Traitement des remèdes populaires de la vessie hyperactive

Les régimes

La vessie hyperactive (vessie hyperactive) est une maladie associée à une vessie anormale. Dans ce cas, une personne a fréquemment une forte envie d'uriner, ce qui est difficile à contrôler. Dans certains cas, l’incontinence urinaire survient chez ces patients. Cette maladie est due à une violation de l'innervation du détrusor - la couche musculaire de la vessie. Une telle violation est associée à des maladies neurologiques ou est de nature idiopathique - en d’autres termes, il n’est pas toujours possible de déterminer avec précision les causes de la pathologie. Dans tous les cas, GUMP peut causer beaucoup de désagréments à une personne.

Pour le traitement de la maladie est préférable d'utiliser des méthodes non médicamenteuses. Il est efficace d’entraîner la vessie et de faire des exercices pour renforcer les muscles du plancher pelvien. Améliorer l'état du patient et l'utilisation de médicaments traditionnels pour le traitement des maladies de la vessie. Une telle thérapie aidera à rétablir le fonctionnement normal de l'organe. En même temps, les remèdes populaires n’ont pas d’effet toxique négatif sur le corps humain.

Causes de la vessie hyperactive

La pathologie est assez commune. La maladie survient chez les hommes et les femmes de différents groupes d'âge. La vessie hyperactive chez les femmes se développe souvent à un jeune âge et chez les hommes - chez les personnes âgées. En outre, la maladie est souvent retrouvée chez les enfants, l'enfant contrôlant moins bien sa vessie. Il est à noter que la vessie hyperactive chez la femme provoque souvent une incontinence urinaire, alors que chez l'homme, ce symptôme se développe moins fréquemment.

Actuellement, il n’est pas toujours possible de déterminer avec précision les causes de l’hyperactivité de la vessie. Il a été établi qu'un fort besoin impérieux d'uriner est associé à une activité accrue du détrusor - la couche musculaire de l'organe. Chez les patients ayant une vessie hyperactive, il se produit des contractions musculaires soudaines de la vessie, qu’une personne ne peut pas contrôler. Selon les facteurs qui causent ce syndrome, différenciez:

  • forme neurologique de la maladie - les contractions du détrusor sont causées par des troubles neurologiques;
  • forme idiopathique de la maladie - les causes de l'hyperactivité vésicale ne sont pas établies avec précision.

Les facteurs suivants peuvent conduire au développement de la vessie hyperactive:

  1. Fonctionnement altéré des systèmes nerveux central et périphérique: blessures, maladies vasculaires, processus dégénératifs et démyélinisants.
  2. Épaississement des parois de la vessie à l'arrière-plan de l'adénome de la prostate ou du rétrécissement de l'urètre. Dans ce cas, les tissus du détrusor reçoivent une quantité insuffisante d'oxygène. La privation d'oxygène entraîne la mort de neurones innervant la vessie et le développement de contractions spontanées.
  3. Troubles anatomiques de la structure des voies urinaires. La structure anormale des organes peut entraîner une violation de l'innervation et du développement de l'OAB.
  4. L'hyperactivité vésicale peut survenir à la suite de changements liés à l'âge. La prolifération du tissu conjonctif et la détérioration de l'apport sanguin au détrusor se produisent progressivement.
  5. Troubles sensoriels. Une telle violation se développe en réponse à un ensemble de facteurs. En particulier, l’amincissement de la membrane muqueuse de la vessie entraîne une violation de la sensibilité des fibres nerveuses. En conséquence, les acides dissous dans l'urine agissent sur les terminaisons nerveuses non protégées, provoquant un spasme involontaire. L'amincissement de la membrane muqueuse se développe souvent dans le contexte d'une diminution du nombre d'œstrogènes chez la femme après la ménopause.

Symptômes de la maladie

La vessie hyperactive se manifeste par les symptômes suivants:

  • forte et soudaine envie d'uriner;
  • incontinence, incapacité à contrôler ces envies;
  • la bulle n'a pas le temps de se remplir complètement, le volume d'urine est donc insignifiant;
  • vidange plus fréquente de la vessie (plus de 8 fois par jour);
  • envie nocturne d'uriner.

Une telle maladie n’est pas dangereuse, mais peut causer beaucoup de gêne à une personne et devenir un obstacle à la socialisation normale d’un enfant ou à la vie sociale d’un adulte.

Diagnostic de la maladie

Trouble de la miction peut être causée par un complexe de différentes raisons:

  • processus infectieux dans les organes du système urogénital;
  • calculs rénaux ou calculs vésicaux;
  • gonflement de la vessie et autres.

Avant de diagnostiquer une «vessie hyperactive», il est nécessaire d'exclure toutes les autres pathologies possibles du système urinaire. Par conséquent, effectuez un examen complet du corps.

Pour le diagnostic, effectuez les études suivantes:

  • échographie de la cavité abdominale;
  • tests de laboratoire de sang et d'urine;
  • culture bactérienne d'urine;
  • la cystoscopie;
  • étude urodynamique.

En outre, le patient doit tenir un journal de miction pendant trois jours, où il est nécessaire de noter la quantité exacte de liquide consommée, le temps nécessaire pour vider la vessie et la quantité d'urine.

Traitement de la maladie

Pour un traitement efficace, il est nécessaire de déterminer exactement pourquoi le patient a développé une vessie hyperactive. Le traitement de la forme neurogène de la maladie vise principalement à restaurer l'innervation de l'organe et d'autres fonctions du système nerveux. Dans le cas de changements liés à l'âge ou de la forme idiopathique de la maladie, le traitement vise à améliorer la circulation de la vessie et à renforcer le détrusor.

Appliquer un traitement non pharmacologique de la vessie hyperactive. Une telle thérapie comprend les domaines suivants:

  • entraînement de la vessie;
  • thérapie comportementale;
  • des exercices pour renforcer les muscles pelviens;
  • correction de l'alimentation et du régime de consommation.

Mode d'alimentation

La quantité d'urine dépend de la quantité de liquide consommée. Cette quantité comprend non seulement les boissons, mais également le liquide contenu dans les aliments: soupes, légumes et fruits frais. Il est conseillé au patient de réduire la quantité de fluide consommée et de privilégier une eau propre. De nombreuses boissons, notamment le thé vert et le café, ont un effet diurétique et augmentent la fréquence des contractions du détrusor et le besoin urgent d'uriner.

Il est nécessaire de procéder à la correction et à la nutrition d'un tel patient. Une quantité accrue d'aliments protéinés est un fardeau pour les reins et conduit à une augmentation de la production d'urine. Il est recommandé que ces patients augmentent la quantité de fibres dans leur alimentation. Les fibres aident à la digestion et préviennent la constipation. Il a été démontré que l'hyperactivité de la vessie se manifeste plus souvent dans le contexte de la constipation, car dans cet état se produit une pression externe sur la vessie provenant de l'intestin.

Les personnes atteintes de vessie hyperactive ont souvent envie d'uriner la nuit. Pour améliorer la situation et normaliser le sommeil nocturne, vous devez cesser de boire au moins trois heures avant d'aller au lit. En outre, les patients doivent complètement abandonner la consommation d’alcool, car elle a un effet diurétique.

