Inflammation de la vessie chez la femme: signes et traitement

Les régimes

La cystite ou l'inflammation de la vessie est une maladie très féminine. Cela est facilité par les caractéristiques de l'anatomie: il est facile de pénétrer à l'intérieur par l'urètre court et large de l'infection. Bien que pratiquement tout le monde soit confronté à une telle maladie, il ne faut pas en ignorer les signes. Lorsque la cystite nécessite un traitement obligatoire: l'inflammation de la vessie chez la femme peut non seulement évoluer rapidement vers une forme chronique, mais également transmettre l'infection à d'autres organes. Comment reconnaître le problème et s'en débarrasser?

Inflammation de la vessie chez la femme: symptômes

Le traitement commence par l'analyse des plaintes du patient. Habituellement, les femmes parlent des signes inquiétants suivants:

  • inconfort dans les organes pelviens (le plus souvent, l'inconfort est localisé dans la zone pubienne);
  • des pulsions fréquentes, même si à chaque fois une petite quantité d'urine est excrétée;
  • crampes, accompagnant l'acte de miction (donne parfois des douleurs dans le rectum);
  • changer l'odeur d'urine;
  • sensation constante de lourdeur dans la vessie, impossibilité de la vider complètement;
  • la température monte à 37,2-37,7 degrés, indiquant une tentative de l'organisme pour lutter contre l'infection.

Ce sont tous des symptômes de cystite aiguë. Parfois, ils sont complétés par une hématurie - la libération de sang avec l'urine. Dans ce cas, on peut dire que la maladie se présente sous une forme hémorragique et s'accompagne de lésions profondes aux parois de la vessie.

Si le processus inflammatoire n'est pas traité, il devient progressivement chronique. Les symptômes d'une telle cystite sont les mêmes, mais ils apparaissent moins prononcés plusieurs fois par an.

La pyélonéphrite, processus inflammatoire des reins, complique souvent la cystite chez les femmes. Reconnaître la pathologie peut être en élevant la température à 39-40 degrés, des nausées et des vomissements, des maux de dos aigus, une mauvaise santé en général. La pyélonéphrite peut également devenir chronique.

Vessie - inflammation chez les femmes: traitement

Les symptômes de la cystite sont à la base de l’évaluation de l’état général du patient. De plus, le médecin doit prescrire des études spéciales pour confirmer le diagnostic. Parmi les principales procédures recommandées:

  1. Tests d'urine - selon Nechiporenko, général, remous, biochimique.
  2. Test sanguin général.
  3. Cystoscopie (examen des parois de la vessie).
  4. Analyse de débit urinaire (estimation des paramètres de jet d'urine).
  5. Échographie des reins et, si possible, de la vessie.

En outre, il ne serait pas superflu de consulter un gynécologue. La cystite se développe souvent à cause de maladies des organes génitaux: si ces problèmes ne sont pas éliminés, le processus inflammatoire ne s'atténuera pas. Le gynécologue procède à un examen dans le fauteuil, effectue un frottis, peut effectuer une échographie transvaginale.

Afin de déterminer l’influence de tous les facteurs sur l’état de la femme et de choisir le type de traitement le plus approprié, il est parfois recommandé au patient de subir des tests de dépistage des maladies sexuellement transmissibles.

Le traitement ne peut être prescrit qu’après la fin de l’examen complet. Il est très important de déterminer correctement la nature de la cystite: si elle est déclenchée par une bactérie, des antibiotiques sont utilisés; Pour lutter contre une maladie à caractère viral ou fongique, il faut des médicaments antiviraux ou antifongiques.

Inflammation de la vessie chez la femme: traitement par les pharmacies

Les médicaments acceptés doivent être convenus avec le médecin. Attribuer:

  1. Antibiotiques. Les plus courants sont Monural, Nolitsin, Ofloxacin, Norfloxacin, Levofloxacin, Amoxiclav, Palin, Ciprofloxacin, Erythromycine, Levomycetin. Il est nécessaire de prendre des antibiotiques en respectant scrupuleusement la posologie tout au long du traitement. Si vous arrêtez de boire le médicament à l'avance, l'effet souhaité de la thérapie ne sera pas.
  2. Antifongiques (antimycotiques). Le diflucane et l'amphotéricine sont principalement utilisés, car ils pénètrent facilement dans la coque de la vessie. Pimafucin et Itracon sont considérés comme moins efficaces.
  3. Médicaments antiviraux. Aciclovir, Virazol, Laferon ont fait leurs preuves.

La désinfection de l'urine et de la vessie est également réalisée à l'aide d'urantoseptiques. Parmi eux - 5-NOK, Furagin et Furadonin.

Analgin, No-shpa, Papaverine, Paracetamol sont recommandés pour soulager la douleur. Si vous avez besoin d'augmenter le débit d'urine, des diurétiques sont indiqués, tels que Canephron.

Les médicaments sont prescrits pour chaque cas. Les prescrire ne peut que le médecin traitant, qui a soigneusement examiné l’état du patient.

Inflammation de la vessie: traitement des remèdes populaires féminins

Bien que la médecine ne reste pas immobile, de nombreux patients préfèrent utiliser les méthodes de la "grand-mère". Les méthodes de la médecine traditionnelle sont efficaces pour soulager l’inflammation, réduire la douleur, c’est-à-dire se débarrasser des symptômes. Mais si vous ne détruisez pas l'infection, l'effet de la thérapie à domicile sera de courte durée.

Toutes sortes de procédures thermiques sont considérées comme très utiles. Vous pouvez:

  1. Soar pieds.
  2. Prenez un bain sessile, en ajoutant à l'eau - quelques gouttes d'huile d'eucalyptus ou de bois de santal; 2 cuillères à soupe l soda et un peu de permanganate de potassium; une infusion de prêle des champs ou de camomille, une décoction de branches de pin ou de cônes de sapin.
  3. Appliquez un coussin chauffant, une bouteille en plastique avec de l’eau chaude, un sac en tissu avec du sable chauffé au rouge ou du sel sur le bas-ventre et la région de l’aine.
  4. Prenez une douche chaude.
  5. Cuisinez vous-même un "bain" spécial de briques sèches. Il faudra un assez grand seau en métal. Sur son fond, mettez des morceaux de brique chauds et asseyez-vous dessus, après avoir enveloppé les bords du pot avec un chiffon épais.

Le traitement de la cystite par la chaleur peut rapidement réduire la douleur. Mais cette thérapie présente des inconvénients: elle peut provoquer une augmentation du processus infectieux. Par conséquent, le réchauffement est strictement interdit avec l'hématurie.

