les vomissements nécessitent une hospitalisation immédiate et le rétablissement de la capacité rénale dans un hôpital. S'il n'existe aucune preuve d'appendicite, de colique biliaire, les médecins prennent simultanément des mesures pour soulager la douleur et éliminer la cause de la maladie.

On peut prescrire au patient des médicaments, en alcalisant l’urine et en dissolvant des calculs, un régime spécial. Vous devrez boire des complexes multivitaminiques, des diurétiques, qui éliminent le risque de calculs rénaux. Si la colique est due à une tuberculose rénale, des médicaments spéciaux sont prescrits pour éliminer la pathologie. Une intervention chirurgicale invasive est indiquée en l'absence d'effet du traitement médicamenteux.

Colique rénale

La colique rénale est une attaque douloureuse aiguë provoquée par une perturbation soudaine du passage de l'urine, une augmentation de la pression artérielle et une ischémie rénale. La colique rénale est caractérisée par une crampe intense au bas du dos qui s'étend le long de l'uretère, des mictions fréquentes et douloureuses, des nausées et des vomissements et une agitation psychomotrice. Le soulagement des coliques néphrétiques est obtenu grâce à la chaleur locale, à l’introduction d’antispasmodiques et d’analgésiques (voire de narcotiques) et à des blocages de novocaïne. Pour déterminer la cause de la colique rénale, un test d'urine, une urographie intraveineuse, une chromocytoscopie, une échographie et une tomodensitométrie des reins sont effectués.

Colique rénale

La colique rénale peut compliquer le cours de diverses maladies des voies urinaires. En urologie, la colique rénale est considérée comme une affection urgente nécessitant l’élimination rapide de la douleur aiguë et la normalisation du fonctionnement du rein.

Causes de la colique rénale

Le développement de coliques néphrétiques est associé à une violation soudaine du prélèvement d'urine du rein en raison d'un blocage interne ou d'une compression externe du tractus urinaire. Cette condition s'accompagne d'une contraction spasmodique réflexe des muscles de l'uretère, d'une augmentation de la pression hydrostatique à l'intérieur du pelvis, d'une stase veineuse et d'une ischémie du rein, d'un gonflement du parenchyme et d'un étirement excessif de la capsule fibreuse du rein. En raison de l'irritation des récepteurs sensibles, se développe un syndrome douloureux soudain et prononcé - la colique néphrétique.

Les causes immédiates de la colique rénale peuvent être des obstructions mécaniques qui gênent le passage de l'urine du pelvis rénal ou de l'uretère. Dans la plupart des cas (57,5%), la colique rénale se produit lorsqu'un calcul est étranglé dans une section de l'uretère dans la lithiase urinaire. Parfois, l'obstruction de l'uretère est causée par des caillots de mucus ou de pus dans la pyélonéphrite, des masses caséeuses ou des papilles nécrotiques rétractées dans la tuberculose rénale. En outre, la cause de la colique rénale peut être l'inflexion ou la torsion de l'uretère avec néphroptose, dystopie rénale, rétrécissement de l'uretère. La compression externe des voies urinaires provoque souvent des tumeurs du rein (adénocarcinome papillaire, etc.), de l'uretère, de la prostate (adénome de la prostate, cancer de la prostate); hématomes rétropéritonéaux et sous-capsulaires post-traumatiques (y compris après une lithotripsie à distance).

Un autre groupe de causes contribuant au développement de la colique rénale est associé aux maladies inflammatoires ou congestives des voies urinaires. Ainsi, des attaques douloureuses aiguës se produisent souvent avec une hydronéphrose, un œdème segmentaire aigu de la membrane muqueuse lors d'une périurétérite, une urétrite, une prostatite, une phlébostase dans le système veineux pelvien.

La colique rénale, provoquée par des maladies vasculaires aiguës du tractus urinaire, se produit lors d’une thrombose veineuse rénale, d’une embolie et d’un infarctus du rein. Des anomalies congénitales (achalasie, dyskinésie, mégakalikoze, rein spongieux, etc.) sont associées à des troubles de l'urodynamique dans les voies urinaires supérieures avec le développement de la colique rénale.

Symptômes de la colique rénale

Le signe classique de la colique rénale est une douleur soudaine, intense et crampes dans la région lombaire ou angle costo-vertébral. Une attaque douloureuse peut se développer la nuit, pendant le sommeil; Parfois, l'apparition de coliques néphrétiques est associée à un effort physique, à une selle circonscription, à une longue marche, à la prise de médicaments diurétiques ou à un volume important de liquide. À partir du bas du dos, la douleur peut se propager à la région méogastrique, iléale, à la cuisse, au rectum; chez les hommes, dans le pénis et le scrotum, chez les femmes, dans les lèvres et le périnée.

Une attaque douloureuse avec coliques néphrétiques peut durer de 3 à 18 heures ou plus; Cependant, l'intensité de la douleur, sa localisation et son irradiation peuvent varier. Au cours des coliques néphrétiques, les patients sont agités, déchirés, ne trouvent pas de position qui soulage la douleur.

Au moment des coliques néphrétiques, une envie fréquente d'uriner se développe, plus tard - une oligurie ou une anurie, des crampes dans l'urètre, une bouche sèche, des vomissements, un ténesme, des flatulences. Dans le contexte des coliques néphrétiques, on note une hypertension artérielle modérée, une tachycardie subfébrile, des frissons. Une douleur intense dans les coliques néphrétiques peut provoquer l'apparition d'un état de choc (hypotension, peau pâle, bradycardie, transpiration froide). Après la fin de la colique rénale, une quantité importante d'urine est généralement excrétée dans laquelle une hématurie ou une hématurie globale est détectée.