Thérapie comportementale et entraînement de la vessie

Le patient doit établir un horaire de visite aux toilettes et s'y conformer strictement. Même si, à un moment donné, une personne n'a plus envie d'uriner, elle doit quand même se rendre aux toilettes. Les intervalles entre les visites aux toilettes au stade initial devraient être faibles, mais ils doivent être progressivement augmentés. Cet horaire aidera à mieux contrôler la vessie.

En outre, la maladie doit être prise en compte dans la planification de votre itinéraire quotidien. Il est important que le patient ait un accès constant aux toilettes car il est très difficile pour ces personnes de prédire et de contrôler le besoin urgent d'uriner.

L'incontinence peut être un gros problème pour les patients atteints de cette maladie. Pour améliorer la situation, vous pouvez utiliser des couches spéciales pour adultes. Une telle mesure masquera la faille et réduira les inconvénients de ce problème.

Exercice

Chez les patients présentant une hyperactivité de la vessie, il est important de renforcer les muscles du plancher pelvien. Pour cela, faites un ensemble d'exercices de Kegel. Un complexe d'exercices de Kegel améliore la circulation sanguine dans les organes pelviens et a un effet positif complexe sur les organes du système urogénital. Chaque exercice est effectué en 10 répétitions 5 fois par jour. Chaque semaine, le nombre de répétitions d'exercices doit être augmenté de 5, jusqu'à atteindre 30.

  1. Exercice 1. Compression. Il est nécessaire de fatiguer les muscles responsables de l’arrêt de la miction, attardez-vous dans cette position pendant quelques secondes, puis détendez-vous.
  2. Exercice 2. Ascenseur. Le patient doit tendre les muscles du plancher pelvien, en remontant progressivement de bas en haut, comme dans un ascenseur: d'abord le niveau le plus bas, puis de plus en plus haut et plus haut. À chaque niveau, vous devez vous attarder quelques secondes. Pour détendre les muscles ont également besoin de niveaux.
  3. Exercice 3. Réduction et relaxation. Le patient doit forcer et relâcher les muscles du plancher pelvien avec une fréquence maximale.
  4. Exercice 4. Popping. Comme si vous alliez aux toilettes, attardez-vous dans cette position pendant quelques secondes et détendez-vous.

Tous les exercices effectués en position assise. Lors des contractions musculaires, vous devez contrôler votre respiration: respirez avec mesure, ne retenez pas inspirez et n'expirez pas.

Traitement des remèdes populaires

En outre, lorsque l'hyperactivité de la vessie applique des remèdes populaires. Ces médicaments améliorent le travail du corps et contribuent à la restauration de ses fonctions. Le traitement folklorique est absolument sans danger. Il améliore le métabolisme et favorise la régénération des tissus endommagés.

  1. Hypericum Il est utile de boire l'infusion d'herbes au lieu de thé. Pour préparer l'infusion dans la théière ou le thermos, vous devez insister sur 40 grammes d'herbe séchée par litre d'eau bouillante. Insister sur le médicament pendant plusieurs heures, puis filtrer.
  2. Hypericum peut être combiné avec la centaurée. Dans un litre d'eau bouillante, vous devez cuire à la vapeur 20 g de chaque plante, insister quelques heures et filtrer. Buvez cette infusion au lieu de thé, 1 à 2 verres par jour. Vous pouvez ajouter du miel au goût.
  3. Plantain. Pour le traitement avec des feuilles de plantain: 1 cuillère à soupe par tasse d'eau bouillante. Insister sur le médicament pendant une heure, puis filtrer. Cette infusion doit être prise en petites portions: 1 c. l 3-4 fois par jour avant les repas.
  4. Airelles Pour le traitement des maladies de la vessie décoction utile des feuilles de canneberges. Par litre d'eau bouillante, vous devez prendre 2 cuillères à soupe de feuilles, laisser reposer 1 heure, puis filtrer. Cet outil est également bu au lieu de thé. Vous pouvez ajouter du miel au goût.
  5. L'aneth Les graines d'aneth ont un effet curatif. Préparez une décoction: pour 200 ml d’eau, prenez 1 c. l graines, faire bouillir à feu doux pendant 3 minutes, puis refroidi et filtré. Ce type de bouillon se boit une fois par jour dans 200 ml.
  6. Nicked La thérapie utilise le rhizome de cette plante. Il est coupé et versé avec de l'eau bouillante, bouilli à feu doux pendant un quart d'heure, puis insistez pendant 2 heures supplémentaires et filtrez. Le dosage standard de ces fonds: 3 c. l 2-3 fois par jour.
  7. Oignon, pomme et miel. L'oignon doit être nettoyé et haché, mélangé avec 1 c. miel naturel et pomme à moitié râpée. Cette bouillie se consomme en une fois une demi-heure avant le déjeuner.

L'effet maximal sera de combiner la réception de plusieurs moyens. Cependant, il convient de rappeler la limitation de la quantité de fluide consommée. Il est également recommandé de boire des remèdes dans les cours pendant 2 à 3 semaines. À la fin du cours, vous devez prendre une semaine de pause ou changer de médicament. La longue réception continue contribue au fait qu’elle développe une dépendance aux composants médicinaux des plantes et que l’effet cicatrisant disparaît.

Pronostic et prévention

La prévision est généralement favorable. La maladie n'est pas dangereuse pour la vie et la santé humaines. Lors de l'exécution d'exercices et de recommandations, il est possible de reprendre le contrôle de la vessie et d'améliorer la qualité de vie du patient.

Le danger est GAMT, qui est un syndrome de troubles neurologiques graves. Dans ce cas, le pronostic dépend de la gravité de la maladie sous-jacente et de l'efficacité du traitement. Pour prévenir cette maladie, il est important de maintenir un mode de vie actif et de faire du sport. Un entraînement sportif régulier améliore la circulation sanguine et aide à nourrir les tissus des organes internes. Il est également important de renforcer les muscles du bassin et du dos. En outre, afin que la maladie ne se développe pas, il est important d'identifier et de traiter rapidement les maladies pouvant entraîner une hyperactivité. Ces pathologies sont principalement des maladies neurologiques et des pathologies vasculaires. Il est également important de contrôler votre poids, car les personnes sujettes au surpoids et à l'obésité sont plus susceptibles d'avoir une hyperactivité de la vessie.

Écrivez dans les commentaires sur votre expérience dans le traitement des maladies, aidez les autres lecteurs du site!
Partagez des contenus sur les réseaux sociaux et aidez vos amis et votre famille!

Vessie hyperactive: symptômes et traitement

Vessie hyperactive - principaux symptômes:

  • Mictions fréquentes
  • Mictions fréquentes la nuit
  • Incontinence urinaire
  • Flux d'urine mineur
  • Excrétion d'urine incontrôlée en petites quantités
  • Forte envie d'uriner
  • Excrétion d'urine en plusieurs étapes
  • Miction dans le sommeil

L'hyperactivité vésicale est une maladie caractérisée par une envie fréquente d'uriner, souvent accompagnée d'une incontinence. Étant donné que la vessie est complètement composée de muscles, cela signifie qu’avec cette affection, une personne ne peut pas supprimer elle-même l’émission d’urine. Avec ce trouble, le tissu musculaire commence à réagir même à une légère accumulation de liquide, tandis que la personne ressent une plénitude constante de la vessie et se rend à plusieurs reprises dans les toilettes. En dépit de cet inconfort, un patient souffrant d'une telle maladie prend une très petite quantité d'urine à la fois, et parfois quelques gouttes.