Les boissons à base de légumes sont:

  1. Jus de bouleau ou de canneberge.
  2. Infusion de plantain et de busserole broyés. Il faudra 3 c. l chaque ingrédient. Les herbes versent de l'eau bouillante, insistez pendant une heure, puis égouttez-les et ajoutez du miel. Il est recommandé de boire la perfusion toutes les quinze minutes pendant environ 0,5 tasse. La particularité de la boisson est son effet diurétique le plus puissant, car le traitement doit commencer le jour de congé, sans avoir à se déplacer.
  3. Infusion de stigmates de maïs. Il doit être bu seulement chaud. Il est nécessaire de remplir avec de l'eau chauffée 3 c. l stigmatisation et mise à 2 heures dans un endroit sombre. Pour améliorer le goût, du miel peut être ajouté à la boisson. Buvez des médicaments pendant 1 à 2 tasses par jour. L'effet positif est le soulagement de la douleur.
  4. Infusion de racine de réglisse. À 20 g de la plante aura besoin de 1 litre d'eau tiède. Il est nécessaire de conserver la boisson dans une casserole enveloppée d'une serviette éponge pendant 24 heures. Boire une infusion trois fois par jour. Il a un puissant effet anti-inflammatoire. Pour que la boisson ne perde pas ses vertus, elle est mise au réfrigérateur.
  5. Bouillon de persil. On verse 100 g de feuilles dans de l'eau bouillante (1 l), puis on fait bouillir pendant une demi-heure, en remuant de temps en temps. La boisson finie est conservée dans un récipient fermé pendant deux heures, filtrée et mise au réfrigérateur. Posologie - 0,5 tasse le matin à jeun. Prenez le médicament pendant 21 jours, puis faites une pause hebdomadaire.

L'inflammation de la vessie est un problème grave qui doit être pris en compte. La cystite aiguë est traitée rapidement, contrairement à son "frère" chronique.

Causes, symptômes et traitement de la cystite cervicale

L'inflammation du col de la vessie est une maladie urologique courante. Il survient chez les enfants, les hommes et les femmes avec la même fréquence. La cystite cervicale aiguë survient pendant la reproduction de la microflore dans le contexte d’une diminution de la protection immunitaire locale.

Tous les processus inflammatoires ne conduisent pas à une lésion cervicale. Pour le développement de la pathologie nécessite un agent pathogène et un facteur provoquant.

L'examen bactériologique du matériel des voies urinaires révèle un certain nombre d'agents pathogènes fréquents - champignons du genre "Candida", virus, entérobactéries. Le mode de transmission initial est l'infection génitale.

Facteurs étiologiques de l'inflammation du col de la vessie

La forme aiguë de la maladie se développe plusieurs jours après la pénétration de l'agent pathogène:

  1. Ascendant du rectum et des organes génitaux;
  2. Transfert de l'infection avec le mouvement du sang des foyers inflammatoires;
  3. Propagation à la baisse dans la pyélonéphrite (inflammation du bassinet du rein);
  4. Après une opération à la vessie.

Les variantes anatomiques de la structure du tractus urinaire féminin provoquent une incidence accrue de bactéries de bas en haut.

Pourquoi une protection immunitaire réduite dans le bassin:

  • Perturbation de la microcirculation après des opérations sur les organes urogénitaux;
  • Long refroidissement du bas-ventre;
  • Saignement dans la vessie;
  • Pyélonéphrite - inflammation du bassinet du rein.

Les autres causes de nosologie sont moins courantes.

Mécanismes pathogéniques de la cystite

Le col de la vessie est situé anatomiquement en bas. Autour de celle-ci est la couche musculaire qui assure la rétention de l'urine à l'intérieur tout en se contractant. Pendant la relaxation, le contenu est retiré dans l'urètre.

La membrane muqueuse du corps lors du remplissage est lisse, dans la forme vide - pliée. La structure anatomique crée des opportunités pour la prolifération de bactéries dans les plis avec des mictions fréquentes chez les personnes excitables, souffrant de troubles neurologiques.

Le triangle kystique est formé à la confluence des uretères. En raison de l'insécurité du site, une inflammation survient souvent dans celui-ci - trigonite. L’état est un mécanisme déclencheur de la propagation des micro-organismes au cou.

Classification de l'inflammation cervicale chronique de la vessie

La majeure partie de l'inflammation urogénitale se produit de manière chronique - progressivement sur plusieurs années. Une variété de formes morphologiques décrit la classification clinique:

  1. Les formes latentes sont stables (absence de laboratoire, modifications bactériologiques, présence d’un tableau endoscopique des modifications muqueuses). La forme latente d'exacerbations rares se produisant dans la forme aiguë. Inflammation chronique avec répétitions fréquentes - plus de deux fois par an sous forme d'évolution subaiguë;
  2. Espèces persistantes - avec la présence de modifications endoscopiques et de laboratoire sans besoin urgent d'uriner;
  3. Les types interstitiels sont accompagnés d'une douleur dans l'abdomen, une violation de la fonction d'accumulation de l'organe.

Selon les modifications morphologiques de la membrane muqueuse, la cystite cervicale est divisée en 6 types - nécrotique, catarrhale, encroûtante, ulcéreuse, kystique, polypeuse.

Symptômes de la cystite cervicale

Les spécialistes ont identifié une forme unique de la maladie en raison de lésions des sphincters musculaires, qui sont normalement responsables de la rétention et de l'excrétion de l'urine. Au cours du traitement chronique, les dommages se développent progressivement, ce qui ne permet pas de suspecter une pathologie à temps.

La seule manifestation à un stade précoce d'une évolution chronique est le besoin périodique d'uriner, qui survient avec une certaine périodicité. Lorsque vous urinez, une petite quantité d'urine est sécrétée, car le liquide ne s'accumule pas en quantité suffisante.

Le stress du sphincter enflammé entraîne une douleur intense dans le bas-ventre, une sensation de brûlure pendant la miction. L'intensité du syndrome douloureux est individuelle - d'une douleur mineure à une douleur intense.

  • L'urine sent l'ammoniac;
  • L'analyse en laboratoire de l'urine révèle des globules blancs, des globules rouges, des bactéries, du pus;
  • Une envie fréquente d'uriner survient en cas d'inflammation grave, mais ne se caractérise pas par une miction intense;
  • Augmentation de la température à 38,5 degrés;
  • Augmentation de la transpiration avec l'odeur d'acétone;
  • L'urine devient trouble, l'apparition de globules rouges dans l'urine est possible.

La cystite cervicale chronique est détectée tardivement, ce qui ne guérit pas complètement la nosologie.

Diagnostic de l'inflammation du col de la vessie

Les méthodes cliniques ne peuvent qu'établir la douleur du pubis. Les autres signes de nosologie sont déterminés par des études instrumentales et en laboratoire. L'analyse chimique du contenu de l'urètre indique une augmentation des inclusions de protéines en pathologie.