Diagnostic de la colique rénale

En reconnaissant la colique rénale, le patient est guidé par une histoire, une image objective et des études instrumentales. Au cours des coliques néphrétiques, la moitié correspondante de la région lombaire est douloureuse à la palpation, le symptôme de tapotement le long de l'arc costal est nettement positif. Un examen de l'urine après la disparition de la douleur permet de détecter des globules rouges ou des caillots de sang frais, des protéines, du sel, des globules blancs et de l'épithélium.

La radiographie de contrôle de la cavité abdominale permet d’exclure une pathologie abdominale aiguë. En outre, sur les radiographies et les urogrammes, une pneumatose de l'intestin, une ombre plus dense du rein affecté et une «aura de raréfaction» dans la région des tissus rénaux pendant l'oedème peuvent être détectées. La réalisation d'une urographie intraveineuse sur les modifications du contour des cupules et du pelvis, la luxation rénale, la nature de la flexion de l'uretère et d'autres signes permet d'identifier la cause de la colique rénale (néphrolithiase, calculs urétraux, hydronéphrose, néphroptose, etc.).

La chromocytoscopie, réalisée lors d'une crise de colique rénale, révèle un retard ou une absence de sécrétion de carmin indigo par un uretère bloqué, parfois un œdème, une hémorragie ou une pierre étranglée à la bouche de l'uretère. Étudier l'état de l'échographie des voies urinaires des reins et de la vessie; afin d'exclure "abdomen aigu" - échographie de la cavité abdominale et du petit bassin. Pour établir la cause de la colique rénale développée, autoriser des études tomographiques (scanner des reins, IRM).

Traitement de la colique rénale

Le soulagement des coliques néphrétiques commence par les procédures thermiques locales (application d'un appareil de chauffage chaud sur le bas du dos ou sur l'abdomen, bain assis avec une température d'eau comprise entre 37 et 39 ° C). Afin de soulager la douleur, les spasmes des voies urinaires et la restauration du passage de l'urine, l'introduction d'analgésiques et d'antispasmodiques (métamizole sodique, trimépéridine, atropine, drotavérine ou platifilline par voie intramusculaire).

Une attaque prolongée de coliques rénales est conseillé d'essayer de supprimer à l'aide d'un blocage novocainique du cordon spermatique ou de l'utérus de l'utérus sur le côté de la lésion, un blocage pelvien, une irrigation paravertébrale de la région lobaire avec du chloréthyle. Dans la phase aiguë, l'acupuncture et l'électroacupuncture sont largement utilisées. Physiothérapie - thérapie diadynamique, thérapie par ultrasons, thérapie par vibrations, etc.

En cas de colique rénale survenant au fond d'une pyélonéphrite aiguë avec une élévation de température élevée, la procédure thermique est contre-indiquée. Si les mesures conservatrices prises échouent, le patient est hospitalisé dans un hôpital urologique où un cathétérisme ou un stenting de l'uretère, une ponction de la néphrostomie ou un traitement chirurgical sont pratiqués.

À l'avenir, il est montré l'examen par un urologue (néphrologue) et le traitement prévu de la maladie, ce qui a provoqué le développement de la colique rénale.

Pronostic et prévention de la colique rénale

Le soulagement rapide et l’élimination des causes menant au développement de la colique rénale élimine la possibilité de rechute. En cas d'obstruction prolongée des voies urinaires, des lésions rénales irréversibles peuvent survenir. L'ajout d'une infection peut entraîner le développement d'une pyélonéphrite secondaire, d'une urosepsie ou d'un choc bactériémique.

La prévention de la colique rénale consiste à exclure tous les facteurs de risque possibles, principalement l’urolithiase.

Colique rénale gauche

Colique rénale: symptômes, causes et traitement

La pathologie la plus courante des voies urinaires est la colique rénale, qui se manifeste par une attaque aiguë de douleurs crampes atroce. Ces douleurs sont causées par des spasmes des muscles musculaires lisses et sont associées à un blocage des voies urinaires supérieures, ainsi qu’à une altération du débit d’urine des reins vers la vessie.

Causes de la colique rénale

Le risque de développer une lithiase urinaire, qui est la cause directe de la colique rénale, dépend d'un certain nombre de facteurs communs (âge, sexe, lieu de résidence) et de facteurs privés, tels que:

  • augmentation de la température corporelle pendant 2-3 mois;
  • exercice excessif;
  • faible consommation de liquide;
  • prédisposition génétique à la maladie;
  • la présence de calculs rénaux;
  • plus tôt paroxystique dans la région lombaire de la douleur;
  • consommation excessive d'aliments salés, qui contiennent une grande quantité de protéines principalement d'origine animale.

Il existe également un certain nombre d'autres raisons provoquant l'apparition de cette maladie:

  • obstruction de l'uretère avec un fragment détaché d'une tumeur du rein, un caillot de sang;
  • compression de l'uretère par une tumeur émanant des organes adjacents;
  • inflexion de l'uretère avec un rein abaissé;
  • hématomes sous-traumatiques et rétropéritonéaux post-traumatiques;
  • stress physique, longue marche, promenade agitée.

Parmi les autres causes de coliques rénales, figurent celles associées aux maladies congestives ou inflammatoires des voies urinaires:

  • œdème segmentaire aigu de la muqueuse avec périurétérite;
  • phlébostase dans le système veineux pelvien;
  • hydronéphrose;
  • l'urétrite;
  • prostatite

Symptômes de la colique rénale

L’attaque de la colique rénale commence, en règle générale, dans un contexte de parfaite santé et frappe dans sa soudaineté. Ses manifestations caractéristiques sont des douleurs aiguës, déchirantes, localisées dans la région lombaire, dans l’une des moitiés de l’abdomen. Dans certains cas, la douleur peut s'étendre à la hanche, à la région iliaque, à la région de mezogastralnaya, aux organes génitaux (vagin et lèvres, pénis, scrotum), ainsi qu'à l'aine. Lorsque vous urinez, la douleur peut augmenter.