Ce trouble est le plus caractéristique de la moitié féminine de la population - les femmes de plus de quarante ans sont souvent susceptibles. Chez l'homme, la moitié est beaucoup moins commune et affecte généralement à un âge avancé de soixante ans. Très souvent, les symptômes de la maladie apparaissent brusquement et de manière inattendue, de sorte qu'une personne ne peut pas contenir l'urine de façon indépendante. Dans certains cas, cette situation oblige le patient à porter des couches pour adultes, car il n’ya pas d’autre moyen de cacher ce trouble, à l’exception du traitement.

Étiologie

Les causes du syndrome de la vessie hyperactive chez les hommes et les femmes peuvent être diverses maladies, notamment:

  • tumeur bénigne de la prostate (ceci provoque un rétrécissement du canal urinaire);
  • un large éventail de troubles de la structure cérébrale, par exemple lésions traumatiques au cerveau, hémorragies, oncologie;
  • troubles de la moelle épinière - tumeurs, hernie intervertébrale, blessures et ecchymoses, complications postopératoires;
  • diabète sucré;
  • retard mental;
  • les coups;
  • troubles du système nerveux;
  • divers empoisonnements du corps avec des produits chimiques toxiques, alcool, surdose de drogue;
  • anomalies congénitales dans la structure du canal urinaire;
  • changements hormonaux chez les femmes, en particulier pendant la période de cessation de la menstruation. C'est pourquoi les femmes sont plus susceptibles à cette maladie.

En outre, l'influence prolongée de situations stressantes, la communication avec des personnes désagréables et des conditions de travail défavorables peuvent jouer un rôle dans la manifestation d'une vessie hyperactive. La grossesse chez les femmes peut être à l'origine de cette maladie, ainsi que de l'incontinence urinaire, car le fœtus serre la vessie. La catégorie d'âge joue un rôle important: la survenue d'un tel trouble chez les jeunes est extrêmement rare. Mais dans certains cas, l'hyperactivité de la vessie est observée chez les enfants, mais les raisons en sont des caractéristiques complètement différentes:

  • augmentation de l'activité de l'enfant;
  • consommation excessive de liquide;
  • stress sévère;
  • peur inattendue et intense;
  • pathologie congénitale de l'urètre.

Ces facteurs sont les causes de cette maladie chez les plus jeunes. Mais il ne faut pas oublier que pour les enfants de moins de trois ans, l'émission incontrôlée d'urine est assez caractéristique. Dans le cas où les symptômes d'une vessie hyperactive sont observés chez des adolescents, vous devez immédiatement faire appel à des spécialistes, car cela peut être dû à des troubles mentaux, qui sont traités au mieux aux stades initiaux.

Espèces

La vessie hyperactive peut se manifester sous plusieurs formes:

  • idiopathique - dans lequel il est impossible de déterminer les facteurs d'occurrence;
  • neurogène - principales causes de manifestation associées à un dysfonctionnement du système nerveux central.

Malgré le maigre lien de la vessie avec le système nerveux, dans la plupart des cas, l'apparition d'un trouble de l'incontinence est due à diverses infections et maladies.

Les symptômes

En plus du symptôme principal d'une vessie hyperactive - l'incontinence urinaire, il existe plusieurs symptômes caractéristiques de ce trouble:

  • besoin répété d'uriner. Malgré la sensation de vessie pleine, une petite quantité de liquide est libérée;
  • forte envie de vider (souvent elle est si forte qu’une personne n’a pas le temps d’aller aux toilettes);
  • excrétion d'urine la nuit ou pendant le sommeil. Dans l'état normal des muscles de la vessie, une personne ne se lève pas la nuit pour répondre à ses besoins.
  • libération involontaire de quelques gouttes de liquide;
  • l’excrétion de l’urine en plusieurs étapes, c’est-à-dire qu’une fois le premier processus terminé, la deuxième vague de libération de l’urine se produit après un étirement.

Si une personne a envie de se vider plus de neuf fois pendant la journée et au moins trois fois la nuit, c'est le premier symptôme qu'il est sujet à une maladie comme une vessie hyperactive. Mais cette quantité peut varier en fonction de la quantité de liquide consommée, d’alcool ou de drogues diurétiques. À l’état normal, un tel processus se produit moins de dix fois par jour et, en général, n’est pas observé la nuit. Chez les femmes et les hommes, un ou plusieurs des symptômes ci-dessus peuvent survenir.

Des complications

Avec un traitement erroné ou tardif de la maladie, les conséquences suivantes peuvent survenir:

  • anxiété constante et, par conséquent, faible concentration sur les affaires du ménage ou du travail;
  • les dépressions prolongées qui peuvent devenir apathiques;
  • l'émergence d'insomnie, conséquence des troubles du sommeil;
  • perte de capacité d'adaptation aux conditions sociales;
  • l'apparition d'anomalies congénitales chez le bébé, si la maladie a été diagnostiquée chez une femme enceinte.

Il est à noter que chez les enfants, les complications se forment beaucoup plus rapidement que chez les adultes.

Diagnostics

Dans le diagnostic de la vessie hyperactive, l’essentiel est d’exclure d’autres maladies des voies urinaires. Pour ce faire, utilisez un ensemble de mesures de diagnostic, notamment:

  • recueil d'informations complètes auprès du patient sur les causes possibles de survenue, le moment d'apparition des premiers symptômes, s'ils s'accompagnent de sensations douloureuses. Les médecins recommandent de tenir un journal des toilettes dans lequel il est nécessaire de consigner la fréquence des visites et la quantité approximative de liquide libérée;
  • analyse des antécédents du plus proche parent et des facteurs héréditaires;
  • analyse urinaire, générale et biochimique, réalisation d’essais sur Nechiporenko - indiquera la pathologie des reins ou des organes participant à l’émission d’urine, et Zimnitsky - dans laquelle est effectuée l’étude de l’urine prélevée par jour;
  • ensemencement d'urine pour la détection de bactéries ou de champignons;
  • Échographie de la vessie;
  • IRM
  • inspection du canal d'émission d'urine avec un outil tel qu'un cystoscope;
  • la radiographie avec un agent de contraste qui aidera à identifier les pathologies de la structure de ces organes internes;
  • étude urodynamique de nature complexe.

En outre, vous aurez peut-être besoin des conseils d’un neurologue, car cette maladie est souvent associée à des troubles du système nerveux.

Traitement

Le traitement d'une vessie hyperactive, similaire au diagnostic, comprend plusieurs mesures. La tâche principale de la thérapie est d'apprendre à contrôler les désirs et, si nécessaire, à les maîtriser. Le complexe de traitement comprend:

  • prendre des médicaments individuels, en fonction de la cause du trouble;
  • l'utilisation de médicaments spéciaux qui affectent le fonctionnement du système nerveux;
  • effectuer des exercices physiques spéciaux pour renforcer les muscles du bassin;
  • établir le schéma journalier correct. Pour se reposer, laissez au moins huit heures par jour, ne buvez pas de liquide quelques heures avant le coucher;
  • rationalisation de la vie quotidienne - éviter le stress ou une communication désagréable, augmenter le temps passé à l'air frais;
  • méthodes de traitement physiothérapeutiques, par exemple électrostimulation, traitement actuel et électrophorèse, acupuncture.