Un examen endoscopique est réalisé pour étudier l'état de la paroi interne de la vessie, mais dans les cas aigus, le diagnostic n'est pas recommandé en raison de la probabilité accrue d'inflammation.

La forme aiguë ou chronique nécessite une cystoscopie, une radiographie de contraste. Des études sont prévues pour exclure les polypes, les ulcères et étudier d'autres zones de la sphère urinaire.

Principes de traitement de la cystite cervicale

Il existe 3 types de traitement de la maladie:

  1. Pathogénétique;
  2. Étiologique;
  3. Préventif.

La cause de la maladie sont des infections - bactériennes, virales, fongiques. Pour les neutraliser, l'utilisation d'antibiotiques est recommandée. Les préparations sont sélectionnées en tenant compte de la sensibilité aux antibiotiques de l'agent pathogène après l'ensemencement du matériel sur un milieu nutritif. À côté de la colonie de bactéries se trouve une bandelette contenant un antibiotique. Si l'agent pathogène du médicament est sensible, on trace autour de lui un fragment de la mort de la colonie.

La thérapie pathogénique de la cystite cervicale est prescrite pour normaliser la microcirculation, rétablir l’immunité, éliminer le déséquilibre hormonal, restaurer la microflore du tractus génital féminin.

Les diurétiques végétaux sont utilisés pour la prophylaxie, le traitement sanitaire et hygiénique des organes génitaux après un rapport sexuel

Cystite cervicale bactérienne - traitement antibiotique:

  • Le traitement est effectué par des médicaments auxquels l'agent pathogène est sensible. Longue - au moins 7 jours. Les agents antibactériens les plus populaires du groupe urinaire chez les médecins de la Fédération de Russie sont la lévofloxacine, la pefloxacine, la norfloxacine, la nitrofurantoïne;
  • Les formes aiguës sont éliminées par des courts-circuits (3-5 jours) avec répétition. La durée de la thérapie antibiotique est chronique jusqu'à la destruction complète de l'agent pathogène, qui est déterminée par l'examen des frottis et des cultures sur la croissance de la culture du microorganisme;
  • Les médicaments de choix - la loméfloxacine, la ciprofloxacine, la norfloxacine, la destruction de E. coli, la flore des voies urinaires à Gram négatif;
  • Les infections sexuellement transmissibles sont traitées par des régimes combinés utilisant des fluoroquinolones, des tétracyclines et des macrolides.

La thérapie pathogénique implique de boire beaucoup d’eau pour éliminer les micro-organismes étrangers de l’urètre et de la vessie. L’optimisation de la nutrition implique le contrôle de l’apport en protéines, la normalisation de l’équilibre vitamino-minéral.

Des études pratiques ont montré que, chez les patients souffrant d’infections des voies urinaires, les complexes immuns s'écartaient de la norme en diminuant ou en augmentant avec l’aide d’immunothérapies (extrait de protéine, Uro-Vaksom), de bactériophages.

Dans la forme chronique, une accumulation excessive d'ammoniac entraîne un manque d'oxygène dans les tissus. L’hypoxie est traitée avec des antihypoxants, des veinotoniques, des antiplaquettaires (solcoséryle, escuzan, trental).

La forme latente peut être traitée localement en injectant des médicaments dans la vessie à travers un cathéter. L'héparine est introduite par voie intracellulaire à une concentration de 10 000 unités internationales trois fois par semaine pendant trois mois. La dioxidine est recommandée pour l'instillation locale dans la vessie. Des études scientifiques indiquent un effet thérapeutique positif de l'argent colloïdal sur les agents pathogènes de la sphère génito-urinaire.

Régime alimentaire pour l'inflammation de la vessie

Le processus inflammatoire entraîne une augmentation du tonus de la vessie. Une thérapie par le régime est prescrite pour détendre le sphincter distal. Dans la plupart des cas, la cystite cervicale cachée chez les femmes et les hommes peut être éliminée en prenant des sédatifs (drogue de valériane, agripaume) la nuit.

Pour éliminer l'hypertonicité de la vessie, le refus des aliments frits et épicés, des ketchups, des marinades est recommandé. Dans la forme chronique, vous devez boire au moins 2 litres d'eau par jour et dans la forme aiguë, encore plus.

Les eaux minérales alcalines sans gaz possèdent des propriétés utiles.

En cas de changements inflammatoires dans le bassin, il est recommandé de porter des vêtements naturels qui empêchent une augmentation de la température dans le bas de l'abdomen. Le port de ficelles provoque une exacerbation d'infections chroniques.

En conclusion, nous décrivons le complexe de remèdes à base de plantes utilisé pour le traitement de maladies de la sphère urinaire:

  • Canephron - contient des feuilles de lovage, de romarin, d’herbe centaurée
  • Cystone - comprend silicate de chaux, vernonia, saxifrage, extrait de Didimocarpus;
  • Phytolysine à base d'huile de menthe, de pin, d'herbe de verge d'or, de racine amoureuse, de rhizome de poireau, de prêle, de pelure d'oignon.

Les médicaments sont prescrits pour la cystite, la lithiase urinaire.

Lors de l'analyse de critiques sur la manière dont j'ai guéri l'inflammation de la vessie, les recettes populaires à base de prêle, de zeste d'oignon, brassées avec de l'eau dans un rapport de 2 cuillères pour 250 ml d'eau bouillante, sont mises en évidence. Appliquez des décoctions pendant plusieurs mois jusqu'à disparition des symptômes.

La cystite qualitativement guérie ne s'accompagne pas d'une forte miction, d'une fausse envie et d'une fièvre. Observez les procédures préventives pour éviter les récidives - évitez l’hypothermie, n’oubliez pas l’hygiène de la sphère urogénitale, ne portez pas de longues ficelles.

Comment traiter l'inflammation de la vessie chez les femmes

Contenu de l'article

  • Comment traiter l'inflammation de la vessie chez les femmes
  • Quel médecin traite la cystite
  • Comment traiter la cystite aiguë

Causes de l'inflammation de la vessie

L'urètre féminin est 4 fois plus court que le mâle et mesure seulement 4 à 5 centimètres de long. En outre, il est situé à proximité de la bouche du vagin et du rectum, qui constituent le milieu de vie naturel de nombreuses bactéries.

Lorsque les microbes se placent entre l'anus et le vagin, ils peuvent pénétrer dans l'urètre puis migrer vers la vessie. Les causes les plus courantes d'inflammation des voies urinaires comprennent:

- rapports sexuels fréquents - pendant les rapports sexuels, les bactéries passent facilement au voisinage de l'urètre;

- sous-vêtements serrés en fibres artificielles (les zones intimes en sueur contribuent à la croissance des bactéries);

- mauvaise hygiène des lieux intimes;

- utilisation de toilettes publiques;

- l'utilisation de produits parfumés pour l'hygiène féminine.