Presque toujours, les coliques rénales s'accompagnent de mictions fréquentes, de flatulences, de vomissements, d'une bouche sèche et de boutures dans l'urètre. Au point culminant de l’attaque, des frissons, une affection sous-fébrile, une tachycardie, une hypertension modérée peuvent survenir. Une douleur intense peut provoquer l'apparition d'un état de choc, qui se traduit par des sueurs froides, une bradycardie, une pâleur de la peau, une hypotension.

Étant donné que les symptômes de la colique rénale n’ont pas un caractère purement individuel, mais qu’ils accompagnent un certain nombre de troubles de la douleur abdominale et lombaire, un diagnostic différentiel est nécessaire. La maladie se distingue de l'appendicite aiguë, de la névralgie intercostale, de la torsion de l'ovaire, de l'épidimorchite, de la hernie discale intervertébrale, d'un ulcère gastrique perforé, d'une pancréatite aiguë, d'une grossesse extra-utérine, d'une cholécystite, d'une torsion du pédicule du kyste de l'ovaire, d'une thrombose mésentérique.

Il est très difficile de différencier la colique rénale du côté droit de l'appendicite aiguë, car la douleur dans la région lombaire avec appendicite rétrocécale est souvent mélangée à la douleur associée à la colique rénale.

Les symptômes classiques de la colique rénale typique sont la douleur aiguë, l'hématurie et les troubles urinaires. Dans le tableau clinique de l'appendicite aiguë, la douleur est également le symptôme dominant et la maladie elle-même se manifeste sous la forme d'une colique appendiculaire. La localisation de la douleur dans les coliques néphrétiques est notée dans la région lombaire avec irradiation le long de l'uretère dans l'aine et les organes génitaux. La localisation de la douleur dans l'appendicite aiguë est le plus souvent observée dans la région iliaque droite, suivie par une irradiation dans le nombril et l'épigastre. Bien que très souvent, l’irradiation de la douleur dans l’une ou l’autre des maladies soit la même (anus, sacrum, épaule, région épigastrique).

Cependant, la nature de la douleur doit également être prise en compte. Dans l'appendicite aiguë, il y a une augmentation progressive de la douleur, la douleur est constante et ne présente pas d'intervalles lumineux. Avec la colique rénale, la douleur est paroxystique et plus intense, ainsi que les phénomènes dysuriques.

Les symptômes d'irritation péritonéale et de tension musculaire de la paroi abdominale antérieure sont plus caractéristiques de l'appendicite aiguë. Avec la colique rénale, ils sont beaucoup moins fréquents. Avec l'appendicite, les vomissements sont généralement observés au début de la crise et peuvent être isolés, et dans les cas de coliques néphrétiques, ils accompagnent chaque crise douloureuse.

L'augmentation de la température corporelle est un symptôme plus courant d'appendicite aiguë. Et seule la complication de l'urolithase avec une pyélonéphrite aiguë s'accompagne d'une température corporelle très élevée, précédée de frissons renversants.

Le comportement du patient joue également un rôle important dans le diagnostic différentiel. Avec la colique rénale pour soulager la douleur, il se comporte de manière agitée, prenant une position variée. Et en cas d'appendicite aiguë, au contraire, elle reste silencieuse et immobile, car tout mouvement provoque une nouvelle attaque de douleur.

Diagnostic de la colique rénale

Les données des études instrumentales, un tableau clinique objectif, l’anamnèse, jouent un rôle important dans le diagnostic de la maladie. Les mesures de diagnostic comprennent également:

  • analyse d'urine;
  • radiographie abdominale générale;
  • urographie intraveineuse;
  • chromocytoscopie;
  • Échographie des reins et de la vessie.

Il est à noter que parmi les maladies du système urinaire, la colique rénale du côté droit est le plus souvent causée par des diagnostics erronés.

Traitement de la colique rénale

Les mesures thérapeutiques contre cette maladie impliquent la mise en œuvre de deux tâches principales: le soulagement de la douleur et l'élimination de l'obstruction des voies urinaires.

La chaleur appliquée à la région lombaire aidera à éliminer le spasme de l'uretère et la décharge des calculs avant l'arrivée du médecin. Il est également conseillé d'utiliser des antispasmodiques.

Le traitement de la colique rénale peut être effectué à la fois en consultation externe et en milieu hospitalier. Les patients présentant les indications suivantes doivent être hospitalisés d’urgence:

  • âge avancé;
  • colique rénale bilatérale;
  • soulagement inefficace de la douleur;
  • coliques rénales avec un seul rein;
  • impossibilité de surveillance et de traitement ambulatoires.

Il est nécessaire de demander une assistance médicale d'urgence dans les cas suivants:

  • détérioration de l'état général;
  • nouvelle attaque de la colique rénale;
  • des nausées et des vomissements;
  • l'apparition de fièvre;
  • diminution de la quantité d'écoulement d'urine.

Les patients souffrant de coliques néphrétiques doivent suivre un régime spécial (tableau n ° 10) visant à normaliser le métabolisme et à améliorer le fonctionnement des reins, du foie et du système cardiovasculaire. Ce régime avec coliques néphroscopiques implique une réduction de la valeur énergétique du régime, limitant la quantité de chlorure de sodium, ainsi que l’élimination des aliments lourds difficiles à digérer.