L'intervention chirurgicale n'est utilisée que dans les cas où d'autres méthodes de traitement ont été inefficaces. Dans ce cas, effectuez plusieurs types d'opérations:

  • apport supplémentaire de nerfs à la vessie;
  • introduction de liquide stérile dans la vessie, ce qui augmentera la taille de l'organe;
  • introduction dans les parois du corps, à l'aide d'injections, de préparations spéciales, dont la tâche principale est de perturber la transmission de l'influx nerveux;
  • remplacement d'une petite partie de la vessie par des intestins;
  • retrait d'une certaine partie du corps, mais la membrane muqueuse reste en place.

Ces interventions médicales sont recommandées non seulement pour les hommes et les femmes adultes, mais également pour les enfants.

Prévention

Afin de prévenir la survenue de ce syndrome, il est nécessaire:

  • à observer chez l'urologue pour les hommes au moins une fois par an et chez le gynécologue au moins deux fois par an pour les femmes;
  • consulter un spécialiste en temps opportun (dès les premiers symptômes d’une violation de l’émission d’urine);
  • surveiller la quantité de liquide libérée;
  • éviter les situations stressantes;
  • les femmes enceintes se rendent régulièrement chez un gynécologue-obstétricien;
  • emmener l'enfant à une consultation avec un psychologue pour enfants;
  • mener une vie saine, ne pas exposer les enfants au tabagisme passif.

Si vous pensez que vous avez une vessie hyperactive et que vous présentez les symptômes caractéristiques de cette maladie, vous pouvez vous faire aider par des médecins: urologue, pédiatre, gynécologue.

Nous vous suggérons également d'utiliser notre service en ligne de diagnostic des maladies, qui sélectionne les maladies possibles en fonction des symptômes entrés.

La cystite est une maladie assez commune résultant d'une inflammation de la membrane muqueuse de la vessie. La cystite, dont les symptômes sont dans la très grande majorité des cas chez les représentants du sexe faible âgé de 16 à 65 ans, peut également être diagnostiquée chez les hommes - dans ce cas, la maladie se développe le plus souvent chez les personnes de 40 ans et plus.

L'adénome de la prostate (adénome de la prostate) est par son essence un terme quelque peu dépassé, et est donc utilisé aujourd'hui sous une forme légèrement différente - sous la forme d'hyperplasie bénigne de la prostate. L'adénome de la prostate, dont nous considérons ci-dessous les symptômes, est plus familier dans cette définition. La maladie se caractérise par l'apparition d'un petit nodule (éventuellement de quelques nodules), qui augmente progressivement avec le temps. La particularité de cette maladie est que, contrairement au cancer dans cette région, l'adénome de la prostate est une croissance bénigne.

La cystite chez la femme est un processus inflammatoire qui affecte la couche muqueuse de la vessie. Cette maladie se caractérise par une envie fréquente et douloureuse d'émettre de l'urine. Après le processus de vidange de la vessie, une femme peut ressentir des crampes brûlantes et aiguës, une sensation de vidange insuffisante. Souvent, l'urine sort avec du mucus ou du sang. Le diagnostic et le traitement de la cystite chez la femme comprennent toute une gamme d’outils. Pour mener de telles activités, ainsi que pour expliquer comment traiter la cystite chez les femmes, il ne peut s'agir que d'un urologue hautement qualifié. En outre, la prévention de cette maladie est possible indépendamment à la maison.

L'hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) est un processus pathologique caractérisé par la prolifération des tissus d'un organe donné. Il convient de noter que ce type de maladie n'appartient pas au groupe oncologique et n'a pas tendance à dégénérer en processus malin.

L'entérobiose est une maladie parasitaire qui survient chez l'homme. L'entérobiose, dont les symptômes se manifestent dans les lésions intestinales, les démangeaisons dans l'anus, ainsi que dans l'allergie au corps, est causée par l'exposition à des oxyures, qui sont en fait les agents responsables de cette maladie.

Avec l'exercice et la tempérance, la plupart des gens peuvent se passer de médicaments.

Symptômes et traitement de la vessie hyperactive

Laisser un commentaire

Un dysfonctionnement de la vessie, caractérisé par des besoins urinaires irrésistibles, est appelé vessie hyperactive. Le sexe féminin est le plus susceptible à la pathologie après 40 ans, les hommes sont moins susceptibles de souffrir de celle-ci. L’hyperactivité de la vessie est due à des dysfonctionnements du cortex cérébral, dans la section responsable de la miction.

Formes d'hyperactivité vésicale

Chez le sujet sain, la réduction du sphincter urinaire ne se produit qu'au moment où la vessie est presque complètement remplie: lorsque la vessie est hyperactive, des impulsions nerveuses se produisent et le tissu est réduit même en cas d'accumulation minimale d'urine. Le patient ressent des envies urinaires constantes et une sensation de cavité complètement remplie, et la quantité d'urine peut ne représenter que quelques gouttes. Le syndrome d'hyperactivité vésicale n'est pas contrôlé par le patient seul. Souvent, la maladie s'accompagne d'une envie de déféquer si forte et si forte qu'une personne est totalement incapable de la contrôler. De tels symptômes obligent souvent les patients, au lieu de consulter un spécialiste, à porter des couches.

Le syndrome de la vessie irritable a 2 formes:

  • idiopathique (il est impossible de déterminer la cause de l'apparition d'une pathologie);
  • neurogène (irritabilité de la vessie déclenchée par des défaillances du système nerveux central).
Le tissu vésical est réduit même en cas d'accumulation minimale d'urine.

Beaucoup de gens sous-estiment le lien entre la cavité urinaire et le système nerveux central. Cependant, la relation est très forte, le plus souvent les problèmes de miction sont précisément de nature neurogène. En cas de dysfonctionnements graves, le tractus gastro-intestinal en souffre également et le patient, en plus de pulsions urinaires constantes, souffre de douleurs intestinales tout en restant en parfaite santé.

Causes de la pathologie

Causes neurogènes de la vessie hyperactive:

  • les maladies du cerveau et de la moelle épinière, telles que la maladie de Parkinson, la sclérose en plaques, les néoplasmes et les accidents vasculaires cérébraux;
  • blessure au cerveau et à la moelle épinière;
  • pathologies cérébrales congénitales;
  • défaite du corps avec des boissons alcoolisées;
  • dommages au système nerveux dans le diabète sucré.

Facteurs non neurogènes dans le développement de la pathologie:

  • changements dans le corps dus à l'âge;
  • maladies du système génito-urinaire;
  • anomalies congénitales de la cavité urinaire;
  • perturbations dans le contexte hormonal.
Retour à la table des matières

Symptômes de pathologie

Le syndrome de la vessie irritable présente les symptômes suivants:

  • des envies urinaires fréquentes;
  • forte envie d'uriner, qui est difficile à retenir;
  • incontinence urinaire;
  • excrétion spontanée de l'urine (souvent avec éternuement, toux et rire);
  • douleur en train de se vider;
  • excrétion d'urine goutte à goutte;
  • sensation constante de vidange incomplète de la cavité urinaire.
L'élimination spontanée de l'urine soulève un certain nombre de difficultés psychologiques chez les patients.