Inflammation de la vessie: symptômes et traitement

L'inflammation de la vessie est causée par un processus infectieux, principalement localisé dans la membrane muqueuse. Cette pathologie s'appelle "cystite", du mot "kyste" - la bulle.

Épidémiologie

La maladie est diagnostiquée plus souvent chez la femme, ce qui est associé aux caractéristiques hormonales, anatomiques et physiologiques du corps de la femme. En Russie, l’inflammation aiguë de la vessie est enregistrée chaque année en moyenne par 30 millions de représentants de la moitié faible, dont 35% rechutent en un an et, dans 8 à 10% des cas, la maladie revêt un caractère chronique et récurrent.

L'inflammation de la vessie est plus fréquente chez les femmes en âge de procréer; le deuxième pic survient à un âge supérieur à 55 ans, au moment de la ménopause.

Facteurs prédisposants

Les facteurs de risque tiennent compte de ce qui suit:

  • maladies gynécologiques chroniques;
  • la proximité de l'urètre avec le rectum et le vagin;
  • prédisposition génétique;
  • l'utilisation de contraceptifs agressifs;
  • intensité de la vie sexuelle;
  • Les caractéristiques de la microflore à Gram négatif sont faciles à pénétrer dans la muqueuse en raison de leur capacité à adhérer.

Classification des processus inflammatoires dans la vessie

Selon le facteur étiologique, l’inflammation de la vessie peut être causée par une bactérie (cystite infectieuse) ou apparaissent sur le fond de la radiothérapie, des dommages toxiques, des allergies, etc. (cystite non infectieuse).

Il existe des processus inflammatoires aigus et chroniques, qui se produisent à leur tour dans la phase aiguë ou dans la phase de rémission.

L'inflammation de la vessie peut être primaire, se développer indépendamment sans l'influence d'une pathologie concomitante ou secondaire, associée à une maladie quelconque: cystolithiase, tuberculose urogénitale, anomalies de la structure, processus tumoral, etc.

Le tableau morphologique distingue l’inflammation catarrhale, ulcéreuse-fibrineuse, hémorragique et interstitielle de la vessie.

La cystite interstitielle appartient à un processus pathologique indépendant.

Symptômes d'inflammation de la vessie

Plaintes pour cystite à la suite:

  • miction douloureuse en petites portions;
  • besoin fréquent d'aller aux toilettes;
  • douleur dans la projection de la vessie à l'état normal et / ou pendant et après la miction;
  • besoin urgent (incontrôlable), incontinence urinaire;
  • augmentation de la température;
  • écoulement d'urine trouble avec une odeur désagréable.

La présence de sang dans les urines indique une cystite hémorragique, caractérisée par une rupture vasculaire à l'arrière-plan de l'inflammation de la vessie.

Il convient de noter que, malgré la diversité des plaintes, l’état de santé général associé à la cystite catarrhale ne souffre pas beaucoup et que l’état est plutôt évalué comme non grave, mais relativement satisfaisant.

À la palpation, il y a une sensibilité dans le bas de l'abdomen. Le symptôme positif du tapotement parle de la propagation de l'infection par voie ascendante dans les reins et de l'ajout de pyélonéphrite.

Si un patient / patient présente une inflammation de la vessie sur fond d'immunodéficience prononcée, le développement d'une forme ulcéreuse-fibrineuse ou gangréneuse est possible. La condition est considérée comme grave et est une indication pour un traitement hospitalier.

Une inflammation de la vessie peut survenir lorsqu’elle est associée à des maladies gynécologiques: salpingo-oophorite, annexite, colpite. Par conséquent, un gynécologue doit être examiné avant de commencer le traitement.

Mesures de diagnostic

Pour diagnostiquer l'inflammation dans la vessie, une analyse d'urine est effectuée. Les modifications suivantes, typiques de cette nosologie, sont confirmées au microscope:

Étant donné que 90% des agents responsables sont E. coli, avec une cystite simple, il est possible de prescrire un antibiotique à large spectre de manière empirique.

En cas de récidive, il est raisonnable d'effectuer une culture d'urine sur la flore et une sensibilité aux médicaments.

Pour éliminer les IST, qui provoquent la cystite, ils ont recours au diagnostic PCR. Biomatériau prélevé dans le vagin et l'urètre chez la femme. Chez les hommes, le secret de la prostate et l'écoulement de l'urètre sont étudiés pour le diagnostic.

Si la vessie est souvent enflammée, c'est-à-dire la maladie a acquis une forme récurrente et un dépistage supplémentaire des infections virales a été prouvé: herpès génito-urinaire, cytomégalovirus.

Chez les femmes présentant de fréquents épisodes de cystite, un frottis vaginal est examiné pour exclure la dysbiose (muguet).

Diagnostics instrumentaux

Dans la période aiguë, la cystoscopie est inacceptable car elle contribue au renforcement du processus inflammatoire.

L'échographie de la vessie avec une cystite montrera un épaississement de la paroi, une suspension dans la lumière, la quantité d'urine résiduelle.

De plus, l’échographie est un moyen efficace d’exclure ou de confirmer une tumeur de la vessie, du tartre, etc.

Après la disparition de l'inflammation, dans les cas douteux, une cystoscopie est effectuée.

L'image de l'inflammation dans la vessie dépend de la nature des changements morphologiques: de l'hyperhémie de la membrane muqueuse avec des hémorragies ponctuelles aux défauts érosifs et aux ulcères. Lors de la manipulation de l'examen de la vessie à partir de la zone suspecte, le matériel est collecté pour un examen histologique (biopsie).

Si un diagnostic différentiel est nécessaire, effectuez une IRM, une urographie excrétrice, une analyse TRUS et urodynamique.

Pour les hommes, l'inflammation isolée de la vessie n'est pas typique et se déroule toujours dans le prolongement de quelque chose: prostatite, lithiase urinaire, obstruction infra-vésicale, tumeurs, etc.

Lorsque des cylindres apparaissent dans l'urine à l'arrière-plan de l'hématurie, le patient est référé pour consultation par un néphrologue.

Indications du traitement hospitalier

Le patient est mieux hospitalisé dans les cas où il y a:

  • hématurie macroscopique;
  • cystite sur fond de comorbidités sévères (infection à VIH, diabète sucré en phase de décompensation, tous types de déficits immunitaires);
  • état grave;
  • l'échec de l'épicystostomie, entraînant une inflammation aiguë de la vessie;
  • incapacité à traiter en ambulatoire.

Traitement de l'inflammation de la vessie

Thérapie antibactérienne pour l'inflammation de la vessie

Les formes non compliquées de cystite répondent bien au traitement ambulatoire.