Suivre un régime peut aider à prévenir l’exacerbation de la maladie.

Colique rénale

La colique rénale est une attaque de douleur aiguë qui survient lors d'une violation aiguë de la perméabilité des voies urinaires (bassin, uretère).

La colique rénale survient lors de troubles aigus de l'écoulement de l'urine pouvant survenir en raison d'une obstruction des voies urinaires supérieures. L'obstruction peut être causée par un tartre, un conglomérat de sels urinaires, des caillots de mucus, du sang, du pus, des tissus nécrotiques rejetés, des masses caséeuses, ainsi que par la flexion de l'uretère, les spasmes de l'uretère et du pelvis rénal.

La colique rénale se manifeste par une insuffisance de la circulation sanguine dans le rein, des uretères, des troubles fonctionnels des voies urinaires supérieures, au cours d'un traitement par des glucocorticoïdes, avec des réactions allergiques et d'autres maladies.

Les causes les plus courantes sont:

• Tumeurs des organes voisins (rectum, utérus, prostate) lorsqu'ils sont distribués aux uretères;

• Tumeur de la vessie (violation de l'écoulement de l'urine au niveau de la vessie);

• Néphroptose (prolapsus rénal);

• anomalies du développement des voies urinaires;

• un épisode d'urolithiase dans le passé (la probabilité d'un épisode récurrent est de 60%);

• activité physique accrue;

• travail associé à une surchauffe prolongée;

• la présence de maladies prédisposant au développement de calculs (acidose rénale tubulaire, polykystose rénale, hyperparathyroïdie, sarcoïdose);

• augmentation de la perte de liquide (malabsorption, iléostomie);

• consommation de médicaments peu solubles.

Symptômes de la colique rénale

L'attaque de la colique rénale survient généralement soudainement. Caractérisé par une forte douleur coupante dans le bas du dos. Le syndrome de la douleur peut durer longtemps (jusqu'à 10-12 heures). La douleur peut être administrée au bas-ventre, aux organes génitaux, aux hanches, à l'aine. L'envie d'uriner devient plus fréquente, la miction est difficile. La colique rénale s'accompagne souvent de vomissements, de selles molles et de flatulences.

Les symptômes de la colique rénale se manifestent souvent lors de mouvements actifs: course à pied, marche rapide, motocyclette, voiture, sport.

La douleur devient vite insupportable, le patient ne peut pas se trouver une place, gémit bruyamment.

Lorsque vous urinez après une attaque, des parties de cailloux, du sel et du sang peuvent être libérées.

• numération globulaire complète: signes d'inflammation;

• Analyse d'urine: hématurie (apparition de globules rouges dans l'urine);

• Test sanguin biochimique: augmentation de la concentration de créatinine, d’urée;

• Échographie (échographie) des reins: détection des modifications structurelles des reins, des calculs;

• examen radiographique des reins;

• urétéropyélographie rétrograde (pour déterminer le niveau d'obstruction).

• Le scanner (tomodensitométrie) des reins, de la vessie, des uretères: permet d’étudier ces organes en couches, afin de détecter la cause de la colique rénale.

On distingue les formes suivantes de coliques rénales:

Si vous souffrez de colique rénale, vous devez immédiatement consulter un médecin.

Avec l'apparition de coliques dues à la lithiase urinaire, il est recommandé d'uriner à travers de la gaze ou dans un récipient afin de détecter la sortie de la pierre.

Suivez le régime numéro 10 ou numéro 6 (avec urolithiase à urate). Soulager la douleur aidera

procédures thermiques: bain chaud (température 40–50 ° С), bouillotte sur la région lombaire.

Il faut vider rapidement la vessie, suivre scrupuleusement les règles d'hygiène personnelle.

Traitement de la colique rénale

Le traitement principal est l’élimination de la cause de la colique rénale, la thérapie de la maladie qui a conduit à la colique (tumeur, lithiase urinaire, etc.).

Pour éliminer la douleur, utilisez la chaleur locale (bouillotte, bain chaud), mais uniquement en l'absence de température corporelle élevée, en cas de suspicion de présence de tumeurs. Utilisez des analgésiques - anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène, nimésulide, diclofénac, etc.), antispasmodiques (drotavérine, papavérine). Montre boire abondamment.

Dans certains cas, un traitement chirurgical est nécessaire.

• pyélonéphrite obstructive aiguë;

• fonction rénale réduite (insuffisance rénale);

• formation de sténose de l'uretère.

Prévention de la colique rénale

Il est recommandé: de boire beaucoup de liquide (2,5 litres de liquide par jour) pour garder l'urine diluée; alimentation équilibrée; limiter la consommation de sel; utilisation de jus d'herbes, de myrtilles et de canneberges urologique.

Nutrition médicale pour les maladies rénales

Les reins et leurs pierres de base

Colique rénale: symptômes, signes et diagnostic

Beaucoup de gens croient à tort que la colique rénale est une maladie. En fait, douleur intense, symptômes de coliques néphrétiques, généralement de la lithiase urinaire. Sur la façon de faire face à la colique rénale, lisez l'article Comment traiter correctement la colique rénale. Et comment les médecins luttent contre cela, lisez la publication Stone in the Ureter, que faire ou quels sont les précieux moyens de se débarrasser de ce malheur.

Récemment, nous avons parlé des causes de la colique rénale. Quels sont les symptômes de la colique rénale, cela est discuté dans cet article. Pour que le traitement soit efficace et soulage la douleur, il faut être conscient des symptômes de la colique. À ce sujet, ainsi que sur les signes et le diagnostic, lisez la suite.