Avec la pathologie de l'hyperactivité de la vessie, les symptômes peuvent apparaître à la fois ou séparément. Souvent, une manifestation de la maladie n’est que des envies urinaires fréquentes et incontrôlées qui gênent le patient lorsqu'il se trouve dans des lieux publics. Dans des situations particulièrement difficiles, les patients rencontrent un certain nombre de difficultés psychologiques, parfois même quittant le travail pour rester à la maison tout le temps près des toilettes.

Vessie irritée chez les enfants

La vessie hyperactive chez les enfants, ainsi que chez les adultes, se manifeste sous la forme de pulsions urinaires fréquentes. Jusqu'à une certaine catégorie d'âge, le besoin accru de déféquer est physiquement causé par le fait que les reins fonctionnent en mode surélevé. Le développement de la pathologie de l'hyperactivité ne peut être évalué qu'après que l'enfant ait atteint l'âge de 3-4 ans.

Causes de l'hyperactivité

Le développement de l'hyperactivité chez les enfants est le plus souvent dû à des causes neurogènes, c'est-à-dire à une perturbation du fonctionnement de la partie du système nerveux central responsable de la sécrétion d'urine. Ces causes incluent les blessures à la naissance, les pathologies dans le développement de la moelle épinière et le stress grave. Cependant, une bulle géométrique peut se développer en raison des facteurs suivants:

  • pathologies du système urinaire;
  • processus inflammatoires dans la cavité urinaire;
  • constipation fréquente;
  • consommation excessive de liquide;
  • abus de nourriture contenant de la caféine (chocolat, soda, thé);
  • diabète sucré.
Retour à la table des matières

Symptômes de l'hyperactivité

  • des envies urinaires fréquentes, même lorsque la vessie n'est pas remplie;
  • incontinence urinaire;
  • augmentation de la tension musculaire de la cavité urinaire;
  • mictions fréquentes la nuit.
Retour à la table des matières

La différence entre les femmes et les hommes

Chez l'homme, le syndrome de vessie hyperactive est souvent causé par des anomalies de la prostate. Lors d'une inflammation ou d'autres défauts, la prostate grossit et exerce une pression puissante sur la cavité urinaire. Cela contribue à l'apparition de pulsions urinaires fréquentes, même dans les cas où la bulle est presque vide. Parfois, une vessie irritée est observée en raison d'une tension nerveuse et d'un dysfonctionnement du système nerveux. Cependant, pour les hommes, il s'agit d'un phénomène assez rare, le plus souvent la pathologie se manifeste en liaison avec la perturbation du fonctionnement de la prostate.

L'hyperactivité vésicale chez la femme est le plus souvent observée à l'âge de 40 ans. Cela est dû à des changements corporels liés à l'âge et à une diminution du tonus des muscles du petit bassin. En outre, une irritation de la vessie chez les femmes est diagnostiquée pendant la grossesse. Pendant la grossesse, l'utérus grossit et commence à exercer une pression sur la vessie, provoquant des mictions fréquentes.

Complications et conséquences

Dans les cas où le traitement de la vessie hyperactive n’était pas correct et opportun, les patients peuvent présenter un certain nombre des complications et conséquences suivantes:

  1. Anxiété fréquente due à la possibilité de ne pas retenir l'envie urinaire.
  2. L'apparition de la dépression, qui se transforme souvent en apathie.
  3. Perturbation du sommeil
  4. L'insomnie.
  5. Le développement d'anomalies congénitales chez le fœtus, quand une vessie hyperactive a été diagnostiquée chez une femme en position.
Retour à la table des matières

Diagnostics

L'hyperfonctionnement de la vessie enflammée implique plusieurs types d'études, car les symptômes de la maladie peuvent également être attribués à d'autres maladies, telles que la cystite et les diverticules. Les spécialistes prescrivent des analyses d'urine et de sang pour les patients, réalisent une échographie de l'urètre, une tomodensitométrie et une imagerie par résonance magnétique. Les hommes sont également testés pour la prostate.

L'étape finale et décisive du diagnostic est l'évaluation de l'urodynamique. Pour ce faire, ils ont recours à l'urofluométrie (examen de dépistage du tractus urinaire), qui permet de déterminer le débit urinaire, le débit et le temps de miction. La cystométrie est également utilisée (diagnostic urodynamique de la vessie), grâce à quoi les médecins étudient la pression intravésicale et la pression totale dans le péritoine lorsque la cavité urinaire est remplie.

Quels médicaments pour traiter l'hyperactivité?

Le traitement de l'hyperactivité vésicale implique l'utilisation de tels médicaments:

  1. Médicaments anticholinergiques. Les comprimés les plus courants "Vesicare" et "Detruzitol."
  2. Spasmolytiques à activité anticholinergique, par exemple «Oxybutynine».
  3. Les antidépresseurs tricycliques, parmi lesquels le médicament le plus efficace est l'imipramine.

Parfois, les spécialistes de prescrire et de calmer la vessie réactive, prescrivent des médicaments d'autres groupes. Cependant, ces médicaments pour le traitement de la vessie hyperactive ont des effets peu efficaces et un nombre suffisant d’effets secondaires. Ils se manifestent souvent par une sécheresse de la bouche et des muqueuses oculaires.

Intervention chirurgicale

Pour le traitement de la vessie réactive, on utilise parfois des interventions chirurgicales, dont la plus courante est la dénervation de la vessie. Avec une envie accrue d'uriner de l'intestin, faites une collecte supplémentaire spéciale d'urine, et le contrôle du processus urinaire porte le sphincter de l'anus. La chirurgie est rarement utilisée et intervient dans des situations où d'autres thérapies ont échoué.

Assistance psychologique et thérapie comportementale

Le traitement de la vessie active est accompagné d'un traitement psychothérapeutique. Cela est particulièrement important dans les situations où l'on observe une augmentation de l'urgence urinaire en période de stress. En outre, recourir à la thérapie comportementale, qui est une méthode de traitement monothérapeutique. Grâce à cette thérapie, la plupart des patients ressentent un soulagement significatif et près de 20% des patients reprennent une vie normale.

La correction comportementale vous permet de:

  • habituer la vessie à accumuler une grande quantité d'urine afin de réduire le nombre de vidages;
  • pour contrôler les impulsions urinaires.

Avant le début de la thérapie comportementale, le patient devra tenir un journal spécial, dans lequel vous devrez indiquer à quelle fréquence et en quelle quantité la miction a eu lieu. Le journal constitue parfois une alternative à la recherche en urodynamique si, pour une raison quelconque, il est difficile pour le patient de le mener. Après avoir fait un journal, passez directement à la formation. Sa tâche principale est de visiter des toilettes malades selon un horaire déterminé, que les envies urinaires soient présentes ou non. Si l'envie de déféquer est observée avant l'heure spécifiée dans le programme, la personne doit en souffrir. De ce fait, le contrôle sur le corps est restauré et la vessie apprend à accumuler une plus grande quantité d'urine, ce qui augmente le temps entre les mictions.