Selon le groupe, un antibiotique est prescrit une fois par Fosfomycine (Monural) ou pour une période allant jusqu'à 7 à 10 jours. Nolitsin, Tsiprolet, Floratsid et ainsi de suite sont plus souvent utilisés

Pour les femmes enceintes, les préparations de pénicilline sont choisies pour le traitement de l'inflammation de la vessie: Amoxiclav, Flemoklav, Flemoksin.

Un traitement antibiotique prolongé de la cystite (pas un seul antibiotique) est préférable chez les patients de plus de 65 ans, les patients présentant une anomalie pathologique concomitante (diabète, inflammation chronique du tractus urogénital), chez la femme enceinte.

L'inflammation de la vessie après un contact sexuel accidentel non protégé est traitée en prescrivant la lévofloxacine ou l'ofloxacine en association avec le nitroimidazole (Trichopol, Ornidazole, etc.). En cas de suspicion d'infection gonococcique, injecter Ceftriaxone par voie intramusculaire une fois, à raison de 1,0 g.

En cas de cystite provoquée par une IST, des antibiotiques sont prescrits en tenant compte de l'agent responsable: macrolides, tétracyclines, fluoroquinolones, etc.

Antispasmodiques, œstrogènes, M - anticholinergiques

Si le syndrome de douleur dans l'inflammation de la vessie est exprimé de manière significative - il est possible d'utiliser No-shpy, Baralgina, Papaverina.

Un traitement hormonal substitutif est possible pour les femmes présentant une déficience confirmée en œstrogènes souffrant de cystite.

Il est possible d'éliminer l'incontinence urinaire en utilisant des anticholinergiques m, tels que Vesicare.

Remplir la vessie et la phytothérapie

Un bon effet thérapeutique est donné par instillation dans les solutions anti-inflammatoires de la vessie:

  • Émulsion de 10% de syntomycine et solution de novocaïne à 0,5%;
  • Métrogil;
  • La furacilline,
  • La dioxidine;
  • Chlorhexidine;
  • Héparine 25 000 U et lidocaïne à 0,2% - 2,0 ml + solution saline à 20 ml;
  • Uro-hyal, etc.

Herbes pour la cystite

La phytothérapie, en tant que type de traitement indépendant, n'est pas utilisée pour l'inflammation aiguë, mais comme adjuvant, l'utilisation d'herbes à effet diurétique et antimicrobien est un bon moyen de prévention de la cystite.

Vous pouvez brasser les herbes suivantes pour l'inflammation de la vessie:

  • Busserole;
  • Feuille de myrtille;
  • Soie de maïs;
  • Thé de rein;
  • Graines d'aneth;
  • Prêle, etc.

Après la fin du traitement antibiotique, des phytopreparations peuvent être prises, par exemple, Canephron, Fitolysin, Urolesan, etc.

Outre d'autres mesures thérapeutiques, un régime alimentaire est prescrit, à l'exception des aliments épicés, salés et acides, des viandes fumées et des cornichons. Cystite liquide doivent boire au moins 2000 ml par jour.

L'alcool, le thé fort et le café, les boissons gazeuses dans la période aiguë ne peuvent pas être consommés.

Mishina Victoria, urologue, examinatrice médicale

3,902 vues totales, 1 vues aujourd'hui

Cystite: symptômes et traitement de la femme, médicaments et comprimés pour la cystite

Dans la plupart des cas, les formes chroniques de maladies inflammatoires de la sphère génito-urinaire résultent d'une approche thérapeutique non professionnelle. La maladie ne peut être éliminée si les symptômes et le traitement de la cystite chez la femme ne coïncident pas. Les médicaments imposés par la publicité télévisée n'apportent qu'un soulagement temporaire, et la maladie réapparaît après un certain temps.

Le seul moyen de se débarrasser de la cystite est d’établir la cause de la maladie et de suivre un traitement complet sous la supervision d’un urologue professionnel.

Cystite - causes de la femme

En médecine, le concept de "cystite" combine plusieurs types de pathologies urinaires symptomatiques, dans lesquelles il existe une lésion de la muqueuse de la vessie. En raison des caractéristiques anatomiques du corps, les femmes souffrent de cystite plusieurs fois plus souvent que les hommes.

Le travail de la vessie étant associé à tous les systèmes physiologiques, les anomalies fonctionnelles des organes internes, d'une manière ou d'une autre, affectent la santé de la sphère urogénitale de la femme.

Le développement du processus inflammatoire peut être précédé de:

  • infections virales ou bactériennes - grippe, mal de gorge, sinusite maxillaire, staphylocoque, trichomonas, E. coli, carie, furonculose;
  • l'hypothermie;
  • réaction allergique;
  • changements hormonaux pendant la menstruation, la grossesse, la ménopause;
  • maladies acquises - diabète sucré, colite, lésions de la colonne vertébrale, pathologies néphrologiques et endocriniennes, formations tumorales;
  • consommation de drogue;
  • immunité réduite;
  • développement anormal du système urogénital;
  • hygiène insuffisante des organes génitaux;
  • Les formes aiguës de cystite surviennent le plus souvent dans un contexte de stagnation du système urinaire.

Les voies de pénétration des microorganismes pathogènes dans la vessie sont également différentes. En cas de maladies des voies respiratoires supérieures, l'infection se propage à travers le corps par le sang. Dans les maladies du tractus gastro-intestinal, les microbes pénètrent dans les organes urogénitaux à partir de l'anus. En raison de pathologies néphrologiques, les agents pathogènes se déplacent des reins avec l'urine.

Les facteurs contribuant au développement de la cystite comprennent le port de sous-vêtements synthétiques, une tendance à la constipation, des changements fréquents de partenaires sexuels, des rapports sexuels non protégés et des conditions réduisant le potentiel du système immunitaire - stress, manque de sommeil, exercice excessif, nutrition irrégulière.

Principaux symptômes et signes de la maladie

Le développement de la cystite peut survenir de manière aiguë ou avec une augmentation progressive des symptômes. Les symptômes caractéristiques de la cystite dans la forme aiguë sont les crampes et les douleurs en urinant.

Mais à mesure que la maladie progresse, des symptômes tels que:

  • inconfort dans les zones génitale et pubienne;
  • Démangeaisons et brûlures au périnée - résultant des effets irritants des substances toxiques accumulées dans l'urine;
  • mictions fréquentes;
  • douleur dans le bas de l'abdomen et dans le dos, sensation de plénitude;
  • maux de tête;
  • fatigue accrue;
  • une légère augmentation de la température corporelle;
  • turbidité de l'urine;
  • forte odeur d'urine;
  • sensation de vidange incomplète de la vessie;
  • l'apparition de sang dans l'urine peut indiquer le développement de complications.

La cystite à caractère allergique ou infectieux dans 95% des cas est accompagnée de démangeaisons.

Complications de la maladie

En raison de la prévalence élevée (pathologie diagnostiquée chez 40% des femmes dans le monde), la gravité des effets de la cystite est souvent sous-estimée.