Quels sont les symptômes de la colique rénale?

  • Une attaque de colique rénale survient soudainement. Dans le même temps, il existe des douleurs coupantes aiguës dans le bas du dos. La douleur se répercute sur le bas-ventre, ainsi que sur les organes génitaux, les aines et les cuisses. Miction difficile, besoin urgent d'uriner. Souvent accompagné de vomissements, de flatulences et de selles molles.
  • Des symptômes de coliques néphrétiques peuvent souvent apparaître lors de mouvements actifs: marche rapide, course à pied, conduite automobile, moto, sport. Au repos, des coliques rénales peuvent également se produire.
  • La douleur devient très vite insupportable, une personne ne peut pas trouver une place pour elle-même, elle gémit bruyamment, incapable de se retenir. D'abord, les sensations douloureuses apparaissent dans la région lombaire, puis descendent dans l'uretère, en le transmettant à l'aine, aux organes génitaux et aux hanches.
  • Les coliques rénales aiguës peuvent souvent être prolongées dans la nature, en s’arrêtant très peu de temps. Dans de nombreux cas, les patients montrent que la douleur est plus prononcée dans l'abdomen et les organes génitaux que dans la région des reins. Lorsque vous urinez après une attaque, il est possible que certaines parties des pierres, du sang, du sel.

4 signes de lithiase urinaire

Pas de diagnostic indépendant: la colique rénale se confond facilement avec d'autres maladies - l'appendicite et des maladies non moins graves telles que l'ulcère gastrique perforé, l'inflammation des appendices, l'obstruction intestinale et l'infarctus intestinal.

Seul un médecin doit établir une maladie. L'autodiagnostic est lourd de conséquences dangereuses.

Le médecin organisera un examen qui consistera à prendre de l'urine, du sang, une échographie des reins et de la vessie et, si nécessaire, une urographie rénale. Une fois ces mesures de diagnostic nécessaires terminées, le traitement peut commencer.

Avant d'aller chez le médecin, il est nécessaire de fournir au patient des mesures d'urgence en cas de coliques néphrétiques, car la douleur est insupportable.

Je vous souhaite une bonne santé et je vous souhaite de ne pas savoir ce que sont les coliques néphrétiques, et si cela se produisait, ne le répétez jamais!

Regardez le programme extrêmement utile sur la colique du rein, ses causes, ses symptômes et les moyens de l’éviter.

Regardez la vidéo de l'article

Aucune vidéo correspondante

Précédent de la rubrique

Colique rénale

Syndrome de douleur soudaine, nature intense. Il est provoqué par une violation de l'écoulement d'urine ou un dysfonctionnement du flux sanguin dans les reins. Le plus souvent, cette condition est associée à une maladie rénale.

Classification

La colique rénale en médecine est classée comme suit:

  1. Un côté. Dans ce cas, le syndrome de douleur soudaine survient d'une part - celui où il y a une pathologie du rein. À son tour, la colique rénale unilatérale est divisée en un côté gauche et un côté droit.
  2. Bilatéral. La douleur perce tout le bas du dos, une colique bilatérale bilatérale bilatérale est diagnostiquée en cas de pathologie des deux organes.

Raisons

Dans la colique rénale, il est particulièrement important de rechercher la cause de la douleur - le choix du traitement en dépend. Les facteurs provoquant la condition en question sont:

  • processus inflammatoires dans l'utérus - chez les femmes, la proximité de l'utérus et des reins provoque une "réponse" quasi instantanée des organes voisins;
  • cystite aiguë de nature infectieuse - en particulier les plaintes de coliques rénales proviennent souvent de femmes;
  • lésion rénale.

Les principales raisons de l'apparition de la colique rénale, les médecins appellent:

  • prolapsus rénal (néphroptose) - le syndrome de la douleur est souvent considéré comme se manifestant aux derniers stades de la néphroptose;
  • tumeurs bénignes / malignes de la vessie - uniquement si cela viole l'écoulement de l'urine;
  • toute tumeur oncologique des organes pelviens - à condition qu'elle se propage aux uretères;
  • rétrécissement de la lumière de l'urètre (urètre) et de l'uretère;
  • calculs rénaux diagnostiqués - s'ils chevauchent l'uretère et empêchent l'écoulement de l'urine;
  • tuberculose rénale.

Mesures de diagnostic

Il est assez facile de diagnostiquer une colique rénale - les symptômes ne sont pas simplement prononcés, mais prononcés. Le patient se présente à un rendez-vous avec un urologue conscient de la douleur. Le spécialiste n'a donc qu'à effectuer un examen approfondi pour déterminer la cause de l'affection:

Conversation avec le patient. Au cours de l'enquête auprès des patients, l'urologue devrait découvrir:

  • combien de temps la première colique rénale est apparue;
  • combien intense et prolongée la douleur était;
  • s'il y avait une irradiation de la douleur dans l'abdomen et la poitrine;
  • existe-t-il des maladies inflammatoires / infectieuses des reins diagnostiquées dans le passé - pyélonéphrite, glomérulonéphrite et autres;
  • si du sang était présent dans l'urine avec coliques rénales simultanées;
  • combien de fois les symptômes de la colique rénale apparaissent-ils?
  • Pour les femmes, existe-t-il des antécédents de maladies inflammatoires de l'appareil reproducteur?