Gymnastique thérapeutique et exercices de Kegel

Il est recommandé de traiter la vessie active avec des exercices de Kegel pour renforcer les muscles du plancher pelvien. Considérez le plus efficace:

  1. Il devrait produire une tension musculaire telle qu’à la cessation de la miction. La tension devrait durer 3 secondes, après quoi vous pourrez vous détendre.
  2. Tendez les muscles nécessaires, en commençant par un effort minimum, en l'augmentant légèrement à chaque fois. La performance est exécutée jusqu’à ce que la tension maximale soit atteinte. Ensuite, les muscles doivent être relâchés jusqu'à atteindre un minimum.
  3. Il vous faudra pousser comme si vous vouliez le vider.
Des exercices thérapeutiques aideront à renforcer les muscles du plancher pelvien.

Lors de chaque exercice, il est important de respirer de manière uniforme. Commencez l'exercice avec 10 fois et continuez tout au long de la semaine. Après cela, chaque jour, les répétitions doivent être multipliées par 5, jusqu'à atteindre 30 répétitions. Il est important de faire tous les exercices du complexe tous les jours pour 5 approches. Si vous le souhaitez, le nombre d’approches peut être augmenté.

Correction de puissance

Lorsque la vessie hyperactive est importante, il est important de respecter les règles de nutrition suivantes:

  1. Limitez l'utilisation d'aliments salés et épicés, car ils agissent comme un irritant pour la membrane muqueuse de la vessie.
  2. Abandonner le chocolat et autres bonbons.
  3. Contrôler la quantité de fluide consommée par jour en réduisant son volume.
  4. Essayez de ne pas boire pendant 3-4 heures avant le coucher.
  5. Évitez de boire du thé, des sodas et des boissons contenant de la caféine.
Retour à la table des matières

Traitement des remèdes populaires hyperactivité

Le traitement des remèdes populaires de la vessie est souvent utilisé en association avec un traitement médicamenteux. Les remèdes à base de plantes les plus populaires sont:

  1. Hypericum Pour vous préparer, vous devrez prendre 50 grammes d'Hypericum sec et verser de l'eau bouillante dessus. Le liquide est infusé tout au long de la journée, après quoi il doit être filtré à travers une étamine. Utiliser l'infusion est nécessaire à la place du thé et étancher votre soif.
  2. Plantain. Vous aurez besoin d'une cuillerée de plantain séché, qui est versé avec un verre d'eau chaude. Le liquide va dans un endroit chaud et infusé pendant environ une heure. Puis filtré et consommé dans une cuillère à soupe avant de manger de la nourriture 3-4 fois par jour.
  3. L'aneth Une cuillère de graines d'aneth est versée avec un verre d'eau bouillante et infusée pendant 2 heures, puis filtrée. Il est nécessaire d’utiliser la perfusion reçue à la fois et de la boire tous les jours afin de soulager les symptômes de la pathologie.
  4. Nicked Une cuillerée de racines de devyasila est broyée, versée avec un verre d'eau, portée sur le feu et cuite environ 15 minutes. Après cela, le liquide est infusé pendant 2 heures, filtré et avant utilisation, parfumé avec une cuillère de miel. Utilisez la perfusion avant de manger 3 cuillères à soupe.

En plus des herbes médicinales, les guérisseurs recommandent d’utiliser ces recettes:

  1. Au miel Une cuillerée de miel doit être consommée avant le coucher.
  2. Miel et oignons Le bulbe est broyé, on y ajoute une cuillerée à thé de miel et on y ajoute la moitié de la pomme râpée, après quoi le mélange est parfaitement mélangé. Mangez du gruau à la fois avant de manger.
Retour à la table des matières

Prévention

Pour éviter le développement d'une pathologie, les experts recommandent tout d'abord d'observer un mode de vie actif. Il est important pour une personne d'être plus souvent au grand air et de faire des promenades. De refuser sera tenu de l'utilisation de boissons alcoolisées et de fumer. Il convient également de prêter attention au fait que les enfants ne sont pas présents à proximité des fumeurs. Il est important que le sexe masculin visite l'urologue au moins une fois par an et le sexe féminin - le gynécologue, afin d'identifier le plus tôt possible le développement de pathologies des reins et du système urinaire. En cas d'apparition de symptômes et de modifications de l'état de santé, il est important de consulter immédiatement un médecin. Une attention particulière doit être accordée au contrôle de la production d'urine et à l'évitement de situations stressantes.

Traitement de l'hyperactivité de la vessie

Les causes de l'hyperactivité vésicale

L'hyperactivité vésicale n'est pas tant une maladie qu'un complexe de symptômes apparaissant sur le fond de la pathologie sous-jacente. Manifestation du complexe de symptômes besoin urgent d'uriner, incontinence urinaire urgente, augmentation de la miction, nycturie.

Le mécanisme d'hyperactivité est basé sur l'augmentation de la sensibilité des récepteurs de la vessie à l'étirement et sur l'augmentation de l'activité contractile du détrusor, dont l'hyperactivité sera la cause fondamentale. L'hyperactivité de détrusor est appelée un phénomène urodynamique, qui contient une séquence de contractions de détrusor spontanées ou après provocations involontaires, dont la suppression ne dépend pas de la volonté.

La fréquence de l'hyperactivité, ainsi que les particularités de son étiologie, n'ont pas été étudiées à la perfection, car les patients ont rarement recours à une assistance médicale. Vraisemblablement, un dysfonctionnement survient dans 10 à 15% de la population. Il est plus fréquent chez les hommes que chez les personnes âgées et les personnes âgées.

Parmi les causes d'hyperactivité de la vessie, il existe soit des maladies neurologiques, appelées neurogènes, soit aucune raison précise, et on parle alors d'hyperactivité idiopathique. Le développement de l'hyperactivité neurogène de la vessie est provoqué par des lésions du système nerveux central situées au-dessus du centre sacré de la miction (S2-S4). Les causes les plus courantes de telles lésions sont la sclérose en plaques, les lésions traumatiques au cerveau et à la colonne vertébrale, le myéloméningocèle, le spina bifida.

Bien que les causes de l'hyperactivité idiopathique ne puissent être considérées comme connues, un certain nombre de facteurs déterminant le développement de ce type de trouble sont mis en évidence:

  • prédisposition génétique;
  • énurésie pédiatrique dans l'histoire;
  • obstruction infravésicale - obstruction du tractus urinaire par la sous-vessie, empêchant la libre circulation de l'urine au niveau du col de la vessie ou de l'urètre;
  • inflammation de la vessie;
  • ischémie de la paroi de la vessie.

Parmi les causes indirectes d'hyperactivité de la vessie figurent:

  • une grande quantité d'urine produite en raison de la consommation de grandes quantités de liquide;
  • dysfonctionnement rénal ainsi que le diabète;
  • infections aiguës des voies urinaires provoquant des symptômes similaires;
  • inflammation localisée autour de la vessie;
  • des anomalies de la vessie, telles que des tumeurs ou des calculs;
  • facteurs entraînant une perturbation du flux d'urine, par exemple, hypertrophie de la prostate, constipation, avant l'intervention chirurgicale;
  • consommation excessive de caféine et d'alcool;
  • l'utilisation de médicaments entraînant une augmentation rapide de l'excrétion urinaire ou une consommation excessive de liquide.