Avec un traitement approprié, à condition que rien ne justifie l’évolution de la pathologie, les symptômes de la cystite aiguë disparaissent et le bien-être de la femme s’améliore nettement. Si l'effet thérapeutique nécessaire est absent, la maladie acquiert une forme chronique d'évolution, qui présente de graves complications pour la santé.

La cystite chronique se caractérise par des lésions d'une grande partie des muqueuses de la vessie. Dans le même temps, un gonflement et un épaississement apparaissent dans les zones touchées, dans le contexte d'une diminution de l'élasticité de l'épithélium.

La progression du processus pathologique conduit à des complications qui menacent la santé des organes et systèmes vitaux:

  • une insuffisance rénale survient dans 95% des cas - pyélonéphrite, insuffisance rénale;
  • changement organique dans les tissus de la vessie se heurte à la rupture de ses parois et au développement de la péritonite;
  • une inflammation fréquente est l'une des principales causes des adhérences;
  • réduction de la fonction de reproduction, risque de perte totale de la capacité de procréer;
  • l'urétrite;
  • processus tumoraux;
  • ulcération sur les parois de la vessie, saignant;
  • urolithiase;
  • dommages musculaires et perte du tonus des tissus de la vessie, ce qui entraîne son dysfonctionnement et son incontinence urinaire

Dans le corps de la femme, au cours de la vie, il y a des périodes où la prédisposition au développement de la cystite est associée à des changements physiologiques naturels.

Vulnérabilité à la cystite dans la vie d’une femme

La première période critique commence à l'âge de trois ans. À cet âge, les enfants présentant des anomalies congénitales des voies urinaires peuvent développer un reflux vésico-urétéral, dans lequel l'urine retourne de la vessie vers les reins. La conséquence de la pathologie est la vulvovaginite et l’infection ascendante de la vessie.

La puberté est la deuxième, importante en termes de degré de susceptibilité au kystisme, une période de la vie d’une femme. Les changements hormonaux inhérents à la puberté sont associés au risque d'infection par des infections lors de rapports sexuels non protégés.

La ménopause se manifeste non seulement par une diminution du niveau hormonal dans le corps de la femme, mais aussi par une baisse des propriétés protectrices de la muqueuse de la vessie, ainsi que par une modification de sa position anatomique. Tous ces changements contribuent au développement de l'inflammation des voies urinaires et d'autres pathologies inhérentes à la cystite.

Mesures de diagnostic

L'examen médical des patients suspects de cystite implique non seulement de confirmer le diagnostic, mais également de déterminer la maladie sous-jacente qui a provoqué une inflammation de la muqueuse de la vessie.

Parallèlement à l’étude des données anamnestiques et des symptômes de la maladie, les urologues utilisent les mesures de diagnostic suivantes:

  • analyse d'urine;
  • numération globulaire complète;
  • cystoscopie - examen de la vessie avec un endoscope;
  • analyse de la composition de la microflore vaginale;
  • Échographie du système génito-urinaire;
  • La PCR est une méthode de dosage moléculaire.
  • culture d'urine bactérienne.

Dans certains cas, les médecins utilisent les informations obtenues par la méthode de biopsie - examen microscopique d’échantillons de tissus affectés pour le diagnostic.

Les médicaments pour le traitement complet de la maladie

Le traitement de la cystite consiste à éliminer non seulement l'inflammation de la membrane muqueuse de la vessie, mais également les maladies qui la soutiennent. Le choix des méthodes et des outils thérapeutiques dépend de la forme de la maladie et des processus pathologiques associés.

Pour le soulagement des symptômes de la forme aiguë de la cystite, on prescrit au patient un repos au lit, un régime spécial, des coussins chauffants, ainsi que des médicaments antispasmodiques, antibactériens et diurétiques.

Le traitement minimum pour la cystite aiguë est de 7 jours. Le traitement interrompu est l'une des principales causes de la forme chronique de la cystite.

Médicaments antibactériens

La nomination de médicaments antibactériens est appropriée pour la cystite, dont l'agent causal est une bactérie établie.

Parmi les agents antibactériens les plus efficaces:

  • Monural - un antibiotique à base de fosfomycine. Disponible sous forme de granulés. Il est pris une fois dans la forme aiguë de la cystite;
  • Palin - comprimés pour la cystite et autres infections des voies urinaires aiguës ou chroniques. Appartient au groupe des quinolones. La substance active est l'acide pipemidovaya;
  • La furagine est un antibiotique populaire à base de nitrofurane. Il est pertinent lorsqu'il est exposé à des bactéries dont la sensibilité à Furagin est démontrée par l'ensemencement;
  • Nolitsin (analogues de Norbaktin, Normaks) - une réserve d'antibiotiques. Il est prescrit si l'utilisation d'autres médicaments n'a pas fourni d'effet thérapeutique. L'ingrédient actif est la norfloxacine du groupe des fluoroquinols;
  • La nitroxoline est un médicament du groupe des oxyquinoléines. Diffère l'activité contre la plupart des bactéries et des champignons Candida;
  • Furadonine - un agent antimicrobien qui supprime l'activité des infections bactériennes. L'utilisation de comprimés est également appropriée en tant qu'agent prophylactique pour les maladies des voies urinaires.

L'acceptation de tout médicament antibactérien n'est possible que sur ordonnance. Malgré l'efficacité thérapeutique élevée, les médicaments modernes ont de nombreuses contre-indications et peuvent provoquer des réactions indésirables.

Antispasmodique

Moyens dotés de propriétés antispasmodiques - un élément essentiel du traitement de restauration et de soutien de la cystite.

Les antispasmodiques les plus populaires sont: No-Shpa, Papaverin, Drotaverin. L'effet des médicaments antispasmodiques s'exprime dans l'élimination des spasmes des muscles lisses de la vessie et dans l'effet de la relaxation, soulageant la douleur.

L’acceptation des antispasmodiques est appropriée à la fois pour les formes aiguës de cystite et pour les récidives d’infections chroniques.

Comprimés anti-inflammatoires

Pour soulager l'inflammation de la muqueuse vésicale avec la cystite, il est recommandé de prendre des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) - ibuprofène, nurofen, diclofénac, nemesil. Outre l’élimination des processus inflammatoires, les médicaments de ce groupe procurent un effet analgésique en éliminant la douleur et la pathologie inhérente à l’inconfort.

Phytodrugs

L'utilisation de remèdes à base de plantes est un moyen efficace d'accroître l'impact de la pharmacothérapie. Au cœur des phytomes - des composants végétaux naturels à activité biologique.

Urolesan - un moyen de fournir une action antiseptique, antispasmodique et diurétique. Disponible sous forme de gélules, sirop ou gouttes.