Recherche en laboratoire. Un patient souffrant de colique rénale doit être envoyé pour un examen de laboratoire et un examen instrumental:

  • numération sanguine - augmentation des leucocytes, de l'urée et de la créatinine;
  • analyse d'urine - la présence de globules rouges (cela provoque du sang dans les urines);
  • Échographie - les spécialistes identifient les modifications pathologiques dans les reins: la présence de calculs, le bassin trop large, le tissu aminci de la paroi rénale;
  • urographie de type excréteur - radiographie utilisant un agent de contraste spécial. Vous permet de déterminer le degré de perméabilité de l'uretère, d'identifier les calculs ou le rétrécissement pathologique de l'uretère.

La méthode de diagnostic la plus efficace est la tomodensitométrie - elle permet non seulement de confirmer la colique rénale, mais également de déterminer avec exactitude et immédiatement la cause de la douleur.

Bien que les symptômes de l’état en question soient très évidents, l’urologue doit palper la région lombaire - au cours de l’opération, le médecin frappe les reins. Ainsi, c'est la colique rénale qui est déterminée (la douleur augmentera) et les symptômes d'autres maladies sont exclus.

Symptomatologie

La colique rénale est un symptôme puissant, mais les médecins décident de mettre en évidence les signes suivants de cette maladie:

  • douleur insupportable dans la région lombaire - le syndrome est si fort que les femmes peuvent éprouver un trouble de conscience à court terme, et même les hommes, une faiblesse grave;
  • violation de la miction - l'urgence de la toilette est très fréquente, la quantité d'urine est très faible (les mêmes symptômes peuvent indiquer une prostatite chez l'homme - la différenciation doit être!);
  • douleur à l'aine et au périnée - en particulier, ces symptômes surviennent chez les femmes présentant une inflammation et / ou des infections des organes génitaux préalablement diagnostiquées;
  • trouble d'indigestion (nausée / constipation ou diarrhée / vomissements / flatulences) - ces symptômes peuvent indiquer une intoxication en présence de calculs rénaux ou d'un rétrécissement pathologique de l'uretère).

L'absence totale d'urine ne peut être observée qu'avec des coliques néphrétiques bilatérales ou en cas de présence d'un seul rein dans le corps.

Traitement

La colique rénale est un syndrome qui devrait être une raison inconditionnelle pour une visite à l'urologue. Même si le syndrome de la douleur est rapidement passé et que le reste des symptômes ci-dessus ne sont pas prononcés, vous devriez vous soumettre à un examen complet. Une fois que toutes les mesures diagnostiques ont été prises, le médecin détermine la véritable cause de l'apparition de coliques néphrétiques - le schéma thérapeutique sera «construit» sur ces résultats.

Pour la colique rénale n'a pas posé de problèmes majeurs, les experts recommandent:

  1. Réchauffement de la région lombaire - remarque: les symptômes peuvent indiquer la présence d'un processus inflammatoire au niveau des reins. Il est donc absolument impossible de prendre de telles mesures par vous-même.
  2. Réception d'anti-inflammatoires et d'analgésiques - nous parlons d'antispasmodiques et de ces médicaments destinés spécifiquement au traitement de pathologies des reins.
  3. L'utilisation de grandes quantités de liquide - les symptômes ci-dessus sont identiques à ceux observés dans l'urolithiase, et boire beaucoup produira une sortie de pierres / sable, une expansion des uretères (quand ils seront rétrécis).

Si des coliques néphrétiques sont apparues chez la femme, il est nécessaire de subir un examen par un gynécologue:

  • Premièrement, on peut diagnostiquer une grossesse précoce - dans ce cas, la nomination de tout médicament est faite avec de grandes restrictions;
  • deuxièmement, les coliques néphrétiques chez les femmes peuvent être la preuve de diverses maladies de l’utérus - par exemple, ce syndrome douloureux peut survenir avec l’endométriose;
  • troisièmement, les maladies sexuellement transmissibles empêchent l'utilisation de chaleur (la fixation d'un coussin chauffant à la région lombaire est inacceptable).

Complications possibles

La colique rénale peut conduire au développement d'une pyélonéphrite chronique. Par rapport à d'autres pathologies du système urinaire, elle sera très difficile à traiter. Une autre complication dangereuse est la stagnation de l'urine dans les reins.

Mesures préventives

Si vous avez déjà reçu un diagnostic de maladie pouvant causer la colique rénale, rappelez-vous les règles de prévention suivantes:

  • utilisez régulièrement jusqu'à 2 litres d'eau par jour - ceci garantit une miction normale en quantité acceptable;
  • respecter le régime recommandé par les experts - même de petites violations peuvent conduire à un puissant syndrome de la douleur;
  • l'utilisation de sel doit être strictement limitée et, en cas d'exacerbation d'une maladie rénale chronique, il est souhaitable de l'éliminer complètement;
  • si possible, évitez la surchauffe et le refroidissement excessif;
  • utilisez régulièrement des herbes spéciales urologiques.

Toute mesure préventive, même en présence de maladies du système urinaire préalablement diagnostiquées, ne doit être effectuée qu’après avoir consulté votre médecin. Cela concerne en particulier l’utilisation de boissons aux fruits à base de plantes urologiques, de canneberges et d’airelles - dans certains cas, cela peut provoquer le mouvement de calculs le long des uretères.

Pendant la période de coliques néphrétiques, il est recommandé d'uriner sur de la gaze ou dans le récipient / pot: le patient sera en mesure de voir lui-même la sortie de sable et de cailloux, informe le médecin traitant.

La colique rénale est un syndrome dont le pronostic est favorable. Lors de la clarification des véritables causes de la douleur, le traitement est toujours efficace et apporte des résultats presque immédiatement.