Les symptômes d’une vessie hyperactive entraînent une anxiété évidente, bien qu’ils ne soient pas toujours la cause de la recherche d’une aide qualifiée. Le tableau clinique comprend:

  • Pollakiurie - miction fréquente de petites portions d'urine, ce qui correspond au débit moyen par jour;
  • urgence d'uriner - irrésistible envie d'uriner, entraînant une incontinence;
  • incontinence par impériosité - miction involontaire en raison de l'incapacité de contrôler le processus de vidange de la vessie;
  • Il est à noter que la douleur dans la région sus-pubienne ou lombaire n'est absolument pas caractéristique de cette violation.

Comment traiter l'hyperactivité de la vessie?

Le traitement de l'hyperactivité vésicale est associé soit au traitement de la maladie sous-jacente, soit indépendamment, si l'hyperactivité est reconnue comme idiopathique. La vessie hyperactive subit un traitement médical et non médicamenteux, ainsi que chirurgical. Définissant la stratégie, le médecin se concentre sur l'utilisation initiale de procédures minimalement traumatiques, c'est-à-dire qu'une combinaison de méthodes médicamenteuses et non médicamenteuses est de loin préférable à la chirurgie. Ce dernier est produit avec un traitement conservateur infructueux.

Le traitement non médicamenteux est le suivant:

  • formation de la vessie - adhésion du patient à un plan de miction convenu avec le médecin, il est important d'uriner à certains intervalles de temps, ce qui permet de corriger le stéréotype de miction pathologique formé;
  • exercices pour les muscles pelviens - l'effet est ressenti en présence de réflexes anal-détrusor et urétral-détrusor; il consiste à inhiber l'activité contractile du détrusor avec des contractions arbitraires des sphincters anal et urétral externes;
  • méthodes de physiothérapie - stimulation électrique des dermatomes sacraux et stimulation électrique tibiale périphérique, qui réduit l'activité contractile et la sensibilité de la vessie.

Une série d'exercices populaires pour les muscles pelviens est considérée comme les exercices de Kegel:

  • compression lente - contractez les muscles, comme si la miction s'arrêtait, comptez lentement jusqu'à trois et détendez-vous;
  • contractions - pour fatiguer et détendre ces mêmes muscles, mais le plus rapidement possible;
  • repousser - être plus serré (comme lors des selles ou de l'accouchement), ce qui provoque la tension nécessaire du périnée et de certains muscles abdominaux;

Il est recommandé de commencer l'entraînement avec une douzaine de compressions lentes, avec le même nombre de coupes et d'extrusions cinq fois par jour. Après une semaine, ajoutez cinq exercices supplémentaires à chacun jusqu'à ce qu'ils aient trente ans.

Les méthodes non médicamenteuses se distinguent par des avantages évidents tels que l'innocuité et l'absence d'effets secondaires, la possibilité d'une combinaison diversifiée avec d'autres types de traitement (y compris les médicaments).

Le traitement médicamenteux est considéré à juste titre comme le traitement principal de l'hyperactivité vésicale. Le traitement de la toxicomanie a plusieurs objectifs:

  • diminution de l'activité contractile du détrusor;
  • augmenter la capacité fonctionnelle de la vessie;
  • diminuer la miction et l'intensité des pulsions impératives
  • élimination de l'incontinence par impériosité.

Le traitement médicamenteux dure en moyenne 3 mois, après quoi un effet significatif perdurera pendant plusieurs mois. Si à ce stade vous n'arrêtez pas d'utiliser des méthodes non médicamenteuses ou commencez simplement à les utiliser, l'effet sera corrigé. Il est absolument permis de répéter le traitement après quelques mois sans que le premier traitement ne soit efficace ou si des poussées se développent.

Le traitement d'une vessie hyperactive chez les femmes ménopausées peut être complété par un traitement hormonal substitutif avec la consultation obligatoire d'un gynécologue.

Le traitement chirurgical de la vessie hyperactive est extrêmement rare, même si d’autres méthodes de traitement sont inefficaces. Les types de chirurgie utilisés sont la myectomie du détrusor et l'entérocystoplastie. La myectomie du détrusor est l'excision du détrusor de la voûte vésicale, à condition que la couche muqueuse intacte soit préservée. Cela réduit la contractilité du détrusor. L'entérocystoplastie est appropriée, si nécessaire, pour réduire considérablement l'élasticité et réduire la capacité de la vessie avec l'inefficacité du traitement conservateur, ainsi que le risque de développement d'une urétérohydronephrose. Un avantage évident dans le choix d’une technique telle que la cystoplastie, elle remplace la section de la vessie de l’iléon.

À quelles maladies peut-on associer

L'hyperactivité vésicale est diagnostiquée chez les personnes dont le trouble urinaire est causé par d'autres maladies. Ce sont souvent des troubles neurologiques:

  • sclérose en plaques - maladie auto-immune chronique affectant la gaine de myéline des fibres nerveuses du cerveau et de la moelle épinière; détermine moins la perte de mémoire ou la distraction de l’attention que les multiples cicatrices du tissu nerveux et son remplacement progressif par du tissu conjonctif;
  • lésions traumatiques au cerveau et à la colonne vertébrale;
  • myéloméningocèle - réduction du nombre de cellules sanguines dans la moelle osseuse;
  • Le spina bifida est une malformation de la colonne vertébrale (dysraphisme spinal ou rachishiz), souvent associée à une hernie des membranes (méningocèle ou méningomyélocèle), qui se gonfle à la suite d'un défaut osseux.

L’hyperactivité vésicale est liée à de tels écarts:

  • incontinence urinaire et énurésie - la production d'actes urinaires sans contrôle volontaire sur eux;
  • Nocturie - mictions nocturnes fréquentes (plus de 2 fois, atteignant souvent 5 à 6 fois), affectant de manière significative la qualité du sommeil et la vie en général;
  • Pollakiurie - miction fréquente de petites portions d'urine, qui dans le montant total par jour forme le taux moyen.

Traitement de l'hyperactivité vésicale à domicile

La survenue de symptômes gênants doit nécessairement devenir une raison de consulter un urologue et non une motivation pour l’auto-traitement. Sur la base des procédures de diagnostic, le médecin éliminera le risque de présenter des pathologies urologiques, neurologiques ou gynécologiques complexes et déterminera le schéma thérapeutique de la vessie hyperactive. Si la suspicion de la maladie sous-jacente est confirmée, le traitement sera complexe, mais certainement professionnel.

Les personnes confrontées à ce problème ressentent clairement le besoin d'exclusion sociale, de restrictions de leur travail et de leur communication. Même dans des circonstances favorables, lorsque le patient peut se rendre aux toilettes à temps, des mictions fréquentes, y compris la nuit, peuvent nuire à l'adaptation sociale. Il est important de noter qu'après une brève évaluation et des procédures de diagnostic, le médecin détermine le traitement approprié, ce qui facilite grandement les manifestations de l'hyperactivité et contribue à la normalisation de la qualité de la vie.