Cyston - comprimés à base d'extraits de plantes aux propriétés néphrolitiques et antimicrobiennes.

Fitolizin - pâte à base d’huiles d’orange et de sapin. Il a un effet diurétique, anti-inflammatoire et antispasmodique. Il empêche le développement de la lithiase urinaire.

L'acceptation des remèdes à base de plantes est plus efficace au stade initial du développement de la cystite.

Probiotiques

À la suite d'une exposition à des micro-organismes infectieux et après la prise d'antibiotiques, l'activité de la microflore bénéfique peut diminuer.

Pour maintenir le niveau physiologique naturel de la microflore des muqueuses de l’intestin et des organes génitaux, il est nécessaire d’utiliser des probiotiques - des additifs alimentaires contenant des cultures vivantes de micro-organismes.

Linex, Hilak Forte et Bifiform sont parmi les agents populaires ayant une action probiotique.

Traitement de la forme chronique de la maladie

Pour se débarrasser de la forme chronique de la maladie, il est nécessaire de diagnostiquer tous les foyers d’infection potentiels et de proposer un traitement complet qui supprime l’activité vitale des agents pathogènes et ses conséquences.

Les principales méthodes de traitement de la cystite chronique:

  • Le traitement étiologique vise à éliminer l’agent infectieux et consiste à prendre des médicaments antibactériens;
  • La thérapie pathogénétique vous permet de restaurer le fonctionnement du système immunitaire, de normaliser les hormones et d’éliminer les pathologies structurelles des organes internes. Les principaux objectifs de la thérapie sont la restauration du flux naturel de l’urine et l’élimination de tous les foyers d’infection possibles. Le traitement implique l'administration de médicaments immunomodulateurs et anti-inflammatoires et, dans certains cas, une correction chirurgicale;
  • la prévention des maladies est un ensemble de mesures qui préviennent la possibilité d’une récurrence de l’infection.

La physiothérapie est prescrite en tant que mesure thérapeutique supplémentaire: électrophorèse, stimulation électrique des tissus, exposition au laser, gymnastique spéciale, normalisation de la circulation sanguine dans les organes pelviens.

Remèdes populaires pour la cystite chez les femmes

La liste des remèdes populaires recommandés pour le traitement de la cystite comprend les remèdes à base de plantes bien connus et disponibles: décoction de graines d’aneth, infusion de mil, thés, infusions et infusions de bain à la camomille, infusion de persil et tisanes hypericum.

De plus, les feuilles de canneberge et de canneberge sont considérées comme un élément constant du traitement à domicile de la cystite.

Grâce à sa composition unique, la feuille d’airelle confère un effet thérapeutique complet sur les organes de la sphère urogénitale - antimicrobien, diurétique et anti-inflammatoire. Thé à partir de feuilles d’airelles préparées selon la recette de cuisson des feuilles de thé ordinaires. Je prends ce thé trois fois par jour pendant un demi-verre.

Boire des boissons à base de canneberge procure un puissant effet de guérison.

Grâce aux proanthocyanidines de canneberge, thé aux baies:

  • inhibe l'activité des microorganismes pathogènes;
  • empêche le dépôt d'agents pathogènes sur les parois du système urinaire;
  • soulage l'inflammation;
  • protège le corps contre les champignons et les germes;
  • améliore l'élasticité des vaisseaux sanguins;
  • a un effet immunomodulateur.

Pour préparer une boisson de guérison, utilisez des canneberges fraîches ou congelées. Les baies sont broyées, versées d'eau bouillie et conservées au bain de vapeur pendant 10 minutes. Deux tasses de boisson par jour additionnées de miel en un temps record amélioreront la santé et le bien-être.

Nutrition et microflore

Une bonne nutrition pendant le traitement de la cystite revêt une importance particulière. Cela dépend des types de produits qui seront présents dans l'alimentation, de la rapidité avec laquelle il sera possible d'éliminer les inflammations et de commencer la restauration des tissus endommagés de la vessie.

En outre, un régime bien organisé maintient la fonctionnalité de la microflore habitant les organes internes muqueux. Cela garantit l’élimination et l’élimination des microorganismes pathogènes, ainsi que la normalisation des processus de récupération.

La base du régime médical - des produits spécialement sélectionnés et le régime de consommation.

Il est impératif que la nutrition respecte les principes suivants:

  • tous les produits consommés doivent avoir des propriétés diurétiques;
  • la quantité de sel consommée doit être réduite au minimum;
  • exclure et le menu est vif, gras, frit, fumé, sucré et laitier, ainsi que la conservation;
  • limiter la consommation d'aliments contenant des protéines;
  • lors de la cuisson devrait être limitée au traitement thermique minimum;
  • les boissons fortes et l'alcool sont complètement exclus;
  • le volume total de fluide consommé par jour est d'au moins deux litres.

Pendant toute la durée du traitement, il est recommandé d'utiliser des bouillies de céréales, des soupes de légumes légers, de la viande bouillie et du poisson allégés, du yaourt, du fromage légèrement salé, du chou, des courgettes, des concombres, du persil, de la grenade, du melon d'eau et des poires

Parmi les boissons devraient être préférées tisanes et morsam de canneberges et canneberges.

Prévention de la cystite

La prédisposition à la maladie demeure tout au long de la vie d'une femme qui a au moins une fois eu une cystite.

Des mesures préventives aideront à prévenir les récidives:

  • traitement en temps opportun de tous les maux;
  • minimisation du stress;
  • hygiène personnelle;
  • prendre une douche est préférable à un bain;
  • visites régulières chez le gynécologue et l'urologue, tests;
  • respect du régime de consommation.

En été, il est important de ne pas rater l'occasion de laver les reins et la vessie en utilisant davantage de pastèques.

Et surtout, il ne faut pas sacrifier la santé à la beauté et s'habiller en fonction des conditions météorologiques, en particulier au printemps et à l'automne - leur chaleur est trompeuse et le risque de tomber malade est trop élevé.

Inflammation de la vessie chez la femme: symptômes, traitement, pilules

L'inflammation de la vessie est une maladie courante, mais en raison de certaines caractéristiques du corps, les femmes y font face beaucoup plus souvent que les hommes. Un diagnostic tardif et un traitement inapproprié peuvent avoir des conséquences désagréables. Vous devez donc connaître les causes et les premiers symptômes de l'inflammation de la vessie chez les femmes.

À propos des causes et de la progression de la maladie

La cause la plus fréquente de la maladie est constituée de microorganismes pathogènes - bactéries, protozoaires ou champignons microscopiques. Beaucoup moins souvent, nous devons faire face à une inflammation non infectieuse, provoquée par des allergies, une exposition à des produits chimiques des muqueuses de la vessie ou des radiations radioactives.