Colique rénale - formes, causes, symptômes et traitement

La douleur aiguë de nature spontanée dans la région des reins en médecine est classée comme une colique rénale. Une telle attaque est la conséquence d'une violation de l'écoulement d'urine ou d'une violation grave de la circulation sanguine dans les reins. Le plus souvent, la colique rénale est diagnostiquée sur le fond de la lithiase urinaire.

Formes de coliques rénales

Les reins sont un organe à deux. Il existe donc trois formes de coliques rénales:

  1. Côté gauche - tous les symptômes seront intensément exprimés du côté gauche, mais il peut y avoir une irradiation de la région lombaire droite.
  2. Côté droit - la gravité des symptômes est indiquée du côté droit, les radiations vers la région lombaire gauche sont autorisées.
  3. Double face - tous les symptômes sont prononcés, le patient ne peut pas clairement indiquer la localisation de l'attaque douloureuse.

Peu importe la forme de colique rénale, les symptômes, les causes et les soins médicaux seront identiques.

Causes de la colique rénale

Le syndrome considéré ne peut pas apparaître par lui-même - il est uniquement une conséquence de tout processus pathologique dans le corps. Les médecins identifient plusieurs maladies pouvant déclencher le développement de coliques rénales:

  • tumeurs rénales progressives;
  • lésion rénale;
  • calculs rénaux ou des uretères - urolithiase;
  • tumeurs malignes / bénignes d'organes rapprochés - du rectum, de l'utérus, de la prostate, mais uniquement en cas de propagation aux uretères;
  • rétrécissement de la lumière de l'urètre - rétrécissement de l'urètre;
  • prolapsus rénal - néphroptose;
  • tumeurs bénignes / malignes de la vessie;
  • tuberculose rénale;
  • rétrécissement de la lumière de l'uretère - rétrécissement de l'uretère.

Symptômes de la colique rénale

Le seul symptôme qui soit toujours prononcé de façon vive et qui se manifeste spontanément, avec coliques néphrétiques, est une douleur aiguë si intense que même les hommes forts perdent conscience. Outre ce syndrome, la maladie suivante est typique de:

  • Irradiation de la douleur à l'aine, au périnée ou du côté opposé du rein malade;
  • nausées et vomissements - le second est extrêmement rare;
  • il y a du sang dans l'urine;
  • selles instables - le patient peut souffrir de diarrhée ou de constipation;
  • absence d'excrétion de l'urine - ceci se produit uniquement avec une colique rénale dans un seul rein (le deuxième, par exemple, a été retiré) ou avec une colique bilatérale;
  • des mictions fréquentes ne sont possibles que s’il existe une obstruction de la sortie de l’urine dans l’uretère (dans sa partie inférieure).

Diagnostic de la colique rénale

Malgré les symptômes graves de la maladie en question, dès les premiers signes ci-dessus, vous devez immédiatement consulter un médecin. Et le médecin ne posera pas un diagnostic uniquement à partir des paroles du patient, il vous prescrira un examen complet. Dans le cadre des activités de diagnostic sont réalisées:

  1. Enquête auprès des patients. Les points suivants sont clarifiés:
  • s'il y a des antécédents de maladies inflammatoires / infectieuses des reins et / ou des voies urinaires;
  • y a-t-il eu des lésions rénales antérieures?
  • Y a-t-il des antécédents de lithiase urinaire?
  • combien de temps la douleur aiguë est-elle apparue à l'emplacement anatomique des reins (ou de l'un d'entre eux);
  • si la chirurgie rénale a été reportée dans un passé récent.
  1. Examen du patient. Un urologue effectue la palpation de l'abdomen - il est possible d'identifier les points urétéraux douloureux: projection de l'emplacement anatomique des uretères sur la paroi antérieure de l'abdomen. En outre, il est conseillé d'effectuer une série de tapotements légers dans la région de la localisation anatomique des reins du dos - ceci peut provoquer une augmentation de la douleur.
  2. Tests de laboratoire. Cette procédure nécessite nécessairement du sang - elle révélera une augmentation des taux de créatinine et de leucocytes (ce qui sera le signe du développement d'un processus inflammatoire aigu), ainsi qu'une forte teneur en urée, une substance toxique qui, lors d'une fonction rénale normale, est excrétée de l'organisme. Dans l'étude de l'urine, les experts identifient la présence de globules rouges - globules rouges.
  3. Études instrumentales. Cela implique les procédures suivantes:
  • Échographie - un spécialiste identifie la présence de calculs rénaux ou d'ureters, de changements pathologiques dans la structure des tissus de l'organe;
  • urographie excrétrice - les images radiographiques sont obtenues à l'aide d'un agent de contraste dans lequel on verra le rétrécissement de l'uretère ou la présence d'une pierre;
  • tomodensitométrie des reins, de la vessie et des uretères - la structure tissulaire de tous ces organes est étudiée par couches.

Après avoir reçu tous les résultats d’un examen aussi complet, le médecin peut prescrire un traitement pour la maladie en question.

Traitement de la colique rénale

L’état considéré est le résultat de la progression d’une maladie; il est donc nécessaire d’abord de procéder à un traitement complet de la pathologie sous-jacente. Mais les coliques néphrétiques ne donneront pas au patient l’occasion d’attendre sereinement les résultats du traitement médicamenteux - une douleur aiguë l’oblige à agir d’urgence.

Les médecins pour réduire l'intensité de la douleur dans la colique rénale recommandent:

  1. Prenez un bain chaud ou appliquez un coussin chauffant sur le bas du dos - cela aidera à détendre les muscles et à réduire la sensation aiguë.

S'il vous plaît noter: en aucun cas, les procédures d'échauffement ne doivent être utilisées si la température corporelle est élevée ou si des tumeurs bénignes / malignes ont déjà été diagnostiquées.