En plus du fait qu’à la maison il est important de respecter toutes les prescriptions médicales, il est nécessaire de suivre des règles très simples pour organiser la vie quotidienne afin de faciliter le déroulement du syndrome pendant la période de son élimination:

  • refus des boissons contenant de la caféine (café, thé), ainsi que des boissons gazeuses;
  • pendant le jour, consommez une quantité normale de liquide, mais la nuit, renoncez surtout lorsque vous êtes atteint de nycturie;
  • après avoir vidé la vessie, nous vous recommandons de vous détendre constamment pendant quelques secondes, puis de réessayer;
  • Il est conseillé de disposer de toilettes portables à côté du lit au cas où vous ne pourriez pas aller aux toilettes la nuit.

Les changements de mode de vie devraient inclure le rejet des mauvaises habitudes et la normalisation du poids (si nécessaire).

Quels médicaments pour traiter l'hyperactivité de la vessie?

Les catégories de médicaments suivantes sont utilisées dans le traitement médicamenteux de l'hyperactivité de la vessie

  • les anticholinergiques - par exemple, le Detruzitol (Tolterodin), le Vesicare (Solifénacine);
  • antispasmodiques à activité anticholinergique - par exemple, oxybutynine;
  • antidépresseurs tricycliques - par exemple, l'imipramine.

L’utilisation de médicaments appartenant à d’autres groupes est acceptable, mais non recommandée, mais les effets secondaires sont très peu importants. Parmi ceux-ci, il existe généralement une sensation de sécheresse dans la cavité buccale et sur la membrane muqueuse des yeux, atténuée par l'utilisation de chewing-gum sans sucre et de gouttes oculaires.

Si un cas spécifique de la maladie est accompagné ou se développe sur le fond d'une obstruction infravesicale, il est alors préférable de trouver une occasion de refuser la prescription de médicaments ayant des propriétés anticholinergiques, car ils réduisent l'activité contractile du détrusor et donc le taux de miction. En présence d'une obstruction infravesicale grave, il est d'abord nécessaire de rétablir le flux d'urine de la vessie, puis de procéder à un traitement médicamenteux de l'hyperactivité de la vessie.

Traitement de l'hyperactivité vésicale à l'aide de méthodes traditionnelles

Les méthodes traditionnelles peuvent être complémentaires au traitement traditionnel supervisé par un médecin. L'utilisation indépendante de tels outils est peu susceptible de fournir le résultat souhaité. Les extraits de plantes suivants sont populaires dans le traitement d'une vessie hyperactive:

  • Le millepertuis - 40 grammes de millepertuis séché versent un litre d'eau bouillante, insistez pendant 24 heures en remuant de temps en temps, filtrez; prenez au lieu de thé ou pour étancher votre soif, surtout en fin de journée;
  • Le millepertuis et le centauré - mélanger 20 grammes d'herbes séchées, verser un litre d'eau bouillante, insister pendant 24 heures, en remuant de temps en temps, égoutter; prenez au lieu de thé ou pour étancher votre soif, surtout plus près de la nuit;
  • plantain - 1 cuillère à soupe. feuilles de plantain séchées verser un verre d'eau bouillante, envelopper, insister pendant une heure (vous pouvez utiliser un thermos), filtrer; prendre 1 cuillère à soupe. avant les repas 3-4 fois par jour;
  • airelles - 2 c. brasser les feuilles séchées des canneberges avec un litre d'eau bouillante, laisser reposer pendant une heure, filtrer; prendre pendant la journée au lieu de l'eau;
  • aneth - 1 cuillère à soupe. graine d'aneth brasser un verre d'eau bouillante, insister pendant 2 heures, filtrer; boire à la fois; répéter chaque jour jusqu'à ce que les symptômes soient soulagés;
  • elecampane - 1 cuillère à soupe. hacher les rhizomes d'elecampane, verser un verre d'eau et laisser bouillir a feu doux pendant 10-15 minutes; insister encore quelques heures, filtrer et, avant utilisation, aromatiser avec une petite quantité de miel; prendre une demi-heure avant les repas pour 2-3 cuillères à soupe.

Il est à noter qu'il n'est pas recommandé de préparer les décoctions à l'avance, elles ont une efficacité maximale le premier jour après la préparation.

Les recettes suivantes peuvent constituer une alternative aux plantes médicinales:

  • miel - 1 c. Il est recommandé de consommer du miel naturel avant de se coucher, si désiré, avec une gorgée d’eau, il a un effet calmant;
  • Oignons et miel - 1 oignon moyen, haché finement, ajoutez 1 c. craie et ½ pomme râpée; mélanger; prendre une demi-heure avant les repas une fois par jour.

Traitement de l'hyperactivité vésicale pendant la grossesse

Le traitement de l'hyperactivité de la vessie pendant la grossesse est très courant en raison du fait que les modifications anatomiques et hormonales dans le corps de la future mère sont à l'origine de ce dysfonctionnement. Le traitement doit être surveillé par un gynécologue et effectué par un urologue. L'automédication est extrêmement inappropriée. L’intervention chirurgicale est évitée de toutes les manières possibles, la préférence est donnée aux remèdes populaires et à l’adaptation au mode de vie. Habituellement, l'état est normalisé après l'accouchement, sinon le traitement décrit ci-dessus est effectué.

Quel genre de médecins contacter si vous avez une hyperactivité de la vessie

  • Neurologue
  • Urologue

Le diagnostic de l’hyperactivité de la vessie semble être une procédure à plusieurs composants, c’est un ensemble de mesures qui peuvent être divisées en méthodes de base, supplémentaires, urodynamiques.

Le complexe de procédures de diagnostic de base:

  • collecte de l'anamnèse et résolution des plaintes du patient, incl. compiler un journal de la miction et détaillant en détail les symptômes, une analyse détaillée des maladies du patient et son traitement;
  • examen physique (y compris l'examen des organes pelviens chez la femme et l'examen rectal chez l'homme).
  • recherche en laboratoire - analyse d'urine et de sang.

Complexe de procédures de diagnostic supplémentaires:

  • méthodes d'examen endoscopique
  • Méthodes d'examen aux rayons x
  • Méthodes d'examen par ultrasons - pour évaluer la sécurité du parenchyme du rein et déterminer l'état de son système de placage cupulpelvisien, de calculs, de diverticules et de tumeurs peuvent également être détectés.
  • urographie excrétrice - pour identifier l'urétérohydronephrose, particulièrement souvent compliquée par des dysfonctionnements neurogènes du tractus urinaire inférieur;
  • cystouréthroscopie - pour identifier les causes organiques de la dysurie, telles que les calculs et les tumeurs de la vessie.

Procédures de diagnostic urodynamiques complexes:

  • Uroflowmetry - les indicateurs sont généralement normaux; parfois, des difficultés de conduite peuvent survenir en raison de la faible capacité de la vessie et de l’incapacité d’accumuler le volume d’urine nécessaire à l’étude;
  • Cystométrie - pour identifier l'activité involontaire du détrusor, augmenter la sensibilité de la vessie et réduire son élasticité.
  • Etude vidéo-dynamique - pour une évaluation complète du tractus urinaire inférieur et l'identification de dysfonctionnements complexes du tractus urinaire inférieur.