Un certain nombre de facteurs prédisposants peuvent provoquer un processus inflammatoire:

  • mauvaise hygiène;
  • la ménopause;
  • l'hypodynamie;
  • blessures épithéliales;
  • troubles urodynamiques;
  • autres maladies de la vessie ou des organes les plus proches (présence de néoplasme ou de tartre dans la vessie, endométrite chronique ou vaginite);
  • la présence d'autres foyers d'infection;
  • troubles hormonaux;
  • réduction des défenses corporelles.

Chez les filles et les femmes, le manque d'hygiène personnelle devient la cause de la maladie plus souvent que chez les garçons et les hommes. L'urètre féminin est beaucoup plus court et plus large, de sorte que les agents infectieux du périnée pénètrent facilement dans la vessie de manière ascendante.

Avec l’apparition de la ménopause, les femmes subissent des modifications anatomiques et topographiques du système urogénital. L'élasticité des ligaments, qui fixent les organes urogénitaux, diminue, leur prolapsus est observé. Le réarrangement hormonal provoque des processus atrophiques dans l'épithélium de la vessie, ce qui le rend particulièrement vulnérable aux agents pathogènes de la cystite.

Une faible activité physique et un mode de vie «sédentaire» entraînent une stagnation du sang dans les vaisseaux pelviens. La détérioration de l'apport sanguin aux organes urogénitaux est l'une des causes de leur dysfonctionnement et du développement de processus inflammatoires.

Des blessures à la muqueuse de la vessie peuvent survenir à la suite d’une chute, de certains actes médicaux ou de la présence de calculs. Les dommages sont la porte d'entrée de l'infection.

La violation de l'urodynamique est souvent causée par des sténoses (contractions) cicatricielles de l'urètre, qui se sont formées sur le fond d'uréthrite, de troubles neurologiques ou de néoplasmes.

Une vidange incomplète et la présence constante de résidus d'urine dans la vessie conduisent à la reproduction active de bactéries.

Très souvent, l'inflammation du col de la vessie chez la femme se développe dans le contexte de maladies infectieuses gynécologiques - vulvite, vaginite, cervicite. Ainsi, l'agent causal de ces maladies est souvent le même. L'inflammation peut causer des gonocoques, des trichomonas, des chlamydia ou des champignons du genre Candida. Cependant, la cause la plus courante d'inflammation devient E. coli.

L'infection peut pénétrer dans la vessie non seulement par la voie ascendante, mais également par le sang ou le liquide lymphatique.

À cet égard, la présence de foyers d'infection même distants (par exemple, dans les amygdales pharyngiennes) augmente le risque de développer la maladie. Les femmes atteintes de pyélonéphrite chronique souffrent souvent de cette maladie. Dans ce cas, l’infection se propage par le bas - des reins à la vessie.

La pathologie hormonale, en particulier le diabète sucré, conduit à une augmentation du taux de glucose dans l'urine, ce qui constitue un bon milieu nutritif pour les micro-organismes pathogènes.

Une alimentation déséquilibrée, une hypothermie, un stress constant et le non-respect du régime quotidien entraînent une diminution de l'immunité locale et générale. Dans de telles conditions, une inflammation peut survenir même en l'absence d'autres facteurs prédisposants.

Symptômes de l'inflammation de la vessie chez les femmes

Les signes d'inflammation aiguë de la vessie sont typiques, par conséquent, le diagnostic de la maladie ne pose généralement pas de difficultés. Mais il faut se rappeler que, parallèlement aux problèmes urologiques, les femmes souffrent souvent de maladies gynécologiques. Les symptômes de l'inflammation de la vessie sont les suivants:

  • augmentation de l'envie (jusqu'à plusieurs fois par heure, plus de 4 à 7 fois par jour);
  • miction douloureuse (picotement au début et à la fin, ce qui peut donner dans le rectum);
  • la libération d'une petite quantité d'urine à chaque sortie aux toilettes;
  • sentiment de vidange incomplète;
  • turbidité de l'urine, mélange de sang ou de pus;
  • l'apparition d'une odeur prononcée d'ammoniac;
  • l'apparition de pertes muqueuses ou mucopuruleuses de l'urètre;
  • douleur constante dans le bas de l'abdomen, aggravée pendant la miction;
  • augmentation de la température corporelle à 37,5 degrés;
  • malaise général (faiblesse, mal de tête, perte d’appétit).

Dans l'inflammation chronique, les symptômes sont beaucoup moins prononcés. La douleur pelvienne chronique survient le plus souvent - une gêne dans la région pelvienne ou le bas de l'abdomen, qui s'accompagne d'une irritabilité accrue, de troubles du sommeil et d'une diminution des performances.

Pour confirmer ou infirmer la présence d'une cystite, le médecin établit un diagnostic:

  • analyses générales de sang et d'urine;
  • test d'urine selon nechyporenko;
  • échantillons de triple verre;
  • examen bactériologique de l'urine (culture sur un milieu nutritif);
  • Diagnostic PCR;
  • examen gynécologique et analyse du frottis vaginal;
  • Échographie des organes pelviens;
  • la cystoscopie.

Sur la base des résultats obtenus, un traitement est prescrit.

Traitement de l'inflammation de la vessie: médicaments et médicaments

Dans le traitement de l'inflammation aiguë de la vessie chez la femme, il est recommandé d'observer le repos au lit, de boire beaucoup de liquide, de s'abstenir de consommer de l'alcool, du sel et des épices.

Il est recommandé de boire des thés diurétiques - décoctions d’airelle, de busserole, de verge d’or. Pour réduire la douleur, aidez les salles de bain chaudes ou l'utilisation de coussins chauffants. Si le syndrome douloureux est grave, le médecin peut vous prescrire des médicaments qui soulagent les spasmes.

Le rôle principal est assigné au traitement aux antibiotiques, en aidant à détruire les agents infectieux. Le plus souvent, les quinolones et les fluoroquinolones sont utilisées dans le traitement de l'inflammation de la vessie.

Cependant, nommer de tels comprimés pour le traitement de la cystite chez les femmes ne peut être spécialisé qu'après des tests de diagnostic. Le choix des médicaments est effectué en fonction de la nature de l'agent pathogène et de sa sensibilité à divers médicaments.

En l'absence de traitement approprié, la propagation d'agents pathogènes dans les uretères, une pénétration dans les reins avec le développement d'une pyélite et d'une pyélonéphrite peuvent survenir. En outre, l'infection peut pénétrer dans le système reproducteur, ce qui entraîne une vulvite, une vaginite, une colpite et une endométrite.

La prévention de la cystite consiste à éliminer les facteurs de risque. Il est nécessaire de respecter les règles d'hygiène personnelle, d'éviter l'hypodynamie, l'hypothermie, le stress et les erreurs d'alimentation. Le traitement de la maladie doit commencer immédiatement car sinon, le risque de chronicité du processus pathologique est élevé.