  1. Prenez des analgésiques et / ou des anti-inflammatoires, mais seulement s'ils ont déjà été prescrits par le médecin traitant.
  2. Prenez des médicaments antispasmodiques - ils aideront à soulager les spasmes de l'uretère et à détendre les muscles. Mais encore une fois - cette recommandation n’est pertinente que si le médecin traitant avait précédemment prescrit de tels fonds au patient.
  3. Boire beaucoup de liquide - il peut s'agir d'eau plate (bouillie et tiède), de décoction d'églantier, de compote de fruits secs, mais il est formellement interdit d'utiliser de l'eau minérale et des boissons sucrées.

Vous devez uriner dans un récipient spécial ou de la gaze - cela aidera à détecter immédiatement la pierre qui sort des reins / de l'uretère.

S'il vous plaît noter: Si les actions décrites ci-dessus n'apportent pas de soulagement, une grande quantité de sang apparaît dans l'urine, la sensation de nausée s'est accrue, le vomissement s'est ouvert - cela signifie qu'il est nécessaire de consulter immédiatement un médecin.

Traitement chirurgical

Une intervention chirurgicale dans cet état est conseillé d'effectuer uniquement dans des cas spécifiques. Ceux-ci comprennent:

  • hydronéphrose;
  • lithiase urinaire avec complications;
  • aucun effet dans les 1-3 jours après la prise de médicaments;
  • pierre de plus de 1 cm de diamètre, qui n'est pas apparue toute seule dans les 3 jours suivant l'apparition de la colique.

Comme la colique rénale se produit le plus souvent sur le fond de la lithiase urinaire, le chirurgien a pour tâche de retirer la pierre par voie chirurgicale.

Traitement des remèdes populaires contre la colique rénale

Si la colique rénale ne s'est pas produite pour la première fois, le patient sait déjà quoi faire et comment soulager sa maladie. En plus des médicaments spécifiques, vous pouvez supprimer une forte attaque douloureuse et les méthodes populaires. Les traitements efficaces contre la colique rénale comprennent:

  1. Prêle. Il est broyé, versé de l'eau bouillante dans la proportion de 2 cuillères à soupe de prêle par 500 ml d'eau, insister pendant 30 minutes dans un endroit chaud. Ensuite, le bouillon est versé dans un bain chaud - la procédure dure 20 minutes. Ce bouillon peut être consommé à l'intérieur d'une tasse 3 fois par jour.

S'il vous plaît noter: vous devez commencer à prendre la décoction de prêle sur le terrain immédiatement après la première attaque de colique néphroscopique et, même après la fin de l’attaque, une pierre jaillira du rein ou de l’uretère, vous ne devez pas arrêter de prendre ce médicament - prenez-le pendant 2 jours aux doses suggérées.

  1. Radis et miel. Vous devez obtenir du jus de radis. Pour ce faire, râpez le légume sur une râpe fine (ou hachez-le dans un mixeur) et pressez dans une gaze. Ensuite, le jus et le miel sont mélangés dans un rapport de 1: 1 et prenez une cuillère à soupe toutes les 60 minutes.
  2. Collection d'herbe. Vous devez prendre 1 cuillère à soupe de camomille séchée, de sauge et de centaurée, mélanger et verser 300 ml d’eau bouillante. Médicament infusé pendant 1 heure dans un endroit chaud, pris 1 cuillerée à thé toutes les 90-120 minutes.

S'il vous plaît noter: La même collection d'herbes est recommandée pour le traitement de nombreuses maladies des reins et du système urinaire. Si vous le prenez régulièrement, un cours ne devrait pas dépasser 3 semaines. Assurez-vous de prendre une pause de 10 jours. Et dans cette pause, en aucun cas, on ne peut utiliser le remède indiqué, même pour soulager une crise de colique rénale.

Prévention de la colique rénale

Afin d'empêcher le développement de l'état en question, les experts recommandent:

  • consommez suffisamment de vitamines A et D;
  • reconstituer régulièrement le calcium dans le corps - ceci est fait à l'aide de complexes spéciaux de vitamines et de minéraux;
  • vous devez consommer au moins 2 litres d'eau par jour - il s'agit exactement d'eau pure, sans tenir compte des jus, des compotes et des premiers plats;
  • les maladies diagnostiquées des reins et du système urinaire doivent être traitées;
  • n'excluez pas l'exercice.

Il faut éviter:

  • l'hypothermie;
  • mode de vie inactif;
  • utilisation de boissons alcoolisées;
  • infections urologiques;
  • toute maladie virale;
  • blessure au bas du dos à l'emplacement anatomique des reins;
  • brouillons.

Si le patient a déjà reçu un diagnostic de lithiase urinaire, il doit suivre scrupuleusement les prescriptions / recommandations du médecin - par exemple, suivre un régime alimentaire strict.

La colique rénale est un syndrome suffisamment grave qui implique de recevoir des soins médicaux. Habituellement, lorsqu'un tel syndrome se manifeste pour la première fois, les patients «se présentent» volontairement littéralement chez le médecin. Mais si la colique rénale est devenue presque banale, ne vous précipitez pas à l'hôpital. Vous pouvez, bien sûr, soulager votre problème à la maison, mais si vous présentez des symptômes inhabituels (présence de sang dans les urines, douleur trop vive jusqu’à une perte de conscience à court terme, inefficacité des analgésiques), vous devriez alors avoir recours à des spécialistes.

Yana Alexandrovna Tsygankova, critique médicale, médecin généraliste de la catégorie de qualification la plus élevée.

4,301 vues totales, 1 vues aujourd'hui